Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie

Sommaire

1 - Le schéma corporel

2 - L’infirmité motrice cérébrale

3 - La déficience mentale

4 - La latéralité

5 - Les dyspraxies

6 - La graphomotricité

7 - L’hyperactivité

8 - Inhibition psychomotrice


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.7
V. Morice


Chapitre 6 - La graphomotricité

 

 

6.1 Ecriture, les mécanismes évolutifs

Écriture = aboutissement d’un processus de développementcomplexe mettant en action des facteurs de motricité, de perception et de représentation.

6.1.1 Avant l’écriture

Étude du niveau moteur
12/20 mois : gribouillage = besoin d’exécuter un mouvement.
Première trace laissée par le corps.
Intégration des notions de forme et de direction.

18 mois : premiers tracés sur sollicitation.Traces horizontales ou verticales

22 mois : Évolution vers un dessin plus figuratif, intervention de la fonction perceptive.
Apparition du tracé circulaire.
Le bras peut aller dans le champ spatial opposé apparition des boucles

28/30 mois : apparition de la sériation du tracé sous forme de tirets.

3 /4 ans : apparition du mouvement de translation.

→ Le mouvement se perfectionne dans le sens proximo-distal
Bras balayage
Avant-bras courbe et cercle
Poignet boucle
Pouce fractionnement du trait
Étude du niveau perceptif
Le contrôle de la main par l’œil est automatique.
Installation progressive : l’œil suit la main puis rôle de surveillance.
Étude du niveau symbolique
Écriture fixe le langage à l’aide de signes, de lettres.
2 ans 6 mois : début de la pensée symbolique, l’enfant cherche à donner une signification à ses dessins.
3 ans : Interprétation de ses dessins
4 ans : essai de représentation graphique de la relation entre les objets avec aide de la verbalisation
4 ans 6 mois : Association des formes de significations ≠
5 ans : abandon de l’idéogramme, formes plus identifiables.

6.1.2 Écriture : de l’apprentissage à l’autonomie

Écriture est liée au développement moteur de l’enfant = longue maturation.

Les mécanismes de l’écriture
Le fixage des lettres est possible grâce à la combinaison :
  • Mouvement d’inscription
  • Mouvement de translation

Équilibre dans la combinaison de ces 2 mouvements opposés
Position du corps
Le geste scripteur
Combinaison de déplacements des doigts, poignet, coude.
  • La posture : si correcte libération du bras
  • Tenue de l’outil scripteur : pince défectueuse = vitesse ↓
  • Disposition du papier : adaptation possible vers 10 ans.
La croissance de l’écriture
  • La phase pré-calligraphique : 6 à 8 ans
    Apprentissage par copie.
    Enfant est concentré sur la forme
    Manque de maîtrise aspect cassé, tremblé, liaisons entre les lettres maladroites ou inexistantes.
  • La phase calligraphique : 8 à 11 ans
    Redressement de la posture.
    Coordination inscription/translation plus aisée
    Les lettres sont liées.
  • La phase post-calligraphique : 12 à 30 ans
    Rapidité Changement de forme des lettres
    Transformation de l’écriture
    Automatisation permet la personnalisation

6.2 Les conditions psychomotrices

Lien entre facteurs de coordination, d’équilibre, de régulation tonique et contrôle perceptif.

Équilibre et tonus
Processus complexe.
Point d’appui du mouvement concerne la posture assise (statique) + celui du bras (mobile) nécessité d’harmonie
Tonus et préhension
Bonne régulation tonique = prise adaptée
Mouvement et perception
Nécessité de facultés perceptives adaptées permettant un repérage et un contrôle (visuel et kinesthésique) de la forme, de l’espace et du mouvement.

6.3 Evaluation

Entretien
Age de début de scolarité, habiletés lors des dessins, main utilisée (changement ?), instruments utilisés, présence de douleur ou fatigue, bilan ophtalmologique.
Mise en situation
Écriture spontanée, copie d’écriture scripte et cursive, dictée de mots
Observations
Position face à la table : torse, tête, disposition de la feuille
Pression exercée (utilisation de papier carbone)
Outils de mesure
Échelle E
BHK
LE B.H.K : Évaluation rapide de l’écriture
Copie en 5 minutes d’un texte. 13 items pour la cotation.
  • Écriture grande : caractéristique d’un groupe de dysgraphique
  • Inclinaison de la marge : sensible aux troubles visuo-spatiaux
  • Lignes non-planes : liés aux troubles visuo-constructifs
  • Mots serrés : impulsivité, tonus ↑
  • Écriture chaotique : signe le + dysgraphique
  • Liens interrompus
  • Télescopage : trouble tonique
  • Variation de la hauteur des lettres
  • Hauteur relative incorrecte
  • Distorsion des lettres
  • Forme des lettres ambiguës
  • Hésitations, tremblements
  • Lettres retouchées
ÉCHELLE E
30 composantes : 14 relatifs à la Forme, 16 à la Motricité.
Notes : 1 ; 0,5 ; 0 selon le degré de présence plus la somme est élevée plus le niveau est faible.

F1 – écriture en surface (coef 2)
F2 – écriture dodue (coef 1)
F3 – Absence de mouvement (coef 2)
F4 – Écriture grande (coef 2)
F5 – m et n scolaires (coef 2)
F6 – Barres de t (coef 2)
F7 – p scolaire (coef 1)
F8 – a en 2 morceaux (coef 3)
F9 – d,g,q en 2 morceaux (coef 2)
F10 – Majuscules maladroites (coef 3)
F11 – Points de soudure (coef 3)
F12 – Collage (coef 1)
F13 – Espace irrégulier entre les lignes (coef 3)
F14 – Zones mal différenciées (coef 2)

M15 – Bâtons descendants repris (coef 3)
M16 – Lettres retouchées ( coef 3)
M17 – Ensemble sale
M18 – Arquage des bâtons droits (coef 1)
M19 – Cabossages des lettres rondes intérieures (coef 3)
M20 – Mauvais galbe des boucles extérieures (coef 2)
M21 – Tremblement (coef 3)
M22 – Tracé vacillant
M23 – Saccades (coef 2)
M24 – Télescopages ( coef 2)
M25 – Lignes cassées (coef 2)
M26 – Lignes fluctuantes (coef 1)
M27 – Lignes descendantes (coef 1)
M28 – Mots dansants sur la ligne (coef 2)
M29 – Irrégularité de dimension (coef 3)
M30 - Irrégularité de direction (coef 1)

Les items sont regroupés selon leur appartenance aux trois secteurs évolutifs de l’enfant :
  • Plan moteur :
    Écriture en surface, écriture dodue, absence de mouvement, écriture grande, points de soudure, collages, arquage des bâtons droits, cabossages, mauvais galbe des boucles extérieures, tremblements, saccades.
  • Plan perceptif :
    M et n scolaire, p scolaire, majuscules maladroites, espace irrégulier entre les lignes, zones mal différenciées, lignes cassées, lignes fluctuantes, lignes descendantes, mots dansants sur la ligne.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
6.1 - Ecriture, les mécanismes évolutifs
6.2 - Les conditions psychomotrices
6.3 - Evaluation
6.4 - Abord clinique du graphisme
6.5 - Prise en charge psychomotrice
6.6 - Bibliographie
6.1.1 - Avant l’écriture
6.1.2 - Écriture : de l’apprentissage à l’autonomie