Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie

Sommaire

1 - Le schéma corporel

2 - L’infirmité motrice cérébrale

3 - La déficience mentale

4 - La latéralité

5 - Les dyspraxies

6 - La graphomotricité

7 - L’hyperactivité

8 - Inhibition psychomotrice


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 4 - La latéralité

 

 

4.1 Latéralité et latéralisation

LA LATERALITE
Asymétrie fonctionnelle
Fondements neurologiques : répartition asymétrique des fonctions des hémisphères cérébraux.
LA LATERALISATION
Processus d’organisation d’un élément corporel
  • Origine interne : facteurs de maturation
  • Origine externe : expériences motrices, pressions socio-culturelles

La latéralité est un état

La latéralisation est un processus dynamique

4.2 Spécialisation hémisphérique

Latéralité hémisphérique

Répartition des fonctions supérieures.

Hémisphère gauche : gnosies, praxies, organisation temporelle, le langage.

Rôle analytique

Hémisphère droit : mémorisation des notions familières, mémoire topographique, perception visuo-spatiale et visuo-constructive, l’attention.

Rôle plus globaliste, imaginant.

Hémisphère droit Hémisphère gauche
Imaginaire Le symbolique
Mémoire des images Mémoire des mots
Repérage du familier Repérage du nouveau
Souvenirs, passé Projet, futur
Vision périphérique Vision centrale
Langage non articulé Langage articulé
Contexte Texte
Impression subjective Analyse « objective »
Créativité imaginative Créativité déductive

4.3 Les étapes développementales

4.3.1 La prélatéralité

  • Corrélation entre préférence manuelle et position utérine du fœtus (Grapin 1968)
  • Latéralisation dans la marche automatique (Mélékian 1981)

4.3.2 Les étapes développementales

  • La monolatéralité
  • La duo-latéralité
  • La bilatéralité

4.3.3 Evolution de la coordination bimanuelle

  • Nouveau-né : unilatéralité et bilatéralité des mouvements spontanés
  • 1 à 4 mois : extension unilatérale du bras
  • 4 mois : extension bilatérale
  • 5/6 mois : bilatéralité des gestes d’approche
  • 6 mois : Passage d’un objet d’une main à l’autre
  • 6/8 mois : saisit un objet en gardant le 1er
  • Jusqu’à 1 an : prédominance des comportements unimanuels
  • 15 mois : coordination bimanuelle s’affine

4.3.4 Latéralisation

  • Elle s’installe à compter de 3 ans et demi
  • Évolution de maturation des structures nerveuses usage des fonctions.
  • Importance de la vue
  • Interaction entre influence sociale et réceptivité ou opposition de l’enfant.
  • Fluctuation dans l’organisation

ORTON 2 périodes d’instabilité :

  • Vers 2/3 ans : la marche réorganisation psychomotrice
  • Vers 6/7 ans : apprentissage de l’écriture – choix de la main

Résumé des différentes étapes :

  • Non différenciation des deux côtés du corps
  • 4/5 ans : compréhension des deux côtés
  • 6/7 ans : Reconnaissance de la droite et de la gauche.
  • 8 ans : réversibilité

Le processus de latéralisation doit déboucher sur la connaissance de la latéralité et de sur l’orientation du corps propre.

4.4 Approche psycho-affective de la latéralisation

G. HAAG articulation de la vie psychique et du développement psychomoteur, la formation de l’image du corps et l’investissement de l’espace.

S. CADY liens entre structuration psychique, image du corps, espace et latéralité.

3 mouvements psycho-affectifs de l’organisation de la latéralité : différenciation, autonomisation, identification.

  • Stade oral : fusion de l’image des corps, puis la frustration + présence du père Différenciation
  • Stade anal : perte de l’objet puis récupération. L’enfant se situe dans la relation Autonomisation.
  • Période œdipienne : mise à distance de la mère identification et organisation de l’espace en rapport avec le modèle (parent de même sexe). Apparition de la réversibilité.

Conclusion

Parfois, l’organisation psychique peut prendre la pas sur l’organisation somatique.

Enfant non autonome peut se spatialiser en miroir.

Les troubles de la latéralité en tant qu’organisation psychopathologique peuvent révéler des difficultés d’une structuration psychoaffective personnelle.

4.5 Laréralisation de l’œil

Méthodes non corrélées

La visée : influence de la main

65 % droitiers

32 % gauchers

3 % pas de différences

Chez les droitiers : 65 % de dominance oculaire droite

Chez les gauchers : 55 % de dominance oculaire gauche

4.6 Evaluation sémiologique de la latéralisation manuelle

3 aspects :

  • Latéralité d’usage : étudie le comportement manuel dans les actes courants.
  • Latéralité fonctionnelle : étudie le comportement manuel dans les épreuves non-courantes.
  • Latéralité neurologique : étude segmentaire comparative : tonus de fond, tonus d’action, contrôle moteur.

4.6.1 Évaluation de la latéralité d’usage

Épreuve de latéralité usuelle de M AUZIAS

Deux types de latéralité manuelle :

  • La latéralité graphique
  • La prévalence manuelle dans des activités autres
    • Observation de la main utilisée spontanément
    • Corrélation avec la latéralité graphique

4.6.2 Évaluation de la latéralité fonctionnelle

La batterie de dominance latérale de Galifret-Granjon

2 épreuves de dominance manuelle : distribution de cartes, diadocinésies

2 pour la dominance oculaire : sighting, visée

2 pour la dominance pédestre : marelle, shooting

Analyse des possibilités motrices de Stambak

Epreuves de pointillage, la construction d’une tour, découpage de cercles d’Oseretsky, habileté digitale

4.6.3 Évaluation neurologique

Tonus de fond : étude de l’extensibilité et du ballant

Tonus d’action : Étude des syncinésies d’imitation

  • Syncinésies à diffusion tonique
  • Syncinésies à diffusion tonico-cinétique

Étude segmentaire du contrôle moteur

Épreuve du doigt sur le nez valeur de la fonction de freinage.

Devient précise vers 4 ans.

4.6.4 Conclusion

Bergès a montré que les corrélations sont variables entre les épreuves.

  • Bonnes entre l’extensibilité et le ballant ainsi qu’entre les syncinésies d’imitation et syncinésies axiales
  • Faibles entre le tonus d’action et tonus de fond
  • Relation entre latéralité gestuelle et latéralité des membres est d’autant plus significative qu’on s’éloigne de l’axe du corps
  • Corrélation ente latéralité d’utilisation et latéralité tonique sont d’autant moins significatives que la latéralité tonique est évoquée dans les régions les + distales.

Bergès oppose donc

  • Latéralité neurologique et latéralité d’utilisation
  • Latéralité axiale et latéralité distale

Latéralité association d’une part d’hérédité et une part d’adaptation personnelle au milieu.

En psychomotricité

  • La latéralité spatiale et corporelle joue un rôle dans l’écriture.
  • Dyslexie : enfants mal latéralisés
  • Les latéralités « contrariées » : latéralisation en opposition, en lien avec une situation œdipienne difficile.
  • Répercussion sur la motricité fine et les praxies

Importance d’un entretien complet avec les parents.

Ne pas hésiter à demander un bilan psychologique complémentaire.

4.7 Bibliographie

  • Ajuriaguerra : Manuel de la psychiatrie de l’enfant - Masson, Paris 1971
  • Ajuriaguerra : Les gauchers - PUF, 1963
  • Auzias : Enfants gauchers, enfants droitiers - Delachaux 1975
  • Azemar G : La latéralité chez l’enfant et l’adolescent - Editions universitaires, Paris, 1969
  • Cady S : Latéralité et image du corps - Paidos, 1988
  • Calza A et Contant M : L’unité psychosomatique en psychomotricité - Collection Psychothérapies Corporelles, Masson, 1989
  • Dailly R Moscato M : Latéralisation et latéralité chez l’enfant, Mardago, Bruxelles, 1984
  • Dolto F : L’image inconsciente du corps - Seuil, 1984
  • Dupasquier M.A : Les gauchers du bon côté - Hachette, Paris, 1987
  • Fagard J. : Développement des habiletés de l ’enfant : coordination bimanuelle et latéralité. Paris, CNRS éditions, 2001
  • Fritsch W : La gauche et la droite, vérités et illusions du miroir - Flammarion, 1967
  • Gardner M : L’univers ambidextre - Seuil, Paris, 1985
  • Gribenski A : La posture et l’équilibration - PUF, 1973
  • Haag G : La mère et le bébé dans les deux moitiés du corps - Revue de Neuropsychiatrie de l’enfance, 33, 1985
  • Hatwell Y : Toucher l’espace - Presses Universitaires de Lille 1986
  • Hecaen H : La dominance cérébrale. Une anthologie - Paris, Mouton, 1978
  • Le Boulch J : Vers une science du mouvement humain - Introduction à la psychocinétique - ESF 1982
  • Lurçat L : L’enfant et l’espace - PUF, 1973
  • Marrion J : L’organisation générale de la motricité - La revue du praticien, Paris 59, 1980.
  • Sami Ali : Corps réel - corps imaginaire - DUNOD 1984
  • Sami Ali : Le corps, l’espace et le temps - Dunod 1990
  • Segond H : Latéralité manuelle et perception tactile à 2 mois- Thèse de Psychologie, Université René Descartes Paris V
  • Sergent J : L’asymétrie fonctionnelle du cerveau - M. Botez 1987
  • Simounet C : La droite et la gauche dans le dessin de l’enfant - Enfance, 1975, 47- 69

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
4.1 - Latéralité et latéralisation
4.2 - Spécialisation hémisphérique
4.3 - Les étapes développementales
4.4 - Approche psycho-affective de la latéralisation
4.5 - Laréralisation de l’œil
4.6 - Evaluation sémiologique de la latéralisation manuelle
4.7 - Bibliographie
4.3.1 - La prélatéralité
4.3.2 - Les étapes développementales
4.3.3 - Evolution de la coordination bimanuelle
4.3.4 - Latéralisation
4.6.1 - Évaluation de la latéralité d’usage
4.6.2 - Évaluation de la latéralité fonctionnelle
4.6.3 - Évaluation neurologique
4.6.4 - Conclusion