Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie psychomotrice de l’enfant

Sommaire

1 - Spécificité de la psychomotricité

2 - La clinique psychomotrice

3 - Les interventions psychomotrices

Bibliographie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.7
V. Morice


Chapitre 3 - Les interventions psychomotrices

 

3.2 - Les différentes approches corporelles

 

Il y a trois types de dispositifs thérapeutiques différents

3.2.1 Les thérapies psychosensorielles

Elles sont fondées sur une exploration introspective de la sensorialité ;

Elles s’appuient sur la stimulation sensorielle en vue de produire, d’évoquer ou d’élaborer un discours introspectif, d’exploration interne.

Leurs domaines concernent :

  • l’enveloppement humide ;
  • les techniques de massage ;
  • l’hydrothérapie ;
  • la relaxation et les méthodes de relâchement tonico-musculaire.

3.2.1.1 La relaxation

La relaxation est une technique qui place le corps en avant des préoccupations tout autant comme ouvrant la voie à une analyse de contenu, mais aussi comme intervention sur le contenant. La détente neuromusculaire constitue le fondement de l’intervention thérapeutique, sa trace concrète, dans la relaxation elle impose une élaboration dont la progression traduit une construction progressive.

Dans ce cadre d’intervention, la relaxation constitue une thérapie qui en plus d’être une expérience bien vivante, explore les traces historiques de cette expérience dans une relation où l’analyse de la dimension affective est essentielle.

Les techniques de relaxation sont nombreuses. Historiquement, deux courants vont se détacher.

Le premier préconise une relaxation fondée sur les théories cognitivo - comportementales : il s’agit d’atteindre un état tonique adapté en fonction des circonstances. Le paradigme est constitué par la méthode de Jacobson nommé Relaxation Progressive.

Les relaxations à point de départ psychothérapique, sont illustrées par les travaux de Schultz à partir de 1911 et s’exprime dans la méthode de training autogène, issue de l’hypnose. Il s’agit d’une auto suggestion concentrative provoquant une modification volontaire de l’état tonique.

C’est une méthode qui s’est largement répandue et qui a inspirée de nombreux auteurs dont une illustration évoluée se trouve condensée dans la méthode de relaxation à inductions variables (RIV) de Sapir. Celle-ci fait référence aux concepts psychanalytiques et s’inspire des inductions proposées par Schultz. Elle est relationnelle et souple.

La méthode de relaxation dite rééducation psychotonique de De Ajuriaguerra porte sur les relations entre tonus, émotion, affectivité et relation. L’analyse de la relation entre thérapeute et patient est une part importante du travail, la deuxième attention est accordée aux résistances du relâchement éprouvées par le sujet. Le thérapeute demande la participation active du patient dans son intervention thérapeutique, ménageant un temps important à la verbalisation du ressenti.

Ces thérapies sont situées :

  • entre la prise de considération des expressions et signes et leur décryptage ;
  • entre observation et bien-être ;
  • entre concentration et flottement ;
  • entre réminiscences et découvertes de sensations présentes.

3.2.1.2 L’enveloppement humide

Réintroduite en France par Woodbury en 1966, cette technique fait partie depuis très longtemps des traitements hydrothérapiques utilisés en psychiatrie.

Historiquement, l’enveloppement humide ou Pack a surtout été conçu pour répondre à deux objectifs :

  • Supprimer les moyens de contentions classiques au sein des institutions asilaires (camisole de force, méthodes de chocs, douche froide, isolement...) ;
  • calmer les malades.

La contention constitue l’application essentielle de cette technique. Elle est alors conçue comme un intermédiaire entre la camisole de force et la douche froide.

La conceptualisation de Woodbury va modifier cet aspect. Il ne s’agira plus de contenir la folie mais d’offrir à certains patients une médiation lorsque la relation verbale n’est plus possible.

Le but de ce traitement est à la fois de renforcer la conscience de soi par la perception des limites corporelles et de contrôler les tendances agressives du patient sans l’aliéner par la camisole physique ou chimique et l’isolement.

Technique
Les thérapeutes sont au nombre de 2 ou 3 (plus rarement 4). Ils invitent le patient à s’allonger sur un lit recouvert préalablement d’une couverture de laine, suivi d’un drap sec, d’un drap mouillé, de deux serviettes de bain mouillées et pour terminer de 4 à 6 petites serviettes elles aussi mouillées.
Ils enveloppent les membres du patient avec les petites serviettes puis le thorax et le bassin seront enveloppés avec les grandes serviettes. Le drap mouillé puis le drap sec enveloppent l’ensemble du corps. En dernier lieu, la couverture couvre l’ensemble de l’enveloppement. Des coussins sous la tête complètent souvent le dispositif.
Les contraintes techniques
  • Les draps humides doivent être essorés et froids.
  • Toutes les parties du corps doivent être enveloppées très serré pour que le linge humide soit bien en contact avec la peau.
  • L’enveloppement ne contient pas la tête.
  • L’enveloppement dure environ une heure au maximum, il est suivi d’un massage du patient.
  • L’enveloppement peut être interrompu par le patient à tout moment. L’interruption doit être considéré comme faisant partie du traitement dès lors que le patient peut se représenter ce qui est en train de se jouer. Il est capital d’obtenir l’adhésion du patient à son traitement.
Les contraintes en direction des thérapeutes
  • Les thérapeutes doivent avoir expérimenté le dispositif thérapeutique.
  • Ils sont volontaires pour effectuer la prise en charge du patient jusqu’au bout.
  • Les thérapeutes sont invités une fois la séance terminée à reprendre ce qui a été dit, senti pendant la séance, en petit groupe.
Les effets thérapeutiques
Le choc thermique
Après une brève période de froid intense, un réchauffement physiologique s’opère qui renverse la situation en matérialisant la sensation de bien-être. Au choc initial du froid, fait place une béatitude liée à la chaleur.
La contention
Elle est redondante au choc thermique. Les linges humides englobent le corps, se moulent sur lui pour permettre une perception globale. Ces manifestations sont saisies par les thérapeutes qui tentent de leur donner sens.
La fin de la séance
Elle est annoncée suffisamment tôt pour permettre au patient d’en anticiper les conséquences et de se préparer au massage. Cette fin de séance se caractérise en effet par la mise en place d’un troisième facteur, redondant au premier, qui va en somme poursuivre les effets du dispositif. Le massage est plus une friction.
Les indications
Le traitement par l’enveloppement humide peut s’appliquer à un certain nombre de patients psychiatriques et de situations cliniques particulières.
L’indication se fonde entre autre sur une « situation d’impasse thérapeutique », c’est à dire en cas d’inadéquation entre la problématique de certains patients et les traitements mis en œuvre.
Le traitement par l’enveloppement s’intègre dans un projet institutionnel de soins et peut être pratiqué avec une fréquence de 1 à 2 fois par semaine sur un temps relativement long.

3.2.1.3 Le toucher thérapeutique ou massage psychomoteur

Introduction
Bien que le renvoi au massage constitue une référence essentielle à cet abord, le terme de toucher thérapeutique ou massage psychomoteur conviennent mieux. Les objectifs de cette médiation sont en effet distincts de ceux du massage.
Le toucher thérapeutique ou massage psychomoteur diffère du massage kinésithérapique par sa dimension d’exploration, du vécu et du ressenti, par sa volonté d’apporter un soulagement aux troubles mentaux ou aux difficultés existentielles.
Les thérapeutes cependant qui s’investiront dans cette démarche thérapeutique ne doivent nier que le contact corporel de la main sur la peau, renvoient à des dimensions psychologiques précises.
  1. Le contact renvoie à la sexualité.
  2. Le contact renvoie à la régression.
  3. Le contact est aussi agression.
Technique
Le massage ne sera pas un massage segmentarisé, les contacts mettront tout le corps en jeu, excepté les zones sexuelles.
Les patients, en sous vêtements, seront confortablement allongés en décubitus ventral ou dorsal selon les zones à toucher.
Le contact sera lent et minutieux insistant sur les extrémités et les points d’attache musculaire, puis il se déplacera au visage, aux bras, aux jambes, à l’abdomen puis au dos.
Les membres sont massés de l’extrémité vers la racine.
La séance se poursuit par l’adjonction de mouvements. Ce sont des mouvements de respiration, d’étirement, d’équilibre et permettent une décharge de tension. Ils permettent aussi indirectement de faire porter l’attention du patient sur ces sensations corporelles. Ils terminent le massage en permettant l’instauration d’une certaine dynamique.
L’ensemble du massage dure environ une demi heure, la séance se poursuit d’un temps de récupération et de verbalisation.
Les indications
Les troubles massifs de la représentation du corps constituent les indications essentielles. Les malades psychotiques sont principalement intéressés ainsi que les patients border line chez qui habituellement les plaintes somatiques sont importantes. Une autre indication concerne les patients dépressifs. Les patients trop régressés, les états délirants et hallucinés sans possibilité de gestion de la réalité même par le retour à une sensation corporelle, demeurent les contre-indications essentielles. L’érotisation massive constitue le second versant de ces contre-indications ainsi que le vécu persécuteur du contact corporel.
Dynamique du massage psychomoteur
La revalorisation du corps
Cette revalorisation s’appuie sur le désinvestissement corporel évident dans certaine pathologie conçue comme une expression des difficultés à intégrer une identité.
La revalorisation corporelle est perceptible à travers l’attention progressive que le patient va développer à l’égard du corps au fur et à mesure des séances : hygiène corporelle, soin du corps, préoccupations vestimentaires avec abandon progressif de certaines défenses, vécu de plaisir et accroissement de l’autonomie.
Le travail de contenant
Tout comme les enveloppements humides, la référence à l’élaboration d’un contenant permet de rendre compte de l’impact thérapeutique de cet abord. Grâce aux sensations cutanées, aux impressions kinesthésiques, aux impressions cœnesthésiques, le massage psychomoteur réalise une prise de conscience des limites corporelles et renforce la cohésion.
Le dialogue tonico-émotionnel
Au niveau des afférences, le massage psychomoteur intervient dans la prise de conscience d’un schéma corporel unifié. Le massage psychomoteur est avant tout un dialogue tonique entre deux personnes dans un contexte interactionnel.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Thérapies à médiation corporelle
3.2 - Les différentes approches corporelles
3.2.1 - Les thérapies psychosensorielles
3.2.2 - Les thérapies expressives
3.2.3 - Les thérapies perceptivo-motrices
3.2.1.1 - La relaxation
3.2.1.2 - L’enveloppement humide
3.2.1.3 - Le toucher thérapeutique ou massage psychomoteur