Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours

 

 

Auteur : Fabien Joly

Psychomotricien - psychothérapeute - psychologue clinicien (Centre Alfred Binet Paris AS.M. XIIIème ~ C.M.P.P. de Versailles)

Docteur en « Psychopathologie fondamentale et Psychanalyse » (Université Paris VII)

Enseignant-chercheur en Psychomotricité (D.E. de psychomotricité et D.U. de recherche en psychomotricité Paris VI) et en Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent (Institut de Psychologie Paris V-René Descartes et U.F.R. de Sciences Humaines Cliniques Paris VII-Denis Diderot)

membre de la S.F.P.E.A.

1 Le JEU en Psychomotricité : aspects théoriques

  • Le jeu : définitions, histoire des conceptions, etc.
  • L’expérience psychomotrice : « jouer c’est faire » (D.W. Winnicott)
  • La « Trajectoire du Jouer » : point de vue développemental sur le jeu, ses précurseurs, ses émergences, ses figures princeps à chaque âge, et ses destins, le développement de la transitionnalité et les activités interactives pré-ludiques ...
  • Le « Travail du Jouer » : le playing et les fonctions du jeu (espace et processus transitionnels) au carrefour - psychomoteur, cognitif et psychoaffectif - de la qualité spécifiquement psychique de l’Homme : apports théoriques psychologiques, psychanalytiques, phénoménologiques, cognitifs et psychomoteurs sur le travail du jouer (de l’expérience à l’élaboration).
  • Le « Carrefour Psychomoteur du Jeu » (le jeu : centre intégrateur entre corps et psyché, entre soi et l’autre, soi et le monde des objets..., jeux et complexité dans le champ de l’épistémologie psychomotrice ; l’enfant qui joue : regards croisés entre Piaget, Wallon, Freud et Winnicott...)
  • Passage en revue des principales références bibliographiques

2 Le JEU en Psychomotricité : aspects cliniques et psychopathologiques

  • Depuis la trajectoire complexe du jeu et la fonction princeps du travail du jouer, au lieu même du carrefour psychomoteur complexe du sujet-joueur, quels sont les avatars psychopathologiques princeps de la fonctions ludique, les formes pathogènes de jeu dans la toute petite enfance, à la latence, dans le processus adolescent, voire chez l’adulte ou la personne âgée...
  • La phénoménologie du jeu en situation clinique : les enfants qui jouent peu ou pas, qui jouent « trop » ou mal, ceux qui jouent « bizarrement » etc...
  • Quelques formes psycho-pathologiques princeps du jeu :
    • l’absence autistique du jouer (le paradigme autistique)
    • jeu machinal et fonctionnement opératoire (psychosomatique de l’enfant)
    • les étrangetés psychotiques du jeu (de quelques figures de la psychose chez l’enfant...)
    • des enfants qui joueraient « trop » ?! (la problématique de l’instabilité)
    • adolescents à risque : jeux dangereux, addictions au virtuel, à la vitesse, à la limite
    • etc.
  • Observation psychomotrice du jeu en situation clinique : un outil diagnostic, pronostic et d’indication différentielle (grille d’évaluation et projet de recherche)

3 Le JEU en Psychomotricité : aspects techniques

Définir une position professionnelle spécifique à partir du jeu
rencontre soignante et dispositif symbolisant : techniques de jeu, fonction-cadre, position thérapeutique, processus de changement...
  • le jeu en psychanalyse de l’enfant (rappels théoriques, techniques et historiques)
  • le jeu dans les groupes thérapeutiques « à médiations » et autres techniques expressives
  • le jeu en psychodrame analytique individuel et en psychodrame de groupe
  • le « squiggle » winnicottien
  • ... et le jeu en thérapie psychomotrice (1ers linéaments du paradigme du « jouer-avec » opposé au paradigme du « rêve ») ?
Thérapie Psychomotrice et Jeu
  • reprise et développements des éléments princeps : des techniques de jeu, fonction cadre, position thérapeutique, processus de changement, et indications différentielles : spécificités, pertinences et limites des traitements en psychomotricité
  • le paradigme du « jouer-avec » et l’interlocuteur transitionnel et son implication co-créatrice (le paradigme du rêve et la neutralité analytique)
  • entre corps et psyché : les processus de symbolisation primaire et la double fonction d’étayage sur l’objet et sur l’expérience psychomotrice
Conclusion
le jeu : une médication naturelle / les techniques de soin des aménagements symbolisants... et les questions de formation : retourner lire Winnicott !

4 Quelques références Bibliographiques (personnelles)

  • F. JOLY :
    « Le travail du jouer dans la médiation psychomotrice »
    in Calza, Contant et allii. : « Abrégé de Psychomotricité » pp.126-133 Paris, Masson abrégés de médecine (1ère ed.) 1993.
  • F. JOLY - H. GANE :
    « Un jour, on jouera ... pour de jouer ! »
    Les Textes du Centre Alfred Binet 1993 n°21 pp.65-87
  • F. JOLY :
    « Le paradigme du jouer dans les thérapies à médiations »
    Thérapie Psychomotrice 1993 n°98 pp.42-63
  • F. JOLY :
    « La référence au maternel dans les thérapies à médiations »
    Semaine médicale de Paris/Bichat - Actes des Entretiens de Psychomotricité pp.16-22 Paris, E.S.F. 1994.
  • M. GARBOUA - F. JOLY et allii. :
    « Plusieurs psychologues ensemble, ça n’existe pas ! »
    Les Textes du Centre Alfred Binet 1995 n°23 pp.45-72
  • F. JOLY :
    « Réflexions sur les thérapeutiques psychomotrices »
    Le Journal de Pédiatrie et de Puériculture (EMC) 1995 n°7 pp.433-437 et n°8 pp.496-501
  • F. JOLY :
    « Figures contemporaines et formes limites des instabilités chez l’enfant »
    in coll. : Formes contemporaines du malaise dans la civilisation pp.73-101 Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1996.
  • F. JOLY :
    « Entre corps et psyché : l’espace du sujet, l’épaisseur d’une histoire »
    in G. LUCAS et coll. : Folies d’Enfance pp.169-189 Paris P.U.F. le fil rouge, 1997.
  • F. JOLY :
    « Une menace très envahissante ... (ou d’une solution délirante comme tentative d’élaboration de l’irreprésentable violence parentale) »
    Psychanalyse et Enfance 1999 n°27 pp.51-78
  • M. GARBOUA - F. JOLY - F. VILLA et allii. :
    « Quand la réalité parle trop fort ! »
    Psychanalyse et Enfance 1999 n°27 pp.107-122
  • F. JOLY :
    « Le Travail du Jouer et ses déclinaisons »
    Thérapie Psychomotrice et recherches 2000 n°124 pp.4-41
  • F. JOLY :
    « Petite bibliographie raisonnée sur le JEU »
    Thérapie Psychomotrice et recherches 2000 n°124 pp.132-139
  • F. JOLY :
    « Une partie de squiggle avec Winnicott »
    Thérapie Psychomotrice et recherches 2000 n°124 pp.68-78
  • F. JOLY :
    « L’instabilité psychomotrice de l’enfant : des failles corporelles aux faillites psychiques »
    communication à la journée scientifique de l’AFPUP « approches corporelles de l’hyperactivité »
    C.H.U. Pitié-Salpétrière décembre 2000 (à paraître)
  • H. GANE ~ F. JOLY :
    « Jeu tue il ... (une séance de jeu dans un groupe d’enfants psychotiques) »
    Enfance & Psy. 2001 n°15 (sous presse)
  • F. JOLY :
    « psychopathologie du jeu et fonction thérapeutique du jouer-avec »
    Conférence A.P.R.N., Lille mars 2001
  • F. JOLY :
    « Le jeu de l’enfant à la bobine : une expérience psychomotrice »
    (sous presse)
  • F. JOLY :
    « La cure médiatisée d’un enfant psychotique hyper-violent (ou les vertus du passage par l’acte et de la symbolisation primaire) »
    Communication au Congrès Européen de Psychanalyse des Psychoses de l’Enfant, Caen septembre 2001

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1 - Le JEU en Psychomotricité : aspects théoriques
2 - Le JEU en Psychomotricité : aspects cliniques et psychopathologiques
3 - Le JEU en Psychomotricité : aspects techniques
4 - Quelques références Bibliographiques (personnelles)