Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Modalités d’observation et d’évaluation des fonctions psychomotrices aux différents âges de la vie

Sommaire

1 - Les interactions précoces entre le bébé et ses partenaires

2 - Les compétences du bébé


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - Les interactions précoces entre le bébé et ses partenaires

 

 

1.2 Les interactions père-nourisson

Elles ont été longtemps négligée. Elles sont abondamment étudiées depuis une douzaine d’années.

L’importance des pères est de plus en plus grande dans les soins. On parle de « paternage ». Le pourcentage de mères qui travaillent augmentent et de plus en plus de pères partagent avec leur conjointe les soins aux nourrissons.

Cependant, l’implication dans les soins aux bébés varie considérablement d’un père à l’autre en fonction de facteurs psychologiques et sociaux. Malgré ces changements récents, les pères restent, en moyenne, beaucoup moins impliqués que les mères dans les soins aux nourrissons. L’interaction père-nourrisson est d’une part directe, d’autre part indirecte, à travers l’interaction et la relation du père avec la mère.

Interaction directe père-nourrisson

Comme l’interaction mère-nourrisson, elle est caractérisée par

  • la réciprocité,
  • par des phénomènes de régulation mutuelle,

et

  • interaction plus « physique », plus stimulante pour le bébé
  • des jeux tactiles plus que visuels.

Les nourrissons se comportent différemment avec leur mère qu’avec leur père.

Leur excitation avec les pères se manifeste par des yeux particulièrement ouverts et brillants, et des cycles interactifs plus amples dans leurs oscillations.

Les rythmes moteurs de la mère et du père sont différents et aident l’enfant à distinguer ses parents (KESTENBERG et al). Le bébé va distinguer très précocément les soins paternels des soins maternels grâce à l’expérience sensorielle, tonico-posturale et la tonalité affective de l’interaction.

1.3 Les troubles des interactions

Les troubles des interactions peuvent envisager soient dans :

  • une perspective synchronique, étudiant la forme prise par l’interaction à un moment précis,
  • une perspective diachronique, c’est-à-dire lors du déroulement temporel prolongé de l’interaction et de son évolution.

Perspective synchronique
Trois grands types de perturbations de l’interaction ou dysfonctionnement interactifs précoces sont décrit :
  • l’excès de stimulations,
  • le manque de stimulation,
  • leur caractère paradoxal, brouillant la communication.

Il est à noter que la notion d’excès ou à l’inverse d’insuffisance de stimulations au sein du couple mère-bébé est à relier au niveau des stimulations que la mère adresse au bébé, compte tenu des capacités d’attention, de la « soif » pour les échanges manifestées par le bébé.
Ainsi, un même niveau de stimulation peut convenir à un nourrisson donné, constituer un excès de stimulation pour un autre dont le seuil de perception ou de tolérance est bas et qui va se montrer hyperexcitable. A l’inverse, il constitue une hypostimulation chez un nourrisson plus calme qui a besoin de beaucoup de sollicitations.
Le caractère excessif ou insuffisant des stimulations peut provenir :
  • de la mère :
    • énergique ou hyperenthousiaste,
    • ou manifestant une hypersollicitation anxieuse
    • ou à l’inverse déprimée
    • ou ayant des comportement d’évitement phobiques
    • ou bien délaissant l’enfant
  • du bébé :
    • hypersensibilité innée
    • ou à l’inverse hyporéactivité
Perspective diachronique
Tout au long de l’évolution, différentes modalités évolutives ont été repérées :
  • la stabilité du mode interactif
  • le caractère de fixation et régression des patterns interactifs
  • l’aspect oscillant des perturbations de l’interactions, passant par exemple par
    • des périodes d’hypostimulation alternant avec des périodes d’hyperstimulation
    • ou bien encore une incohérence du mode évolutif.

STERN parle de « faux pas dans la danse ».
FIELD parle d’interactions dysharmonieuses.
FIVAZ parle d’alliances et mésalliances entre le bébé et son environnement.
MAZET et coll. Parlent de dysfonctionnements interactifs précoces.

Les instruments de l’évaluation

COHN et TRONICK utilisent la situation de still face (visage immobile).

FIELD utilise une situation dérivée de Cohn et Tronick où il demande aux mères de simuler une dépression.

AINSWORTH utilise une situation standardisée : strange situation qui a pour but d’évaluer l’attachement du nourrisson à travers différentes séquences : présence puis départ de la mère, présence et départ de l’étranger, réunion avec la mère etc. Cette situation utilisée tant dans les interactions normales que pathologiques a permis une classification des différentes formes d’attachement du jeune enfant :

  • attachement « sécurisant »
  • attachement « non sécurisant » : évitant ou résistant

1.4 Bibliographie

Souffrances autour du berceau
Des émotions au soin
LAMOUR, BARRACO
Editions Gaëtan Morin, 1998
Les relations précoces parents-enfants et leurs troubles
Juan MANZANO
Editions Médecine et Hygiène, 1996
L’évaluation des interactions précoces entre le bébé et ses partenaires
LEBOVICI, MAZET, VISIER
Editions Médecine et Hygiène, 1989
Le nourrisson, la mère le psychanalyste. Les interactions précoces
LEBOVICI
Editions Centurion, 1983
Echelle d’évaluation du comportement néonatal
BRZELTON
Neuropsychiatrie de l’Enfance, 1983, 31, (2-3), 61-96.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Les trois niveaux de l’interaction
1.2 - Les interactions père-nourisson
1.3 - Les troubles des interactions
1.4 - Bibliographie