Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Psychomotricité : Expressivité du corps

Sommaire

L’expressivité du corps en psychomotricité

1 - Introduction

2 - Perspective théorique

3 - Pratique

4 - Bibliographie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - Introduction

 

 

Dans le cours concernant les concepts fondamentaux, nous avons vu que, en 1896, Bergson, dans Matière et Mémoire, décrit de façon intuitive, trois modèles de représentation du corps humain. Ces trois modèles vont devenir les principes conceptuels des trois grandes façons de penser le corps au XXeme siècle.

  1. modèle de la psychanalyse, en ce qui concerne l’image du corps.
  2. le modèle psychophysique, en ce qui concerne le cerveau.
  3. le modèle de la phénoménologie, en ce qui concerne la chair et le corps en relation au monde.
En ce qui concerne la psychanalyse
Freud, dès 1890, met l’accent sur l’image libidinale du corps.
Ce travail sera repris et complété par WALLON et LACAN trente ans plus tard ; ce dernier posera « le stade du miroir » comme aliénation du corps dans son image.
Pour Freud, ce corps est le lieu d’où s’inscrit le symbolique.
La dynamique du corps n’est pas prise en compte ici, ni sa relation au monde. C’est une relation entre perception/corps/image.
En ce qui concerne la psycho-physique
Les progrès de la neurologie obligent les chercheurs à repenser les relations entre la matière et la mémoire.
James, en 1890, importe aux USA les travaux de WUNDT, en ce qui concerne les principes de la psychologie expérimentale.
Ces travaux président à l’avènement des sciences cognitives, des neuro-sciences et des sciences sociales.
Citons les travaux de J.P CHANGEUX (l’homme neuronal), et de J.D VINCENT pour la biologie contemporaine.
En ce qui concerne la phénoménologie
HUSSERL, en 1907, fonde la phénoménologie en élaborant une théorie transcendantale du corps. Cette théorie sera reprise et développée par Merleau-Ponty et M. Henry.

C’est à partir de l’idée de corps vécu et de conscience du corps, issue de ce courant de réflexion phénoménologie, que s’inscrit le travail que je vais présenter maintenant.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable