Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Anatomie fonctionnelle

Sommaire

1 - Introduction et généralités

2 - Fonction musculaire et mouvement

3 - Tonus et posture

4 - Axe vertébral et verticalité

5 - Membre inférieur - Appuis

6 - Ceinture scapulaire - Membre supérieur

7 - Thorax

8 - Physiologie de la respiration

Bibliographie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 2 - Fonction musculaire et mouvement

 

2.3 - Organisations de la musculature

 

Les quatre classifications de groupes musculaires proposées ici se recoupent entre elles… ; elles constituent quatre « points de vue » nuancés quant à la façon dont les fonctions musculaires peuvent être appréhendées et peuvent aider à l’observation et la compréhension dans l’analyse tonique, posturale et dynamique du corps.

2.3.1 Musculatures « posturale » / « dynamique »

La différenciation entre musculatures posturale et dynamique tient à leurs fonctions respectives définies, dans le maintien et surtout les adaptations permanentes de la posture d’une part, dans la mobilité de l’action d’autre part.

Mais elles sont par ailleurs aussi caractérisées par le type de fibres musculaires qui les composent (de deux sortes et en proportions variables pour chaque muscle) ainsi que par le type d’innervation. Elles peuvent être également distinguées d’après certains aspects de leur localisation.

Musculature posturale
fibres I ou B…]
  • fibres consommant peu d’énergie, peu fatigables, à action de type lente et prolongée
  • muscles le plus souvent sous commande réflexe
  • muscles plutôt profonds, courts et monoarticulaires avec généralement un paramètre de mouvement dominant.
  • rôle : le maintien / équilibration de la posture, l’appui / stabilité et le « pré-mouvement »
Musculature dynamique
fibres II ou A…]
  • fibres consommant beaucoup d’énergie, fatigables, à action rapide mais plutôt brève
  • muscles généralement sous commande volontaire
  • muscles plutôt superficiels, longs et polyarticulaires avec le plus souvent une combinaison des 3 paramètres de mouvement.
  • rôle : le mouvement, dans la dynamique et l’amplitude

Cependant, cette différenciation n’est pas stricte ; certains muscles peuvent participer de ces deux catégories ou « changer » de catégorie selon l’utilisation (prolongée…) qui en est faite… Quant à la musculature dite posturale, elle doit travailler, en fait, en « stabilisation dynamique », c’est à dire en assurant la rééquilibration permanente des structures plus ou moins locales sur lesquelles viennent s’appuyer le mouvement (et qui ne doivent pas être fixées dans l’immobilité) et en ajustant mutuellement à chaque instant les contraintes d’appui d’une part et le déroulement du mouvement de l’autre.

2.3.2 Musculatures « centrale » / « périphérique »

Cette distinction s’appuie sur la notion d’une « hiérarchie musculaire », dans le sens proximo-distal, avec une organisation de l’ensemble de la musculature en « rayonnement » à partir d’un centre : région 3ème lombaire / ombilic, dans laquelle convergent - ou divergent... - et se croisent tous les muscles principaux du tronc et des ceintures.

Musculature centrale
Constituée des musculatures abdominale et lombaire (« ceinture abdomino-lombaire » : transverse, obliques (interne et externe) et carré des lombes) et participe de la musculature posturale. Elle établit une zone de soutien, d’appui pour la posture et le mouvement (« avoir les reins solides »…)
on retrouve un rayonnement en étoile des fibres musculaires sur les musculatures elles mêmes des parois ant. et post de la ceinture abdominale = centre…]
Elle sert de carrefour de liaison entre les différents trajets musculaires, les différentes parties du corps et permet d’unifier leurs mobilités, en coopération avec les carrefours essentiels que sont les diaphragmes.
Musculature périphérique
Elle est plus proche de la musculature dynamique, située au niveau des membres surtout. Elle doit permettre l’amplitude du mouvement autour d’un centre « stable ».
la périphérie corporelle (et surtout le haut du corps) ne peut être disponible au mouvement que si elle trouve un appui / stabilité sur le « centre » (associé aux membres inférieurs)...]

2.3.3 Groupes « de fermeture » / « d’ouverture »

Ces groupes sont déterminés selon leur fonction spécifique dans les deux mouvements fondamentaux de fermeture et d’ouverture du corps (enroulement / déroulement).

Ces musculatures sont également apparentées aux « posturale / dynamique ».

Groupe de fermeture
constitués principalement des musculatures de flexion et de rotation interne (médiale), qui sont situées plutôt antérieurement.
Groupes d’ouverture
constitués surtout des musculatures d’extension et de rotation externe (latérale), qui sont situées plutôt postérieurement.
La posture fermée
est en relation avec l’enroulement fœtal.
En position debout, elle correspond à une tendance naturelle, par action de la gravité (détente, passivité), mais aussi au « ré-enroulement » de l’âge avancé…, à des actions / tensions plus ou moins chroniques exprimant des impulsions de « regroupement » autour du centre (recentrage sur soi), ou à des réflexes de protection… Les muscles concernés sont peu systématisés, moins nombreux et organisés que ceux de l’ouverture, mais peuvent être très dynamiques et précis dans leur action de flexion..
La posture ouverte
permet l’ouverture de la face antérieure, « relationnelle », du corps. Elle correspond, en position debout, à une énergie de redressement, de relative « résistance dynamique » (ou élan opposé) à la gravité.
Les muscles concernés sont plus organisés que ceux de la fermeture, plus structurés dans leur action qui, bien que plus lente, est souvent plus puissante.

Cette « lecture » dynamique peut être faite par la seule observation de la disposition et du nombre de muscles de ces différents groupes, par exemple :

  • Flex / Ext de la CV. : il n’y a que peu de muscles de flexion sur la face ant. de la CV. alors qu’il existe un groupe important, les paravertébraux, en face post.
  • RI / RE (RM / RL) au niveau de la hanche : il y a assez peu de muscles de rotation interne (médiale) par rapport au grand groupe structuré des pelvitrochantériens, rotateurs externes (latéraux).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
2.1 - Rappels de références anatomo-physiologiques
2.2 - Constitution du système locomoteur
2.3 - Organisations de la musculature
2.4 - Mouvement et coordination
2.3.1 - Musculatures « posturale » / « dynamique »
2.3.2 - Musculatures « centrale » / « périphérique »
2.3.3 - Groupes « de fermeture » / « d’ouverture »
2.3.4 - Chaînes musculaires