Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Virologie

Sommaire

Introduction

1 - Structure des virus, cycle viral, physiopathologie des infections virales

2 - Les Herpesviridae - 1ère partie (HSV et VZV)

3 - Les Herpesviridae - 2ème partie (CMV, EBV, HHV-6, HHV-7, HHV-8 et virus B du singe)

4 - Rétrovirus humains - 1ère partie (le VIH ou HIV)

5 - Rétrovirus humains - 2ème partie (HTLV) et virus des hépatites - 1ère partie (hépatite A - VHA ou HAV, hépatite B - VHB ou HBV)

6 - Virus des hépatites - 2ème partie

7 - Les virus respiratoires - 1ère partie

8 - Les virus respiratoires - 2ème partie. Les virus des oreillons, de la rougeole, de la rubéole

9 - Entérovirus et virus des gastroentérites

10 - « Autres virus à ADN » : adénovirus, polyomavirus, papillomavirus, parvovirus, poxvirus

11 - Agents des encéphalopathies spongiformes ou ATNC (agents transmissibles non conventionnels)

12 - Virus de la rage, arbovirus, autres virus dits émergents

A - Calendrier des vaccinations 2005 - Tableau synoptique

B - Calendrier vaccinal 2005

C - Récapitulatif : diagnostic, prévention, traitement

D - Aide-mémoire de chimiothérapie antivirale

E - Les examens virologiques en pratique médicale

F - Recommandations de traitement pour hépatite chronique

G - Vingt ans après

H - Évaluation de l’enseignement de la virologie. Année 2007

I - Remerciements


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 6 - Virus des hépatites - 2ème partie

 

 

6.3 Le virus de l’hépatite E ou HEV

Classé au sein de la famille des Hepeviridae dans le genre Hepevirus, c’est un petit virus nu à ARN.

Le HEV est difficilement cultivable, mais il existe une trousse pour détection des anticorps spécifiques en ELISA. Ce sont des contaminations fécale-orales massives qui donnent des épidémies principalement dans le Tiers Monde. La 1ère épidémie reconnue, en Inde, suivait la contamination de citernes par des eaux d’égout. Il existe cependant aussi des cas sporadiques en Europe.

Cette hépatite E, qui comme l’hépatite A ne passe pas à la chronicité, a toutefois une particularité mal expliquée : une mortalité > 10 % chez les femmes enceintes.

Certains animaux constituent probablement un réservoir de ce virus (rongeurs, porcs, sangliers).

6.4 Le virus dit de l’hépatite G et le TTV

L’HGV, comme l’HCV, a été mis en évidence par des techniques de biologie moléculaire ayant permis d’isoler des séquences génomiques dans du sérum de sujet infecté. Ce nouveau virus est proche de l’HCV et se classe parmi les flavivirus. Il est assez répandu (4 % de la population générale à Paris, donneurs de sang compris). Son pouvoir pathogène est en première analyse très limité et il ne semble pas hépatotrope. Mieux vaudrait donc l’appeler virus G plutôt que HGV. On le détecte par RT-PCR dans le sérum et une sérologie en ELISA est disponible. Celle-ci se positive lors de la disparition du virus de la circulation (marqueur de guérison ?)

LE TTV, le dernier des virus découvert associé à la transfusion. TT étant les initiales de la personne chez qui ce virus a été découvert. C’est un petit virus à ADN, nu, largement répandu dans la population (prévalence variable, supérieure à 50 %), de pouvoir pathogène encore imprécis, en première analyse très limité.

On voit que le raffinement des techniques de virologie moléculaire mène à la détection de virus nouveaux, largement répandus dans la population et bien peu pathogènes.

6.5 Points importants

Le virus de l’hépatite D

  • Les particularités de sa structure.
  • Sa dépendance vis-à-vis du virus de l’hépatite B.
  • Le bénéfice du vaccin contre l’hépatite B

Le virus de l’hépatite C

  • C’est un flavivirus, virus à ARN et enveloppe.
  • 170 millions de sujets infectés dans le monde dont 600 000 en France.
  • La structure du génome et de la particule virale.
  • Les modalités évolutives de l’infection (chronique dans 80 % des cas, menant à la cirrhose et au cancer du foie).
  • Les marqueurs de l’infection et les modalités du diagnostic.
  • La transmission du virus, ses inconnues, sa prévention.
  • Le principe du traitement.

La co-infection à 2 virus ou plus : HIV, HBV, HDV, HCV, due au mode de contamination.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
6.1 - Le virus delta ou virus de l’hépatite D (HDV)
6.2 - Le virus de l’hépatite C (HCV)
6.3 - Le virus de l’hépatite E ou HEV
6.4 - Le virus dit de l’hépatite G et le TTV
6.5 - Points importants