Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Virologie

Sommaire

Introduction

1 - Structure des virus, cycle viral, physiopathologie des infections virales

2 - Les Herpesviridae - 1ère partie (HSV et VZV)

3 - Les Herpesviridae - 2ème partie (CMV, EBV, HHV-6, HHV-7, HHV-8 et virus B du singe)

4 - Rétrovirus humains - 1ère partie (le VIH ou HIV)

5 - Rétrovirus humains - 2ème partie (HTLV) et virus des hépatites - 1ère partie (hépatite A - VHA ou HAV, hépatite B - VHB ou HBV)

6 - Virus des hépatites - 2ème partie

7 - Les virus respiratoires - 1ère partie

8 - Les virus respiratoires - 2ème partie. Les virus des oreillons, de la rougeole, de la rubéole

9 - Entérovirus et virus des gastroentérites

10 - « Autres virus à ADN » : adénovirus, polyomavirus, papillomavirus, parvovirus, poxvirus

11 - Agents des encéphalopathies spongiformes ou ATNC (agents transmissibles non conventionnels)

12 - Virus de la rage, arbovirus, autres virus dits émergents

A - Calendrier des vaccinations 2005 - Tableau synoptique

B - Calendrier vaccinal 2005

C - Récapitulatif : diagnostic, prévention, traitement

D - Aide-mémoire de chimiothérapie antivirale

E - Les examens virologiques en pratique médicale

F - Recommandations de traitement pour hépatite chronique

G - Vingt ans après

H - Évaluation de l’enseignement de la virologie. Année 2007

I - Remerciements


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 5 - Rétrovirus humains - 2ème partie (HTLV) et virus des hépatites - 1ère partie (hépatite A - VHA ou HAV, hépatite B - VHB ou HBV)

 

5.1 - Rétrovirus humains - 2ème partie : HTLV

 

Découvert simultanément par l’équipe de R. GALLO et celle d’Y. HINUMA, l’HTLV-1 est un rétrovirus oncogène humain. Il tire son nom de son tropisme pour les lymphocytes T et de son implication dans deux processus malins : certaines leucémies lymphoïdes T de l’adulte et certains lymphomes à cellules T. Il s’agit dans les deux cas de lymphocytes T matures. Il est également responsable de la paraparésie spastique tropicale qui a des similarités cliniques avec la sclérose en plaques.

Ces manifestations graves sont une complication non inéluctable de l’infection à HTLV-1 (1 à 5 % des cas seulement sur les 20 millions de sujets infectés par HTLV-1 dans le monde). Celle-ci sévit de façon endémique en Afrique intertropicale. Du fait du commerce maritime et de l’esclavage, elle s’est établie également dans le bassin des Caraïbes comme dans les provinces méridionales du Japon. Sa prévalence dans la Caraïbe est de 2 % (de l’ordre de 0,05 % en métropole).

Il s’agit ici de l’HTLV type 1. Le type 2 est beaucoup plus restreint et concerne surtout les usagers de drogue partageant leur seringue ; son pouvoir pathogène chez l’homme n’est pas établi.

Inoculé à des PBMC (peripheral blood mononuclear cells) de donneurs sains, l’HTLV-1 n’entraîne, au contraire de l’HIV, aucun ECP. En de telles cultures in vitro, l’HTLV-1 donne une prolifération des lymphocytes T CD4+ qui intègrent l’ADN proviral et produisent des antigènes viraux.

L’HTLV-1, bien que doué de pouvoir oncogène, ne porte aucun oncogène ; le mécanisme des leucémies et lymphomes fait intervenir la protéine virale TAX, transactivateur équivalent de la protéine TAT de l’HIV. On admet que la protéine TAX stimule la production d’interleukine 2 ainsi que l’expression sur les lymphocytes T CD4+ du récepteur à l’IL2. Cette stimulation autocrine des lymphocytes T CD4+ aboutit, dans une minorité de cas seulement, à l’apparition du clone malin responsable de la leucémie ou du lymphome T. L’HTLV-1 est un mitogène T cause de lymphomes T, de même que l’EBV est un mitogène B cause de lymphomes B.

Bien que la RT de l’HTLV-1 soit par nature aussi « infidèle » que la RT du HIV-1, la variabilité de l’HTLV-1 est très réduite (1 à 4 % de différence entre les souches d’HTLV-1 au niveau des nucléotides contre 30 % pour les souches d’HIV-1). C’est dû au fait que la transmission de l’HTLV-1 et son maintien dans la population se fait essentiellement par les cellules ayant intégré le cDNA, par mitose, et non par les particules virales extracellulaires.

Dans les conditions naturelles, l’HTLV-1 connaît, comme l’HIV, une transmission materno-fœtale et par l’allaitement, ainsi qu’une transmission par les rapports sexuels, par transfusion sanguine et par partage de seringues (« les 3 S »). La transmission par le lait semble le principal vecteur. Une réduction de la prévalence est donc possible.

Le diagnostic de l’infection à HTLV-1 ou -2 comporte différentes mesures : le criblage par ELISA est devenu systématique chez les candidats au don du sang, de sperme ou d’organe.

Il est nécessaire de confirmer tout ELISA positif par un Western blot.

On s’efforce de faire la différence entre 1 et 2. Les critères de positivité du Western blot sont la présence à la fois d’anticorps dirigés vers l’enveloppe (antigp 62/68 ou gp 46 ou gp21 pour respectivement le précurseur, la glycoprotéine de surface et la glycoprotéine transmembranaire) et d’anticorps dirigés vers les structures internes (anti p24 ou p19, pour respectivement le core et la matrice.

La lecture du Western blot HTLV n’est pas toujours évidente de sorte que l’on peut être amené à pratiquer une PCR.

L’isolement du virus est fastidieux et aléatoire, donc peu pratiqué.

Une coculture de PBMC du patient et de PBMC de donneur sain, stimulés par la PHA est maintenue 8 semaines. On y recherche à partir de la 4e semaine, la présence de transcriptase inverse dans le surnageant ou bien une fluorescence spécifique à l’aide d’un anticorps monoclonal ou la transformation des PBMC qui se mettent alors à proliférer.

Les difficultés du diagnostic sérologique comme de l’isolement viral renforce l’intérêt pour la PCR. Il existe des amorces spécifiques du type 1 et d’autres du type 2. La PCR se pratique sur les PBMC du patient dès leur prélèvement mais aussi après coculture avec PBMC des donneurs sains.

Points importants :

  • l’HTLV-1 est un rétrovirus oncogène et neuropathogène
  • cela chez quelques % seulement des personnes infectées
  • il a une répartition géographique particulière
  • c’est un mitogène T
  • sa transmission se fait de cellule à cellule
  • par les « 3 S » et surtout le lait

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Rétrovirus humains - 2ème partie : HTLV
5.2 - Les « virus des hépatites »
5.3 - Caractères généraux des hépatites virales aiguës
5.4 - Le virus de l’hépatite A (VHA ou HAV)
5.5 - Le virus de l’hépatite B (VHB ou HBV)
5.6 - Points importants