Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Radiographie du thorax : les syndromes radiologiques

Sommaire

Préface

1 - Le syndrome alvéolaire

2 - Le syndrome interstitiel

3 - Le syndrome nodulaire

4 - Le syndrome bronchique

5 - Le syndrome vasculaire

6 - Le syndrome cavitaire

7 - Le syndrome pleural

8 - Le syndrome médiastinal

9 - Le syndrome pariétal

10 - Les calcifications


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 9 - Le syndrome pariétal

 

 

Il est formé de signe radiologiques traduisant une lésion de la paroi thoracique.

Une augmentation ou une diminution de l’apaisseur des parties molles du thorax peut être repérée par comparaison avec le côté opposé. Une augmentation se traduit par une opacité étendue à limites floues ne modifiant pas les vaisseaux pulmonaires en regard, n’effaçant pas les contours de la coupole diaphragmatique et les lignes médiastinales, et respectant le cul de sac costodiaphragmatique. Une diminution d’épaisseur se traduit par une hyperclarté ne modifiant pas la vascularisation pulmonaire. Les hyperclartés d’origine pariétale peuvent être créées par des asymétries congénitales de la paroi, un syndrome de Poland, des atrophies musculaires d’origine neurologique ou après mammectomie.

Les masses tumorales ou infectieuses de la paroi thoracique développées vers l’extérieur du thorax, sont parfaitement accessibles à l’examen clinique. Elles peuvent toutefois avoir une traduction radiologique. Vue de face, la lésion apparait comme une opacité dont les contours peuvent être nets et bien limités, nets d’un côté et flous de l’autre, ou flous dans leur totalité. En vue tangentielle, la lésion est soit invisible, soit repérée comme une opacité à développement extrathoracique raccordée à la paroi.

Les masses de la paroi développées vers l’intérieur du thorax échappent à l’examen clinique. Elles sont repérables radiologiquement car elles refoulent la plèvre et le poumon. Vue de face, l’opacité présente un contour net d’un côté et flou de l’autre ou flou dans sa totalité. En vue tangentielle, l’opacité est périphérique, se raccorde en pente douce à la paroi ; sa limite interne, interfacée avec la plèvre et le poumon apparait nette et convexe vers le parenchyme. Ses caractères sont communs avec le syndrome pleural dessinant une collection ou une masse pleurale localisée. Les signes permettant le diagnostic différentiel doivent être recherchés. En cas d’atteinte pariétale, le cul de sac costodiaphragmatique est libre, les signes pleuraux sont en règle absents.

Une lésion osseuse, en regard de l’opacité, est à elle seule suffisante pour affirmer la nature pariétale de l’opacité. Il peut s’agir d’une déminéralisation, d’une lacune, d’une lyse étendue ou d’une fracture pathologique. Quelquefois, il s’agit d’une lésion productive avec une matrice osseuse ou cartilagineuse. En l’absence de lésion osseuse, le signe du liseré pleural doit être recherché. Inconstant, mais pathognomonique d’atteinte pariétale, il est défini par une fine ligne représentant les deux feuillets pleuraux, visibles sur l’incidence tangentielle à l’opacité pariétale en regard de sa convexité. La ligne est silhouettée en dehors par l’air alvéolaire et en dedans par la graisse extrapleurale.

Les causes d’ascension uni ou bilatérale des coupoles diaphragmatiques sont rappelées dans les tableaux 22 et 23.

Tableau 22 Ascension diaphragmatique bilatérale
Causes fréquentes
  • Hépatosplénomégalie
  • Ascite
  • Pneumopéritoine, hémopéritoine
  • Tumeur ou kyste abdominaux
  • Grossesse
  • Obésité
Causes moins fréquentes ou rares
  • Collapsus lobaire bilatéral
  • Lupus érythémateux disséminé, dermatomyosite
  • Abcès sous-phrénique bilatéral
  • Syndrome post-infarctus du myocarde (syndrome de Dressler)
  • Atteinte pleurale bilatérale
  • Maladie neuromusculaire
  • Infarctus pulmonaire bilatéral
  • Traumatismes

Tableau 23 Ascension diaphragmatique unilatérale
Causes fréquentes
  • Collapsus pulmonaire
  • Fractures de côtes
  • Idiopathiques
  • Distension colique ou gastrique
  • Foyer inflammatoire abdominal
  • Paralysie phrénique
  • Atteinte pleurale
  • Pneumonie
  • Post opératoires
  • Rupture du foie ou de la rate
  • Scoliose (du côté de la concavité)
  • Masse sous-phrénique
Causes moins fréquentes ou rares
  • Eventration
  • Tumeur rétropéritonéale
  • Embolie pulmonaire ou infarctus
  • Hypoplasie pulmonaire, syndrome du cimeterre

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable