Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Pharmacologie

Table des matières

Informations générales

Introduction

1 - Le développement du médicament

2 - Méthodologie des essais de médicaments

3 - Ordonnance et règles de prescription

4 - Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments

5 - Médicaments génériques

6 - Mécanisme dâ???édicaments

7 - La iatrogènie induite par le médicament

8 - Prescription dans des populations particulières

9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

10 - Système nerveux autonome

11 - Les antalgiques centraux ou opioïdes

12 - Les antalgiques périphériques purs

13 - Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

14 - Corticostéroides

15 - Neurologie - Psychiatrie

16 - Endocrinologie - Métabolisme

17 - Contraception hormonale

18 - Pharmacologie des anti-viraux

19 - Antibactériens

20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

21 - Anti-rétroviraux


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

 

9.9 - Anti-agrégants plaquettaires

 

Les anti-agrégants plaquettaires comprennent plusieurs catégories de substances de mécanismes moléculaires d’action différents mais aboutissant tous à l’inhibition de l’agrégation plaquettaire : les inhibiteurs de la cyclo-oxygénase 1 (COX) dont le chef de file est l’aspirine qui inhibent la voie du Thromboxane A2, les inhibiteurs de la voie de l’ADP et les antagonistes des récepteurs GpIIbIIIa.

9.9.1 Inhibiteurs de la cyclo-oxygenase plaquettaire

(uniquement de type COX 1)

  • inhibition irréversible : aspirine
  • inhibition réversible : anti-inflammatoires non stéroïdiens (flurbiprofène Cebutid*)

L’aspirine induit une inhibition irréversible de la cyclooxygénase de type 1 par acétylation.

Cette action est à l’origine de l’ensemble des propriétés pharmacologiques de l’aspirine : propriétés anti-inflammatoires, antipyrétiques et antalgiques.

Au niveau des plaquettes, cette inhibition bloque la synthèse de thromboxane A2 et inhibe ainsi une des voies de l’agrégation plaquettaire. Comme les plaquettes sont dépourvues de noyau, elles ne peuvent pas resynthétiser la cyclooxygénase, l’effet persistera pendant un temps égal à la durée de vie des plaquettes qui est de 7 jours en moyenne.

Image graphique10725.trsp.gif

Propriétés pharmacocinétiques : implications pharmacodynamiques
L’aspirine subit un très intense métabolisme de premier passage hépatique.
Elle est hydrolysée au niveau du sang et des tissus par les estérases en acide salicylique et acide acétique. Aux très faibles doses d’aspirine (30 mg/j), l’aspirine est ainsi presque complètement métabolisée lors de son premier passage hépatique et seul son métabolite l’acide salycilique (inhibiteur lui-même aussi mais de manière réversible de la COX 1) se retrouve présent dans la circulation systémique.
A ces doses, l’agrégation irréversible des plaquettes s’effectue ainsi uniquement lors de son passage dans la circulation porte. Comme cette inhibition est irréversible et comme les plaquettes ne peuvent resynthétiser la cyclo-oxygénase, l’administration répétée de ces faibles doses d’aspirine va induire une inhibition cumulée de l’agrégation plaquettaire par addition lors de chaque passage des plaquettes au contact de l’aspirine dans la circulation porte. Au bout de quelques jours l’inhibition de l’agrégation plaquettaire est complète et sélective, avec une inhibition minimale de la synthèse des prostaglandines dans les tissus périphériques et notamment les artères, préservant ainsi en théorie la synthèse de la prostacycline, prostanglandine vasorelaxante et inhibitrice de l’agrégation plaquettaire.
Aux doses plus fortes d’aspirine, l’inhibition de la cyclo-oxygénase n’est plus sélective de la cyclo-oxygénase plaquettaire.
Effets indésirables
Ils sont la conséquence de l’inhibition de la synthèse des prostaglandines.
Aux doses usuelles, le principal effet indésirable est l’intolérance gastrique. En effet au niveau du mucus gastrique, cette inhibition supprime l’action cytoprotectrice des prostaglandines, altère la qualité du mucus gastrique et rend la muqueuse gastrique plus sensible aux agressions de tous types. Cette gastrite est également favorisée par l’irritation directe du comprimé d’aspirine au contact de la muqueuse. La prise d’aspirine sous forme de comprimés doit ainsi se faire impérativement après désintégration du comprimé dans un verre d’eau.
Cette toxicité gastrique est responsable de gastralgies et surtout d’une gastrite érosive exposant au saignement gastrique pouvant se manifester sous forme d’hématémèse ou melena. Une petite augmentation des pertes sanguines dans les selles est couramment associée à l’administration d’aspirine.
Aux doses antiagrégantes, l’aspirine n’induit pas les effets indésirables observés avec les plus fortes doses.
Usage et précautions d’emploi
Indications thérapeutiques
L’aspirine en tant qu’anti-agrégant plaquettaire est indiquée dans la prévention des complications thrombotiques de l’athérosclérose : prévention secondaire après un infarctus du myocarde (prévention des récidives d’infarctus), prévention des accidents ischémiques cérébraux en cas de lésions athéroscléreuses des vaisseaux cérébraux (carotides en particulier).
Les doses préconisées sont comprises entre 75 mg et 325 mg / J.
Interaction et association
Aux faibles doses utilisées pour l’effet anti-agrégant, les seules interactions à considérer sont les suivantes :
  • Augmentation du risque hémorragique en association avec les Héparines et les antivitamines K
  • Une inhibition des effets bénéfiques des IEC (notamment dans l’insuffisance cardiaque) a été discutée, mais aux faibles doses d’aspirine, l’importance de cette interaction reste controversée.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
9.1 - Introduction et données générales
9.2 - Les diurétiques
9.3 - Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II
9.4 - Vasodilatateurs
9.5 - Médicaments inotropes positifs
9.6 - Anti-arythmiques
9.7 - Hypolipémiants
9.8 - Médicaments de l’hémostase
9.9 - Anti-agrégants plaquettaires
9.10 - Thrombolytiques
9.9.1 - Inhibiteurs de la cyclo-oxygenase plaquettaire
9.9.2 - Inhibiteurs de la voie de l’ADP
9.9.3 - Inhibiteurs des récepteurs GPIIbIIIa du fibrinogène sur les plaquettes