Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Pharmacologie

Table des matières

Informations générales

Introduction

1 - Le développement du médicament

2 - Méthodologie des essais de médicaments

3 - Ordonnance et règles de prescription

4 - Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments

5 - Médicaments génériques

6 - Mécanisme dâ???édicaments

7 - La iatrogènie induite par le médicament

8 - Prescription dans des populations particulières

9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

10 - Système nerveux autonome

11 - Les antalgiques centraux ou opioïdes

12 - Les antalgiques périphériques purs

13 - Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

14 - Corticostéroides

15 - Neurologie - Psychiatrie

16 - Endocrinologie - Métabolisme

17 - Contraception hormonale

18 - Pharmacologie des anti-viraux

19 - Antibactériens

20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

21 - Anti-rétroviraux


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

 

9.7 - Hypolipémiants

 

Les études épidémiologiques ont mis en évidence une étroite relation entre le niveau du cholestérol sanguin et la fréquence de survenue des complications cardiovasculaires (relation curvi-linéaire avec une forte augmentation du risque pour les niveaux élevés de cholestérol).

Les essais cliniques ont démontré que la réduction de 30 % du niveau du cholestérol sanguin (et en particulier du LDL cholestérol) obtenue avec les inhibiteurs de l’HMG CoA reductase réduisait d’autant la fréquence des complications cardiovasculaires (mortalité cardiovasculaire, infarctus du myocarde) chez les patients présentant au départ un haut niveau de cholestérol sanguin (prévention primaire) et chez les patients ayant déjà présenté un accident coronarien et un niveau modérément élevé de cholestérol sanguin (prévention secondaire).

Les substances hypolipémiantes principales sont les suivantes : Résines échangeuses d’ions, Acide nicotinique, Fibrates et inhibiteurs de l’HMG CoA réductase.

Image foie.trsp.gif
ASBT = Apical sodium bile acid transporter
D’Après G. Luc, Thérapie 2000 ; 55 : 661-668

9.7.1 Résines échangeuses d’ions

Cholestyramine (questran*)

Propriétés pharmacocinétiques
Elle fixe les acides biliaires dans la lumière intestinale et empêche leur réabsorption. Un anion chlore est libéré par les sites de fixation ammoniums quaternaires cationiques en échange des acides biliaires, mais la cholestyramine elle-même n’est pas résorbée.
Elle doit être prise en 2 ou 3 fois par jour au cours des repas, les résines fixant les sels biliaires prises entre les repas n’ont aucun effet. La posologie habituelle est de 20 g/j atteinte progressivement.
Propriétés pharmacodynamiques
Les acides biliaires sont normalement réabsorbés dans le jejunum dans une proportion d’environ 95 %. Leur excrétion peut être augmentée jusqu’à 10 fois avec la prise de cholestyramine. Le catabolisme du cholestérol est ainsi augmenté et sa résorption digestive est également diminuée. Il en résulte une diminution de la concentration intra-hépatocytaire de cholestérol. Ceci à pour conséquence l’augmentation du nombre des récepteurs membranaires de l’hépatocyte aux lipoprotéines LDL ce qui induit l’augmentation de la captation des lipoprotéines LDL par les hépatocytes. Ceci réduit les concentrations plasmatiques de LDL (baisse de l’ordre de 20 % chez les patients ayant une hypercholéstérolémie familiale hétérozygote).
Les individus atteints d’une hypercholestérolémie familiale homozygote, dépourvus de récepteurs aux LDL, ne répondront pas à l’action de ce médicament.
Effets indésirables
Principalement constipation et sensation de ballonnement
Usage et précautions d’emploi
Indications thérapeutiques
Hypercholéstérolémie
Interaction et association
Interactions avec l’action des anti-vitamines K : réduction de la résorption intestinale de vitamine K mais réduction également de la résorption des antivitamines K eux-mêmes. La surveillance du niveau d’anticoagulation doit donc être particulièrement précise en cas d’association des deux traitements.
Réduction de la résorption intestinale d’autres médicaments tels : les digitaliques, les thiazides, la levothyroxine, certaines statines, l’aspirine etc.
Réduction de la résorption des acides biliaires cholelitholytiques (acide chenodesoxycholique)
Tout médicament coprescrit avec la cholestyramine devrait donc être administré 1 heure avant ou au moins deux heures après la prise de cholestyramine.

9.7.2 Acide nicotinique

(non commercialisé en France, mécanisme d’action mal élucidé)

C’est une vitamine hydrosoluble, transformée dans l’organisme en amide, incorporé dans le nicotinamide-adénine-nucléotide (NAD). Excrété dans les urines inchangé ou sous forme de nicotinamide.

Propriétés pharmacodynamiques
L’acide nicotinique (mais pas le nicotinamide) diminue les taux plasmatiques de VLDL et de LDL chez les patients hyperlipidémiques par diminution de la sécrétion des VLDL.
Echange des ions chlore pour des acides biliaires qui sont ainsi fixés et non recyclés
(↑ excrétion hépatique du cholestérol)

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
9.1 - Introduction et données générales
9.2 - Les diurétiques
9.3 - Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II
9.4 - Vasodilatateurs
9.5 - Médicaments inotropes positifs
9.6 - Anti-arythmiques
9.7 - Hypolipémiants
9.8 - Médicaments de l’hémostase
9.9 - Anti-agrégants plaquettaires
9.10 - Thrombolytiques
9.7.1 - Résines échangeuses d’ions
9.7.2 - Acide nicotinique
9.7.3 - Fibrates
9.7.4 - Inhibiteurs de l’HMG Co A reductase (statines)
9.7.5 - Autres médicaments utilisés au cours des traitements des hyperlipidémies