Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Pharmacologie

Table des matières

Informations générales

Introduction

1 - Le développement du médicament

2 - Méthodologie des essais de médicaments

3 - Ordonnance et règles de prescription

4 - Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments

5 - Médicaments génériques

6 - Mécanisme dâ???édicaments

7 - La iatrogènie induite par le médicament

8 - Prescription dans des populations particulières

9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

10 - Système nerveux autonome

11 - Les antalgiques centraux ou opioïdes

12 - Les antalgiques périphériques purs

13 - Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

14 - Corticostéroides

15 - Neurologie - Psychiatrie

16 - Endocrinologie - Métabolisme

17 - Contraception hormonale

18 - Pharmacologie des anti-viraux

19 - Antibactériens

20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

21 - Anti-rétroviraux


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

 

9.2 - Les diurétiques

9.2.3 - Propriétés pharmacologiques des différentes classes de diurétiques

9.2.3.2 - Diurétiques thiazidiques

 

Les diurétiques thiazidiques inhibent le transport du NaCl au niveau du tube contourné distal.

Initialement, ces substances sont nées des efforts pour synthétiser des inhibiteurs plus puissants de l’anhydrase carbonique. Cependant, l’effet diurétique est nettement dissocié de la capacité d’inhibition de l’anydrase carbonique. Ils induisent des courbes de relation dose-effet diurétique parallèles en fonction de la puissance de chacun d’eux mais avec un effet maximal identique.

Parmi ceux commercialisés en France : Hydrochlorothiazide (Esidrex*), Bendrofluméthiazide (Naturine*), Hydrofluméthiazide (léodrine*).

Certains sont des composés analogues : la chlortalidone (Hygroton), la metolazone (non commercialisée en France), l’indapamide (Fludex*).

Tous ont en commun un groupement sulfamidé non substitué.

Propriétés pharmacocinétiques
Tous les thiazides sont résorbés lorsqu’ils sont administrés par voie orale, mais présentent des différences dans leur métabolisme. Tous sont sécrétés par le système sécrétoire des acides organiques et entrent en compétition avec la sécrétion de l’acide urique. Pour être actifs, ils doivent parvenir au pôle urinaire des cellules du tube contourné distal du néphron.
Propriétés pharmacodynamiques
Les thiazides inhibent le cotransport NaCl au niveau du tube contourné distal (face endoluminale des cellules du tube contourné distal). Ils n’inhibent pas la réabsorption du calcium, cette dernière étant modulée par l’hormone parathyroidienne (PTH).
Cependant, l’inhibition de la réabsoption du NaCl au niveau du tube contourné distal induit une stimulation relative de la réabsorption du calcium. L’effet global est une diurèse chloro-sodée avec une diminution de l’excrétion du calcium.
Effets indésirables
Hypovolémie et insuffisance rénale fonctionnelle en cas de surdosage et insuffisance d’apport hydrique : sensation de faiblesse, hypotension orthostatique, signes cutanés de déshydratation.
Déplétion potassique et alcalose métabolique : risque d’hypokaliémie
Diminution de la tolérance aux glucides : cet effet provient d’une diminution de la libération d’insuline par les ilots de Langherans du pancréas et / ou d’une réduction de l’utilisation périphérique du glucose. Une hyperglycémie et une glycosurie peuvent ainsi survenir chez les patients prédisposés diabétiques ou pré-diabétiques.
Hyperuricémie : les taux sanguins d’acide urique augmentent habituellement chez les patients traités par thiazidiques mais sans qu’un traitement spécifique soit nécessaire. Une crise de goutte peut être déclenchée chez les patients ayant présenté de tels antécédents.
Hyponatrémie : elle entraine des troubles de vigilance. Une hyponatrémie de dilution peut s’observer en cas de réduction de la capacité de dilution du rein ou en cas de libération prolongée d’hormone anti-diurétique (vasopressine). Une polydipsie et une déplétion en potassium peuvent jouer un rôle important dans la constitution de l’hyponatrémie.
Réactions allergiques : des exanthèmes cutanés surviennent occasionnellement. Des réactions allergiques graves sont rares mais peuvent induire une anémie hémolytique, une thrombocytopénie, une pancréatite aiguë, un ictère choléstatique. De part la nature chimique, il existe un risque d’allergie croisée avec les autres composés sulfamidés.
Usage et précautions d’emploi
Les diurétiques sont contre indiqués chez la femme enceinte, pour éviter l’hypovolémie.
Les diurétiques sont susceptibles d’induire plus facilement une déshydratation extra-cellulaire chez les sujets agés en cas de réduction des apports hydriques ou de diarrhée (gastro-entérite).
Les diurétiques thiazidiques perdent de leur efficacité en cas d’insuffisance rénale (clairance de la créatinine inférieure à 20 ml/min). Dans ce cas seuls les diurétiques de l’anse gardent une efficacité et pourront être utilisés.
Indications thérapeutiques
Hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, hypercalciurie, diabète insipide néphrogénique.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
9.1 - Introduction et données générales
9.2 - Les diurétiques
9.3 - Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II
9.4 - Vasodilatateurs
9.5 - Médicaments inotropes positifs
9.6 - Anti-arythmiques
9.7 - Hypolipémiants
9.8 - Médicaments de l’hémostase
9.9 - Anti-agrégants plaquettaires
9.10 - Thrombolytiques
9.2.1 - Introduction et généralités
9.2.2 - Mécanisme d’action
9.2.3 - Propriétés pharmacologiques des différentes classes de diurétiques
9.2.3.1 - Diurétiques de l’anse de Henle : furosémide (lasilix*), bumétanide (burinex*)
9.2.3.2 - Diurétiques thiazidiques
9.2.3.3 - Diurétiques distaux