Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Pharmacologie

Table des matières

Informations générales

Introduction

1 - Le développement du médicament

2 - Méthodologie des essais de médicaments

3 - Ordonnance et règles de prescription

4 - Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments

5 - Médicaments génériques

6 - Mécanisme dâ???édicaments

7 - La iatrogènie induite par le médicament

8 - Prescription dans des populations particulières

9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

10 - Système nerveux autonome

11 - Les antalgiques centraux ou opioïdes

12 - Les antalgiques périphériques purs

13 - Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

14 - Corticostéroides

15 - Neurologie - Psychiatrie

16 - Endocrinologie - Métabolisme

17 - Contraception hormonale

18 - Pharmacologie des anti-viraux

19 - Antibactériens

20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

21 - Anti-rétroviraux


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

 

20.3 - Produits immunomodulateurs, immunosuppresseurs et immunostimulants

 

20.3.3 Immuno-phaarmaco : immuno-stimulant

L’immuno-stimulation est recherchée principalement dans trois situations cliniques : (i) les états d’immunodéficience (SIDA), (ii) les infections chroniques, (iii) le cancer. Les deux principale limites de ces traitements sont (i) le peu de spécificité de l’effet obtenu conduisant à une stimulation généralisée du système immunitaire responsable d’une tolérance médiocre, (ii) une magnitude d’effet thérapeutique relativement faible.

Cytokines
Le terme de cytokines désigne un groupe hétérogène de protéines produites par les cellules de la lignée blanche. Elles ont un rôle essentiel dans la régulation du système immunitaire et l’hématopoïèse. La table 2 liste les principales cytokines identifiées à ce jour. Les principales cytokines utilisées en thérapeutique sont le G-CSF et GM-CSF (respectivement, granulocyte colony stimulating factor & granulocyte-macrophage colony stimulating factor), L’IL-2 et les interférons (α, β, γ). Ce sont des produits issues des biotechnologies du DNA recombinant.

20.3.4 Interleukine II (proleukine)

C’est une cytokine recombinante humaine (IL2-rh), utilisée pour sont action sur la stimulation de la croissance des cellules T helper et T cytotoxique.

Mode action et indication
Par liaison aux récepteurs à l’IL2 des cellules immunitaires répondeuses à un stimulus antigénique, il induit leur prolifération et différenciation en T-helper et T-cytotoxique (LAK : lymphocyte activated killer). Il induit également la prolifération des cellules B, stimule l’activité des macrophages et augmente la toxicité des cellules NK (natural killer). L’IL2 est également inducteur de l’interféron α (INF-α). A ce jour, l’IL2 a deux indications qui sont (i) le cancer du rein métastatique pour lequel il est rapporté 15 % de réponses objectives et (ii) le mélanome malin métastatique pour lequel 17 % de réponses objectives sont rapportées.
Voie d’administration et métabolisme
L’IL2 est administrée par voie intra-veineuse. La 1/2 vie plasmatique est courte de l’ordre de 1h. Le produit est métabolisé au niveau rénal par l’épithélium du tube contourné proximal. Il n’est pas observé d’anti-corps circulants neutralisants.
Effets indésirables
Les principaux effets indésirables inclus les fuites vasculaires capillaires conduisant à des œdèmes (pulmonaire) et une hypotension dans 75 % des patients, un syndrome inflammatoire se traduisant par un syndrome grippal (fièvre, frisson, arthralgie), une arythmie cardiaque, des troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements, diarrhées), et des troubles psychiatrique associant confusion et dépression ; au plan hématologique il peut-être observé une anémie, une thrombocytopénie et une granulopénie.

20.3.5 Les interférons α, β, γ

Les interférons utilisées en thérapeutique sont des protéine recombinantes humaine possédant les mêmes propriétés que les cytokines naturelle, incluant activité anti-viral, anti-proliférative (anti-mitotique) et immuno-modulatrice. Trois principales classes sont identifiées à ce jour : INF-α (comportant plus de 24 sous-types) et l’INF-β toutes deux d’origines leucocytaire et fibroblastique, et INF-γ produit par les lymphocytes T activés.

Activité biologique
à faible dose ils augmentent tout trois l’activité cytotoxique des lymphocytes activés mais à forte dose l’INF-β inhibe la prolifération B & T. Les trois classes inhibent la réplication virale essentiellement en bloquant la transcription de l’ARN viral. Les INFs α et β ont une activité anti-mitotique.
Indication
L’INF-α-2b (ROFERON) a reçu une indication dans la leucémie à tricholeucocytes, la LMC, le Kaposi, le mélanome, le cancer du rein, l’hépatite B et C. l’INF-β-1a (BETASERON) a reçu une indication dans la Sclérose en Plaque (effet immunosuppresseur). L’INF-γ a reçu une indication dans la lymphogranulomatose chronique.
Administration et métabolisme
Il sont administrés par voie sous-cutanée ou intra-musculaire. Les produits sont éliminés avec une 1/2 vie plasmatique apparente de 5 heures. Les interférons sont métabolisées au niveau de l’épithélium rénale et éliminées par voie rénale. Dans 25 % des cas, l’administration répétée d’interféron donne lieux à la production d’anti-corps neutralisant.
Effets indésirables
Essentiellement un syndrome grippal (fièvre, myalgie, arthralgie) et thrombopénie

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
20.1 - Résumé du chapitre
20.2 - La chimiothérapie anticancéreuse
20.3 - Produits immunomodulateurs, immunosuppresseurs et immunostimulants
20.3.1 - Généralités
20.3.2 - Immuno-pharmaco : immunosuppression
20.3.3 - Immuno-phaarmaco : immuno-stimulant
20.3.4 - Interleukine II (proleukine)
20.3.5 - Les interférons α, β, γ