Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Pharmacologie

Table des matières

Informations générales

Introduction

1 - Le développement du médicament

2 - Méthodologie des essais de médicaments

3 - Ordonnance et règles de prescription

4 - Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments

5 - Médicaments génériques

6 - Mécanisme dâ???édicaments

7 - La iatrogènie induite par le médicament

8 - Prescription dans des populations particulières

9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

10 - Système nerveux autonome

11 - Les antalgiques centraux ou opioïdes

12 - Les antalgiques périphériques purs

13 - Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

14 - Corticostéroides

15 - Neurologie - Psychiatrie

16 - Endocrinologie - Métabolisme

17 - Contraception hormonale

18 - Pharmacologie des anti-viraux

19 - Antibactériens

20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

21 - Anti-rétroviraux


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

 

20.2 - La chimiothérapie anticancéreuse

20.2.3 - Médicaments utilisés en chimiothérapie anticancéreuse

 

Les principaux médicaments utilisés en chimiothérapie anticancéreuses peuvent être classés en trois catégories :

Les agents cytotoxiques
Agents alkylants et apparentés. Ils forment des liaisons covalentes avec les nucléotides de la chaîne ADN et inhibent ainsi la réplication ;
Agents antimétabolites. Ils bloquent ou détournent une ou plusieurs voie de synthèse de l’ADN.
Antibiotiques cytotoxiques. Produits d’origine microbienne qui inhibent la division cellulaire.
Agents tubulo-affines et apparentés. Produits dérivés de plantes qui affectent de façon spécifique la fonction du fuseau mitotique par liaison à la tubuline
Les hormones
Essentiellement les stéroïdes, glucocorticoides, oestrogenes et androgènes, ainsi que les produits bloquant la sécrétion hormonale ou antagonisant l’action des hormones.
Les modificateurs de la réponse immune
Ces substances sont apparus récemment dans l’arsenal thérapeutique et ont pour objectif de stimuler la réponse immune anticancéreuse. Ces produits comprennent essentiellement l’interleukine II et l’interferon α.
Les inhibiteurs de l’activité protéïne-tyrosine kinase
Il s’agit du dernier développement en date des nouvelles approches anticancéreuses ayant pour cible le système enzymatique directement et « spécifiquement » responsable de l’activation cellulaire des cellules cancéreuse de la LMC (Bcr-Abl tyrosine kinase). Le premier produit, l’imatinib (Glivec) a été mis à disposition du corps médical de façon précoce (en phase II) en raison d’une efficacité biologique remarquable dans la LMC, démontrant une réponse hématologique complète dans 80 %-100 %, associée à une réponse cytogénétique complète chez 20-30 %des patients (disparition des cellules porteuses du chromosome Philadelphie) ; il est toutefois encore en phase de développement clinique (en 2003) et ses spécifications thérapeutiques doivent être complétées.

Image ciblespharm.gif
Cibles pharmacologiques

20.2.3.1 Agents alkylants et apparentés

Les agents alkylants et apparentés possèdent un groupement chimique pouvant former des liaisons covalentes avec les acides nucléiques de la cellule. La première étape métabolique est la formation d’un ion carbonium, atome de carbone ne comprenant que 6 électrons dans sa couche externe. Cet ion est extrêmement réactif et réagit instantanément avec tout donneur d’électron du voisinage, comme un groupement amine, -OH ou SH. La plupart des alkylants utilisés en thérapeutique sont bifonctionnel (ils possèdent deux groupes alkyls) pouvant lié deux nucléotides adjacents. L’azote N7 de la guanine est probablement la cible moléculaire principale de l’alkylation, mais aussi N1 et N3 de l’adénine ou N3 de la cytosine peuvent être concernés.

Un agent bifonctionnel étant capable de réagir avec deux nucléotides, il formera des ponts intra ou inter-caténaires, rendant impossible la transcription ou la réplication de l’ADN. De plus l’alkylation en N7 de la guanine conduit à son excision, et ainsi à la rupture de la chaîne ADN. En cas de réparation de la guanine excisée, la paire guanine-cytosine peut être remplacée par la paire adénosine-thymine (mutation).

L’alkylation intervient essentiellement au moment de la réplication de l’ADN (phase S) quand les deux brins sont séparés et exposent ainsi les sites d’intérêt à l’action alkylante. Le blocage de la mitose en phase G2 conduit à la mort de la cellule.

Tout les agents alkylants sont myelosuppresseurs et provoquent des troubles gastro-intestinaux (diarrhée, nausées, vomissements). Après usage prolongé, s’ajoute des troubles de la gamétogénèse et une stérilité permanente chez l’homme, et un risque accru de leucémie aiguë non-lymphoblastique.

Cette classe pharmacologique comprend un très grand nombre de substances utilisées en thérapeutique. Les plus communément utilisés sont présentés ici.

Les moutardes à l’azote
Elles sont toutes chimiquement liées au gaz moutarde utilisé comme gaz de combat pendant la première guerre mondiale. Leur formule de base est R-N-bis-(2chloroethyl). Dans l’organisme, chacune des chaînes latérales 2-chloroethyl est cyclisée avec libération d’ion chlore. Le dérivé éthylène - ammonium ainsi formé est très hautement réactif et peut réagir avec l’ADN ou d’autres molécules.
Le Cyclophosphamide est le plus couramment utilisé des produits alkylants. Il est inactif et doit être métabolisé par les cytochromes P450 hépatiques avant de donner deux métabolites l’un actif la moutarde phosphoramidée qui est l’agent alkylant, l’autre inactif l’acroléine, responsable des cystiques hémorragiques qui compliquent le traitement par le cyclophosphamide. Cet effet indésirable peut être prévenu par augmentation de la diurèse et administration de mesna lequel antagonise les effets de l’acroléine. Le cyclophosphamide est myelotoxique, relativement plus pour la fonction lymphocytaire. A ce titre il est parfois utilisé comme immunosuppresseur. Le cyclophosphamide peut être administré par voie orale, mais aussi parentérale (iv, im, ip). Les principaux effets indésirables incluent la cystite hémorragique, la myelosuppression, et les nausées/vomissements.
Nitroso-urées
Les nitroso-urées sont des produits actifs sur un grand nombre de tumeurs, agissant par alkylation et probablement par un autre mode d’action non encore élucidé. Dans l’organisme ils sont spontanément dégradés de façon non-enzymatique pour former des dérivés alkylants. D’autre métabolites tel que les isocyanates organiques sont capables d’interagir avec les protéines et peuvent inactiver les enzymes de réparation de l’ADN.
Un exemple de nitroso-urée est la lomustine qui du fait de sa grande liposolubilité peut passer la barrière hémato-encéphalique et agir ainsi sur les tumeurs cérébrales et méningées. Néanmoins, les nitroso-urées présentent une myelotoxicité importante, présentant deux caractéristiques péjoratives, la toxicité est cumulative et elle est retardée (3 à 6 semaines après début du traitement).
Cisplatine
L’action du cisplatine est homologue à celle des moutardes azotées. Il provoque par réaction avec l’ADN des ponts intracaténaires entre les résidus guanine adjacents. Le cisplatine est administré par voie iv lente. Après trois heures il est concentré dans les reins et après 40 heures dans l’intestin et le foie. Dans le plasma il est hautement lié aux protéines plasmatiques. Sa demi vie est biphasique avec une deuxième phase de plusieurs jours. Il est sévèrement néphrotoxique et nécessite des mesures d’hyperhydratation et diurèse forcée. Il est peu myelosuppresseur mais provoque des vomissements d’une extrême sévérité (ceux ci peuvent être antagonisés par un 5-HT3 inhibiteur comme l’odansetron). Le cisplatine est ototoxique, provoque des neuropathies périphériques, des réactions anaphylactiques et une hyperuricemie. C’est un produit qui a modifié le pronostic des tumeurs solides des lignées germinales (testicules et ovaires).

20.2.3.2 Antimétabolites

Antifoliques
Le principal antagoniste folique est le methotrexate (MTX). C’est l’antimétabolite le plus utilisé en chimiothérapie anticancéreuse. Les folates sont essentiels à la synthèse des bases puriques et de la thymidine, lesquels sont essentiels pour la synthèse d’ADN et la division cellulaire. Les folates pour agir comme coenzyme doivent être réduits en tetrahydrofolate (FH4) par la dihydrofolate reductase. Le methotrexate analogue des folates présente une affinité supérieure pour la dihydrofolate reductase que les folates eux-mêmes. Cette compétition conduit rapidement à la déplétion de la cellule en FH4 et donc à l’interruption de la synthèse d’ADN.
Le methotrexate peut être administré par voie orale ou iv, présente un délais d’absorption (vo) de 1 à 5 heure (Tmax), et une demi-vie de 20 h. Il présente une faible liposolubilité et par conséquent passe peu la barrière hémato-encéphalique. Le passage intra cellulaire emprunte les voies du transport actif des folates. Dans la cellule, de même que les folates, le methotrexate est polyglutaminé. Il peut rester sous cette forme dans la cellule plusieurs mois.
Les mécanismes de résistance incluent, une diminution du transport intracellulaire, une diminution de l’affinité de la dihydrofolate réductase, une surproduction de cette enzyme et une diminution de la polyglutamination.
Les effets indésirables les plus communs incluent une myelosuppression, une toxicité rénale, une toxicité de l’épithelium gastro-intestinal et des mucites (lésions des muqueuses).
Analogues pyridiniques, eg, fluoro-uracile (5FU)
Le fluoro-uracile inhibe la synthèse des thymidilates et bloque ainsi la synthèse d’ADN. Il est métabolisé en fluoxuridine par la thymidine-phosphorylase puis en fluorodeoxyuridine monophosphate sous l’action de la thymidine kinase (5FdUMP). Le 5FdUMP inhibe la thymidilate synthetase enzyme essentielle à la synthèse des pyrimidines. Le 5FdUMP peut aussi être triphosphorylé et être incorporé de façon erroné dans la chaîne d’ADN dont il altère le métabolisme et la fonction.
Le fluoro-uracile est administré par voie orale ou parentérale. Il passe bien la barrière hemato-encéphalique. Sa demi-vie plasmatique est de 11 mn. Les principaux effets indésirables sont des lésions de l’épithelium du tractus digestif et une myelosuppression. Des troubles neurologiques avec atteinte cérébelleuse peuvent aussi être observés.

20.2.3.3 Antibiotiques cytotoxiques

Les antibiotiques cytotoxiques produisent généralement leur effets antimitotiques par des interactions directes avec l’ADN.

Anthracyclines
La dauxorubicine est le principal représentant de cette classe. Son effet antiprolifératif est lié à plusieurs activités. D’une part il forme des liaisons avec l’ADN, inhibant la synthèse de l’ADN et de l’ARN, mais son activité cytotoxique principale semble lié à une interaction avec la topoisomérase-II dont l’activité est très augmentée au moment de la division cellulaire. De façon schématique, la doxorubicine s’intercale dans l’ADN (agent intercalant) et stabilise le complexe topoisomérase-II/ADN, produisant des cassures de la chaîne et une défaillance de la réplication.
La dauxorubicine est administré par voie iv (iv-stricte en raison d’effet caustique en cas d’extravasation) et rapidement distribuée dans les tissus de l’organisme, à l’exception du système nerveux central. Elle est principalement éliminée par voie biliaire. En plus des effets indésirables généraux des antimitotiques, elle possède une cardiotoxicité, lié à la dose cumulée, se manifestant par des troubles du rythme et évoluant vers l’insuffisance cardiaque sévère. La doxorubicine provoque fréquemment des alopécies sévères.
Bleomycines
Les bleomycines sont des glycopeptides chélateurs de métaux qui dégrade l’ADN provocant des fragmentations de la chaîne et la libération des bases (agent scindant, « ciseaux chimique »). On pense que leur action sur l’ADN est lié à la libération de radicaux libres par chélation de l’ion ferreux puis oxydation générant des ions superoxyde. La bleomycine est active en phase G2 durant la mitose mais aussi sur les cellules qui ne sont pas en division (G0). Le produit est administré par voie iv, rapidement distribué et éliminé par voie rénale sans métabolisation, avec une demi-vie de 2h. La bleomycine est un des rares antimitotiques dépourvu de myelotoxicité. Son effet indésirable le plus sérieux est la fibrose pulmonaire irréversible, survenant dans 10 % des cas et fatal dans 1 % ; des réactions immuno-allergiques sont également observées ainsi qu’une toxicité cutanéo-muqueuse et une melanodermie.
Dactinomycine
Antibiotique dérivé de streptomycès, est un agent intercalant bloquant la transcription de l’ADN en perturbant le mouvement de l’ARN polymerase le long de la chaîne d’ADN. Agit également via la topoisomérase-II. C’est un produit particulièrement actif sur les cellules cancéreuses à vitesse de division rapide. Ses effets indésirables sont représentatifs de ceux de la plupart des antimitotiques. Il est administré par voie iv, rapidement éliminé, et ne passe pas la barrière hémato-encéphalique.

20.2.3.4 Dérivés végétaux tubulo-affines

Deux groupes de molécules sont représentés dans cette classe, les dérivés alcaloïdes de vinca rosea (pervenche de Madagascar) ou vinca-alcaloïdes et les taxane dérivé de taxus atlanticus (if). Leur cible moléculaire commune est la tubuline cytoplasmique dont la polymérisation est nécessaire à la construction du fuseau mitotique. La résultante de l’interaction de ces substances avec la tubuline est le blocage de la mitose en métaphase. Leurs effets sont manifestes uniquement sur les cellules en division. Cependant, tout autre activité cellulaire reposant sur l’activité microtubulaire sera aussi bloquée, ie, transport axonal intra-neuronal, phagocytose et chimiotactisme leucocytaire.

La vincristine
Dérivé de la pervenche, alcaloïde provoque un séquestre de tubuline par cristallisation irréversible de la tubuline intracellulaire, déplétant la cellule de la tubuline capable d’intégrer le fuseau mitotique. Le produit est administré par voie iv (iv stricte car caustique et rinçage veineux car toxicité veineuse), éliminé principalement par voie biliaire avec une demi-vie plasmatique de 2h et tissulaire de 48 h. Les dérivé de la pervenche sont relativement peu toxiques, et ne provoque pas de myelosuppression. Cependant il sont fréquemment neurotoxiques (neuropathie sensitivo-motrice).

20.2.3.5 Autres dérivés végétaux

Etoposide
Dérivé de la racine de podophyllum peltatum. Son mode d’action antimitotique n’est pas complètement déterminé ; cependant, il inhibe l’activité mitochondriale et le transport intra cellulaire des nucleosides, et interagit avec la topoisomérase-II. Il est administré par voie orale ou iv, largement distribué dans l’organisme, ne passe pas la barrière hemato-encéphalique et est éliminé principalement par voie urinaire. Ses effets indésirables sont principalement une myelosuppression, des nausées/vomissements et une alopécie.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
20.1 - Résumé du chapitre
20.2 - La chimiothérapie anticancéreuse
20.3 - Produits immunomodulateurs, immunosuppresseurs et immunostimulants
20.2.1 - Généralités
20.2.2 - Mode d’action des cytotoxiques antinéoplasiques
20.2.3 - Médicaments utilisés en chimiothérapie anticancéreuse
20.2.3.1 - Agents alkylants et apparentés
20.2.3.2 - Antimétabolites
20.2.3.3 - Antibiotiques cytotoxiques
20.2.3.4 - Dérivés végétaux tubulo-affines
20.2.3.5 - Autres dérivés végétaux