Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Pharmacologie

Table des matières

Informations générales

Introduction

1 - Le développement du médicament

2 - Méthodologie des essais de médicaments

3 - Ordonnance et règles de prescription

4 - Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments

5 - Médicaments génériques

6 - Mécanisme dâ???édicaments

7 - La iatrogènie induite par le médicament

8 - Prescription dans des populations particulières

9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

10 - Système nerveux autonome

11 - Les antalgiques centraux ou opioïdes

12 - Les antalgiques périphériques purs

13 - Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

14 - Corticostéroides

15 - Neurologie - Psychiatrie

16 - Endocrinologie - Métabolisme

17 - Contraception hormonale

18 - Pharmacologie des anti-viraux

19 - Antibactériens

20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

21 - Anti-rétroviraux


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 16 - Endocrinologie - Métabolisme

 

16.1 - Médicaments utilisés en endocrinologie-métablisme

 

16.1.3 Les médicaments de la thyroïde

16.1.3.1 Traitements substitutifs de l’hypothyroïdie

L’hypothyroïdie correspond à une diminution de la sécrétion d’hormone thyroïdienne, pour des raisons diverses.

Elle nécessite un traitement substitutif :

  1. Lévothyroxine (Lévothyrox®, L-Thyroxine®)
    La lévothyroxine (L-T4) subit une transformation dans les tissus périphériques : l’hormone active c’est la T3.
    • Demi-vie longue : 7 jours

    L’effet, correction des signes cliniques d’hypothyroïdie, n’apparaît qu’après plusieurs (4 - 6) semaines de traitement. On cherche, en fonction de la réponse individuelle, la bonne dose, en attendant d’être au plateau (stabilité clinique) pour évaluer si elle suffit.
    Attention
    Sujet âgé, coronaropathie : en cas de surdosage, risque d’apparition d’angor, troubles de rythme.
  2. Triiodothyronine (Cynomel®)
    Demi-vie courte, l’effet apparaît rapidement, mais il faut 2 à 3 prises/jour. Rarement utilisée.
    On peut discuter parfois l’intérêt d’un complément de T4 par de la T3, seule hormone utilisée par le cerveau, pour rétablir l’agilité intellectuelle si c’est une plainte.
  3. Suivi du traitement
    • TSH
    • Poids
    • Signes cliniques
      • FC, chez l’insuffisant coronaire : angor
      • troubles du rythme
      • Perte de cheveux, sécheresse de la peau etc...
    • Ajuster la dose aux signes cliniques, augmentation de dose → signes d’hyperthyroïdie
  4. Interactions médicamenteuses
    • L-T4 potentialise l’action des anti-vitamines K
      (↓ leur métabolisme hépatique)
    • Cholestyramine (hypocholesterolémiant, fixe les acides biliaires en inhibant leur cycle enterohépatique) réduit l’action de L-T4 en inhibant son absorption

16.1.3.2 Les anti-thyroïdiens de synthèse

  1. Carbimazole (Néo-mercazole®)
    Inhibe :
    • Oxydation et captation des iodures
    • Couplage des iodotyrosines (DIT, MIT T4, T3)

    N’inhibe pas la conversion périphérique de T4 en T3
    Carbimazole est une prodrogue ; après métabolisme hépatique : methimazole = métabolite actif
    Contre-indications
    • Insuffisance hépatique
    • Affections hématologiques pré-existantes
    • Allaitement → traverse le placenta et est excrété dans le lait → risque d’hypothyroïdie de nourisson
    • Grossesse La thyroïde fœtale ne commence à fixer l’iode qu’après la 12ième semaines de grossesse. Il est donc conseillé d’utiliser les doses de carbimazole les plus faibles possibles en préservant l’euthyroïdie de la mère par ce que le carbimazole traverse le placenta. Un bilan thyroïdien néonatal est indispensable si la mère a été sous carbimazole pendant la grossesse.
    Effets indésirables
    • Goitre, hypothyroïdie
    • Leucopénie, agranulocytose, aplasie médullaire surveillance hebdomadaire de NFS en début de traitement attirer l’attention si fièvre, angine, contacter médecin traitant
    Suivi du traitement
    • NFS
    • Périmètre du cou : Goitre
    • TSH tous les 2-3 mois en début de traitement
    • Poids
    • Symptômes cliniques
      • objectifs (Fc, exophtalmie)
      • subjectifs
    Mode d’emploi
    • Traitement d’attaque
    • Dose d’entretien
    • En euthyroïdie : co-administration de T4 pour freiner TSH :
      • diminue la production d’anticorps stimulant les récepteurs à TSH
      • diminue la fréquence des rechutes
    Durée du traitement
    • 1 - 1,5 ans
    • Après arrêt les rechutes ne sont pas rares
  2. Benzylthiouracile (Basdène®)
    Même mécanisme d’action comme carbimazole mais inhibe aussi la conversion périphérique T4 → T3

16.1.4 Les androgènes

L’indication thérapeutique : hypogonadisme.

MAIS utilisation très répandue : sportifs, culturistes « body builder », parce qu’ils augmentent la masse musculaire (masse maigre).

Risques :

  • diminution de libido
  • polyglobulie et ses conséquences (thromboses, AVC)
  • hépatite médicamenteuse
  • rétention hydrosodée

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
16.1 - Médicaments utilisés en endocrinologie-métablisme
16.2 - Médicaments du système gastrointestinal
16.1.1 - Obésité
16.1.2 - Les médicaments du diabète
16.1.3 - Les médicaments de la thyroïde
16.1.4 - Les androgènes
16.1.3.1 - Traitements substitutifs de l’hypothyroïdie
16.1.3.2 - Les anti-thyroïdiens de synthèse