Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Pharmacologie

Table des matières

Informations générales

Introduction

1 - Le développement du médicament

2 - Méthodologie des essais de médicaments

3 - Ordonnance et règles de prescription

4 - Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments

5 - Médicaments génériques

6 - Mécanisme dâ???édicaments

7 - La iatrogènie induite par le médicament

8 - Prescription dans des populations particulières

9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

10 - Système nerveux autonome

11 - Les antalgiques centraux ou opioïdes

12 - Les antalgiques périphériques purs

13 - Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

14 - Corticostéroides

15 - Neurologie - Psychiatrie

16 - Endocrinologie - Métabolisme

17 - Contraception hormonale

18 - Pharmacologie des anti-viraux

19 - Antibactériens

20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

21 - Anti-rétroviraux


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 15 - Neurologie - Psychiatrie

 

15.3 - Anti-épileptiques

 

15.3.5 Carbamazépine tégrétol®

  • anti-épileptique psychotrope
  • indiqué dans :       Grand mal
                                 Epilepsie partielle
  • traitement de la névralgie faciale
  • prévention des psychoses maniaco-dépressives
  • traitement des états d’excitation maniaques ou hypomaniaques.

15.3.5.1 Pharmacocinétique

  • résorption lente et irrégulière
  • distribution : le rapport entre concentration plasmatique et cérébrale est voisin de 1
  • inducteur enzymatique, la carbamazépine est capable d’induire son propre métabolisme (variations individuelles de la demi-vie, variation selon le rythme d’administration).
  • grandes fluctuations intra et inter individuelles
  • demi-vie : 10 - 25 heures

15.3.5.2 Pharmacologie

  • anticonvulsivant
  • anti-épileptique
  • psychotrope (cf psychiatrie)
  • antalgique
  • inducteur enzymatique

15.3.5.3 Effets secondaires

  • cutanés allergiques
  • digestifs
  • hématologiques (leucopénie, thrombopénie)
  • neurologiques (somnolence, vertiges)
  • sécrétion inappropriée d’ADH

15.3.5.4 Conséquences pratiques

  • Du fait des variations intra-individuelles dans un nycthémère, difficulté d’interprétation des résultats des dosages.
  • Dose de charge impossible car signes « toxiques », à type de sédation et troubles visuels.
  • Dose adulte 6 à 12 mg/kg/j à répartir dans la journée (3 à 4 prises/jour) ; établissement progressif (sédation) de la posologie efficace.

15.3.5.5 Interactions médicamenteuses

  • Interactions car inducteur enzymatique
  • Autre (cf Vidal)
    • lithium : risque de neurotoxicité
    • association contre-indiquée :
      • TAO® (augmentation des taux carbamazépine)
      • IMAO

15.3.5.6 Autres formes

  • Tégrétol® LP
  • Tégrétol® LP 200
  • Tégrétol® LP 400

* permet une stabilisation des taux plasmatiques et donc de diminuer la variabilité ;

* permet 1 à 2 prises/jour avec les mêmes posologies quotidiennes (mêmes effets pharmacologiques, secondaires).

15.3.6 Benzodiapépines

Les benzodiazépines sont toutes anticonvulsivantes. Seules, quelques-unes d’entre elles sont utilisées comme anti-épileptiques.

Cinétique et effets pharmacologiques : cf. Psychiatrie.

Les benzodiazépines utilisées sont :

  • le diazépam Valium®
  • le clonazépam Rivotril®
  • le clobazam Urbanyl®
  • dans l’état de mal épileptique par voie intraveineuse directe lente :
    0.2 à 0.3 mg/kg : diazépam
    0.01 à 0.02 mg/kg : clonazépam
    Répétition de ces doses si les crises persistent.
  • dans le traitement et la prévention des convulsions fébriles chez l’enfant :
    Valium® par voie intra-rectale : 0.5 mg/kg sans dépasser 10 mg (seringue canule de 10 mg) dans le traitement d’urgence de la crise convulsive.
    Dans le cas de la prévention immédiate d’une crise convulsive, tenir compte d’un éventuel traitement par benzodiazépines, administré soit de façon chronique, soit ponctuellement à cause de la fièvre et ne pas dépasser 1 mg/kg/jour.
  • en administration par voie orale le plus souvent ne sont qu’un traitement d’appoint ou adjuvant (car installation d’une tolérance pharmacologique et effets secondaires -sédation- gênants).

15.3.7 Succinimides

15.3.7.1 Indications

Sans effet sur le Grand mal, plus efficace et moins toxique que les oxazolidinediones, l’éthosuximide (ZARONTIN®) est utilisé dans le traitement du petit mal.

15.3.7.2 Effets secondaires

  • troubles digestifs très fréquents, nausées, vomissements, anorexie ;
  • troubles neuro-psychiques : somnolence, céphalées, hoquet, euphorie. De vrais syndromes parkinsoniens ont été décrits.
    Des troubles psychiques (agitation, agressivité, anxiété) peuvent survenir chez des malades présentant des antécédents psychiatriques.
  • éruptions cutanées : urticaire, syndrome de Stevens-Johnson, syndrome lupique.
  • troubles hématologiques : hyperéosinophilie, leucopénie, thrombocytopénie, pancytopénie, aplasie médullaire.

15.3.7.3 Interactions médicamenteuses

Aucune interaction médicamenteuse particulière n’a, jusqu’à présent, été signalée.

15.3.7.4 Dose

Adulte : 15 - 20 mg/j

Enfant : 20 - 25 mg/kg/j

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
15.1 - Antimigraineux
15.2 - Anti-parkinsoniens
15.3 - Anti-épileptiques
15.4 - Maladie d’Alzheimer
15.5 - Anti-vertigineux
15.6 - Antidépresseurs
15.7 - Antipsychotiques - Neuroleptiques
15.8 - Anxiolytiques
15.9 - Normothymiques - Lithium
15.3.1 - Généralités
15.3.2 - Les barbituriques
15.3.3 - Les hydantoïnes
15.3.4 - Valproate de sodium = dépakine®
15.3.5 - Carbamazépine tégrétol®
15.3.6 - Benzodiapépines
15.3.7 - Succinimides
15.3.8 - Autres anti-épileptiques ; nouveaux anti-épileptiques
15.3.9 - Autres antiepileptiques
15.3.10 - En cours d’étude actuellement
15.3.5.1 - Pharmacocinétique
15.3.5.2 - Pharmacologie
15.3.5.3 - Effets secondaires
15.3.5.4 - Conséquences pratiques
15.3.5.5 - Interactions médicamenteuses
15.3.5.6 - Autres formes
15.3.7.1 - Indications
15.3.7.2 - Effets secondaires
15.3.7.3 - Interactions médicamenteuses
15.3.7.4 - Dose