Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Pharmacologie

Table des matières

Informations générales

Introduction

1 - Le développement du médicament

2 - Méthodologie des essais de médicaments

3 - Ordonnance et règles de prescription

4 - Pharmacocinétique et métabolisme des médicaments

5 - Médicaments génériques

6 - Mécanisme dâ???édicaments

7 - La iatrogènie induite par le médicament

8 - Prescription dans des populations particulières

9 - Pharmacologie cardio-vasculaire

10 - Système nerveux autonome

11 - Les antalgiques centraux ou opioïdes

12 - Les antalgiques périphériques purs

13 - Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

14 - Corticostéroides

15 - Neurologie - Psychiatrie

16 - Endocrinologie - Métabolisme

17 - Contraception hormonale

18 - Pharmacologie des anti-viraux

19 - Antibactériens

20 - Antinéoplasiques - immunomodulateurs

21 - Anti-rétroviraux


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 15 - Neurologie - Psychiatrie

 

15.1 - Antimigraineux

 

15.1.3 Traitement de fond

Son objectif est de prévenir la survenue de la crise ou de diminuer la fréquence des crises. Son utilisation s’envisage dès que la fréquence des crises dépasse 2 par mois.

Il doit être continué pendant plusieurs mois.

L’action pharmacologique des différents traitements se fait via la sérotonine et la noradrénaline essentiellement

15.1.3.1 Di-hydro-ergotamine : DHE

Dergotamine®, DHE Lafarge®, DHE Sandoz®, Ikavan®, Seglor®...

Possède un effet agoniste partiel :

  • sur les récepteurs 5-HT
  • sur les récepteurs alpha-vasculaires (plus marqué sur la circulation veineuse)

A fortes doses, bloque des récepteurs 5-HT et alpha.

Posologie : 9 mg/24 heures environ, répartis en 3 prises.

15.1.3.2 Substances à tropisme sérotoninergique

  1. Methysergide (Désernil®)
    Pharmacologie
    • Antagoniste des récepteurs 5-HT2 (inhibiteur de la vasoconstriction induite par la 5-HT)
    • Inhibiteur de l’agrégation plaquettaire induite par la 5-HT ;
    • Diminue la libération d’histamine
    • Effet agoniste partiel 5-HT sur des récepteurs du tronc cérébral.

    Effets secondaires
    • troubles digestifs, sensation de malaise
    • somnolence diurne ou insomnie
    • fibrose rétropéritonéale (on pense pouvoir diminuer ce risque si les cures ne dépassent pas 6 mois et ne sont répétées, si nécessaire, qu’après intervalle de 3 à 4 semaines).

    Posologie
    Elle doit être progressive et la dose efficace fixée par tâtonnements (comprimés à 2,2 mg : 1 à 4 cp/jour).
  2. Autres
    • Dimetiotazine Migristène® : dérivé des phénothiazines
      Traitement de fond : 40 à 60 mg/jour
    • Pizotifène Sanmigran® : dose 3 à 4 cp/jour (posologie croissante)
      Somnolence, constipation, prise de poids
    • Oxetorone Nocertone® : dose 2 cp/jour
      Somnolence.

15.1.3.3 Médicaments noradrénergiques

  1. Bêta-bloquants
    Propranolol (AVLOCARDYL®, HEMIPRALON)

    De nombreux essais contrôlés ont confirmé l’action prophylactique du propranolol dans la migraine
    D’autres bêta-bloquants se sont révélés aussi efficaces :
    metoprolol : SELOKEN®, LOPRESSOR®

    Effet anti-migraineux
    Pour beaucoup de bêta-bloquants retrouvés efficaces dans les migraines, l’absence d’activité bêta-stimulante intrinsèque pourrait expliquer l’effet anti-migraineux (maintien d’un tonus vasoconstricteur). Mais d’autres ont une ASI donc cette explication n’est pas complètement satisfaisante.
    Autre explication possible : blocage de la synthèse de thromboxane (Tx A2).

    Pharmacologie, effets secondaires, contre-indications (cf. SNA - Cardiologie)

    Posologie du propranolol (AVLOCARDYL®) : 80 à 160 mg/jour, répartis en 2 prises.
    Durée du traitement : au moins 3 à 4 mois (effet retardé possible).
  2. Indoramine (Vidora®)
    Pharmacologie :
    • effet alpha-bloquant post-synaptique
    • anti-histaminique
    • antidopaminergique
    • antisérotoninergique
    • antiprostaglandine F2

    Posologie : 2 comprimés par jour
    Effets secondaires :
    • risque d’hypotension, somnolence, d’éjaculation rétrograde

15.1.3.4 Anticalciques

Flunarizine (SIBELIUM®) : efficacité retrouvée lors d’essais contrôlés.

Pharmacologie :

  • effet anti-calcique
  • effet anti-histaminique
  • effet sérotoninergique
  • effet dopaminolytique

Effets secondaires :

  • somnolence, prise de poids
  • syndrome parkinsonien, dépression

15.1.3.5 Antidépresseurs

Utilisés mais dont l’efficacité n’a pas été complètement démontrée ou confirmée.

  • Amitriptyline (LAROXYL®)
    Dose : 10 à 60 mg/j, maintien de l’effet jusqu’à 30 semaines.
    Effets pharmacologiques, effets secondaires et contre-indications : cf. Psychiatrie.
  • D’autres imipraminiques peuvent être utilisés : clomipramine ANAFRANIL® (10 mg/j).

15.1.3.6 Anti-inflammatoires

Les traitements proposés dans le traitement de fond sont identiques à ceux proposés dans le traitement de la crise (A-acétyl-salicylique, AINS).

15.1.4 Conduite du traitement de fond

Le nombre de traitements proposés est important. Un traitement de fond est indiqué quand la migraine (par sa fréquence et son intensité) retentit sur la vie quotidienne, entraîne un abus d’antalgiques ou de dérivés de l’ergot (deux crises violentes ou cinq crises par mois).

Le choix est fonction des traitements antérieurs déjà prescrits et de leur résultat (effet thérapeutique, tolérance), en tenant compte aussi de la durée de ce traitement, des automédications potentielles, de la sévérité et de la fréquence des crises.

La prescription de ces médicaments doit tenir compte des précautions d’emploi et des contre-indications, impose de rechercher une posologie optimale (progression des doses), de maintenir le traitement pendant un temps suffisant pour permettre de juger de son efficacité (2 à 3 mois), de le changer en cas de non efficacité.

La durée du traitement est difficile à chiffrer mais doit tenir compte de la sévérité de la migraine (En règle, traitement de 4 à 6 mois si efficace, diminution progressive pour posologie minimale ou arrêt).

15.1.5 Céphalées induites par les antimigraineux

Des céphalées (souvent interprétées comme des récidives de céphalées migraineuses) induites par abus de triptans (comme pour tous les antimigraineux probablement) ont été rapportées. Ces céphalées disparaissent le plus souvent après sevrage des différents traitements. Une réévaluation thérapeutique s’impose à chaque fois qu’apparaît une exacerbation des céphalées conduisant à une surconsommation d’antimigraineux.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
15.1 - Antimigraineux
15.2 - Anti-parkinsoniens
15.3 - Anti-épileptiques
15.4 - Maladie d’Alzheimer
15.5 - Anti-vertigineux
15.6 - Antidépresseurs
15.7 - Antipsychotiques - Neuroleptiques
15.8 - Anxiolytiques
15.9 - Normothymiques - Lithium
15.1.1 - Généralités
15.1.2 - Traitement de la crise
15.1.3 - Traitement de fond
15.1.4 - Conduite du traitement de fond
15.1.5 - Céphalées induites par les antimigraineux
15.1.3.1 - Di-hydro-ergotamine : DHE
15.1.3.2 - Substances à tropisme sérotoninergique
15.1.3.3 - Médicaments noradrénergiques
15.1.3.4 - Anticalciques
15.1.3.5 - Antidépresseurs
15.1.3.6 - Anti-inflammatoires