Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 9 - Lésions méniscales du genou

 

9.4 - Lésions dégénératives du ménisque interne

 

9.4.1 Diagnostic

9.4.1.1 Interrogatoire

Il s’agit cette fois d’adultes plus âgés (40 à 50 ans) dont le morphotype est souvent en genou varum. Le début est souvent plus progressif, mais il peut également exister un traumatisme démasquant la lésion (rotation externe).

La symptomatologie douloureuse interne prédomine avec des plaintes de type inflammatoire (douleurs nocturnes). Une arthrose est plus souvent retrouvée, le patient peut d’ailleurs parfois consulter pour une douleur du creux poplité provoquée par un kyste poplité. Celui-ci témoigne d’un épanchement intra-articulaire en rapport avec un phénomène irritatif intra-articulaire.

Des impressions de dérobade ou d’instabilité sont fréquentes. En effet, les lésions se présentent volontiers sous forme de languettes postérieures qui peuvent provoquer des dérangements internes.

9.4.1.2 Inspection

On recherche systématiquement un genou varum, une atrophie quadricipitale.

9.4.1.3  Examen des mobilités

Un déficit d’extension (flexum) est plus rarement retrouvé. La flexion complète peut être douloureuse.

9.4.1.4 Palpation

La palpation de l’interligne interne est souvent douloureuse. On retrouve souvent une hydarthrose. On peut constater l’existence d’un kyste poplité.

9.4.1.5 Manœuvres particulières

Les tests méniscaux de Mac Murray et le Grinding Test sont souvent retrouvés et orientent le diagnostic.

9.4.1.6 Examens complémentaires

Radiologie
Les clichés de face et de profil en appui (monopodal de préférence) mettent en évidence un pincement fémoro-tibial interne. Le cliché le plus important est le cliché dit en schuss ou cliché de face en appui monopodal à 30° de flexion. Ce cliché permet de dépister les arthroses fémoro-tibiales internes débutantes.
Goniométrie des membres inférieurs
Cette radiographie de l’ensemble du squelette jambier permet de mettre en évidence des déformations axiales en varus expliquant la surcharge interne.
IRM
Elle permet de confirmer le diagnostic de lésion méniscale.

9.4.2 Traitement

Il s’agit dans ce cas d’un stade de pré-arthrose, la lésion méniscale est en fait souvent le témoin d’un phénomène dégénératif. Il peut cependant exister des lésions traumatiques sur ménisque dégénératif.

9.4.2.1 Traitement médical

Lors des crises douloureuses, on associe anti-inflammatoires, antalgiques, glaçage. On a parfois recours à des infiltrations soit en intra-articulaire, soit au niveau du mur méniscal. Il ne faut cependant pas dépasser trois infiltrations au total. En cas de non-réponse au traitement et si la symptomatologie est importante (boiterie, arrêt du sport, gène quotidienne, crises articulaires douloureuses, blocage), deux attitudes sont possibles : la méniscectomie arthroscopique et l’ostéotomie correctrice.

9.4.2.2 Méniscectomie arthroscopique

Image Menisdegenfan.jpg

Si l’IRM a montré une lésion de type 3 et les radiographies ne montrent pas de pincement important en schuss, on peut alors proposer une arthroscopie permettant à la fois de réaliser un bilan des lésions, un lavage articulaire et une méniscectomie partielle de la lésion. Celle-ci peut soulager parfois durablement le patient, elle ne permet cependant pas d’enrayer l’évolution arthrosique.

9.4.2.3 Ostéotomie de valgisation

Image Osteotomiefan.jpg

S’il existe un pincement fémoro-tibial interne important associé à un genou varum apprécié sur la goniométrie du squelette jambier, il s’agit alors de réaliser une intervention permettant de diminuer les contraintes fémoro-tibiales internes en modifiant l’axe mécanique du genou : l’ostéotomie de valgisation.

Ces deux types d’attitude thérapeutique ne dispensent pas du traitement de fond dont le point le plus important est souvent un amaigrissement en cas de surcharge pondérale. Une rééducation spécifique du hauban externe peut également améliorer la symptomatologie. Des conseils d’hygiène de vie, en particulier la diminution des sports de contact ou sollicitant particulièrement le genou en rotation, peuvent éviter les crises douloureuses.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
9.1 - Définition
9.2 - Ce qu’il faut savoir
9.3 - Lésions traumatiques du ménisque interne
9.4 - Lésions dégénératives du ménisque interne
9.5 - Lésions méniscales externes
9.6 - Conclusion
9.4.1 - Diagnostic
9.4.2 - Traitement
9.4.1.1 - Interrogatoire
9.4.1.2 - Inspection
9.4.1.3 - Examen des mobilités
9.4.1.4 - Palpation
9.4.1.5 - Manœuvres particulières
9.4.1.6 - Examens complémentaires
9.4.2.1 - Traitement médical
9.4.2.2 - Méniscectomie arthroscopique
9.4.2.3 - Ostéotomie de valgisation