Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.7
V. Morice


Chapitre 8 - Fractures de la jambe

 

 

8.1 Définition

C’est une fracture diaphysaire et métaphysodiaphysaire, extra-articulaire, d’un ou des deux os de la jambe.

8.2 Ce qu’il faut comprendre

  • Le tibia et le péroné sont unis par la membrane interosseuse et par un système ligamentaire au niveau des articulations péronéotibiales supérieure et inférieure.
  • La fracture isolée du tibia est rare.
  • C’est une urgence traumatologique surtout lorsque la fracture est déplacée avec une ouverture cutanée ou une menace d’ouverture.
  • Il existe un risque élevé d’un syndrome de loge (voir section 8.5.4.1).

8.3 Diagnostic

Le diagnostic est souvent évident devant un blessé qui se plaint d’une douleur avec impotence fonctionnelle après un traumatisme du segment jambier.

L’interrogatoire précise :
  • l’heure du traumatisme et celle du dernier repas ;
  • le mécanisme direct ou indirect et son importance (traumatisme à haute énergie) ;
  • le siège de la douleur ;
  • une autre douleur qui oriente vers des lésions associées ;
  • les antécédents du blessé.
L’inspection établit :
le siège de la fracture et le déplacement ; une attitude fréquente en rotation externe et un raccourcissement, associés selon les cas à une angulation en varus (segment inférieur en dedans) ou en valgus (en dehors). Le foyer de fracture peut être en flexum (flexion dans le foyer) ou en récurvatum (inverse). Elle permet en outre d’évaluer l’état cutané à la recherche d’une ouverture ou d’une contusion importante des parties molles.
La palpation recherche :
  • les pouls périphériques (pédieux et tibial postérieur) ;
  • un déficit sensitif et/ou moteur en aval ;
  • l’état de la tension des loges musculaires (antéro-externe et postérieures) ; faire prise de pression si doute.

A éviter la palpation, chez un blessé conscient, du foyer de fracture, qui retrouverait une mobilité anormale très douloureuse avec une crépitation osseuse.
L’examen des mobilités :
est difficile à faire chez un blessé algique, mais il faut rechercher surtout une atteinte du nerf péronier commun (nerf sciatique poplité externe) en testant les muscles releveurs des orteils. Cet examen a de plus une valeur médico-légale.
Radiologie :
Après un alignement prudent et une immobilisation par une attelle transparente aux rayons X, un bilan radiographique est demandé. Il comporte des radiographies de face et de profil de la jambe et des radiographies centrées sur le genou et la cheville. Il précise :
  • le siège de la fracture qui est défini par tiers ;
  • le trait de la fracture qui peut être unique (fracture simple) ou complexe (fracture comminutive) ;
  • le déplacement de la fracture en 4 types, A, B, C, D :
    1. angulation
    2. baïonnette
    3. chevauchement
    4. décalage.
  • l’existence de trait de refend articulaire
  • l’existence de fractures associées (malléoles, plateau tibial…)
  • l’existence de fracture isolée de la diaphyse tibiale ou péronière.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
8.1 - Définition
8.2 - Ce qu’il faut comprendre
8.3 - Diagnostic
8.4 - Formes cliniques
8.5 - Traitement