Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Thrombophlébite et embolie pulmonaire

 

 

L’embolie pulmonaire (EP) est une cause fréquente de mortalité et de morbidité et elle survient dans des circonstances cliniques très variées. 95 % des EP font suite à une thrombose du système veineux profond des membres inférieurs. Il existe trois facteurs qui augmentent la fréquences de survenue de thrombophlébites : le stase veineux, les anomalies de la paroi vasculaire et l’altération du système de coagulation. En fait les circonstances de survenue de thrombophlébites sont : période postpartum, insuffisance ventriculaire gauche et droite, fractures ou autres lésions des membres inférieurs, insuffisance veineuse profonde chronique des membres inférieurs, alitement prolongé, néoplasie et obésité.

L’histoire naturelle de la thrombophlébite : dans un contexte favorable (cf plus haut) la thrombose se développe au contact des valves veineuses. L’agrégation plaquettaire forme un nidus suivi du développement d’un large thrombus de fibrine. Puis l’évolution est très rapide avec une extension de la thrombose veineuse.

Le diagnostic clinique de thrombophlébite est difficile. Une thrombophlébite est présente fréquemment en l’absence de signes cliniques (douleur, chaleur et tuméfaction) et est absente chez 50 % des patients chez qui on retrouve ces signes et symptômes. Le diagnostic paraclinique fait appel à l’echo-doppler et/ou à la phlébographie.

Le traitement de la thrombophlébite est surtout prophylaxique par l’héparine à bas poids moléculaire. Le traitement curatif fait aussi appel à ces mêmes médicaments en doublant les doses ou à l’héparine.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable