Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Nerf péronier commun (nerf sciatique poplité externe)

 

 

Après la bifurcation du nerf sciatique, le nerf péronier commun (sciatique poplité externe) longe le muscle biceps et chemine le long du bord externe du creux poplité en direction de la tête du péroné. Il contourne la tête du péroné et arrive à la face antérieure de la jambe où il perfore le muscle long péronier (latéral). A l’intérieur de ce muscle, le nerf se divise en un nerf péronier superficiel (musculo-cutané) et un nerf péronier profond (tibial antérieur). Le nerf péronier superficiel, surtout sensitif, descend entre le muscle long péronier et le péroné vers le dos du pied. Le nerf péronier profond, avant tout moteur, se dirige vers l’avant, rejoint les muscles extenseurs et descend le long de la face latérale du muscle tibial antérieur (jambier antérieur) vers le dos du pied.

Au niveau du bord latéral du creux poplité, le nerf péronier commun abandonne deux rameaux cutanés : le nerf cutané sural latéral (cutané péronier) qui innerve la peau de la face externe de la jambe et le rameau communicant péronier (saphène péronier) qui s’unit avec le nerf cutané sural médial (saphène externe) pour former le nerf sural.

Le nerf péronier superficiel donne des rameaux musculaires aux muscles long péronier et court péronier. Le reste du nerf est purement sensitif : ses branches terminales interne et externe innervent la peau du dos du pied à l’exception du premier espace inter-digital.

Le nerf péronier profond donne plusieurs rameaux musculaires aux muscles extenseurs de la jambe et fléchisseurs dorsal du pied : muscle tibial antérieur, muscle long extenseur des orteils, muscle court extenseur des orteils. La branche terminale du nerf nerf est sensitive et innerve les bords du premier espace inter-digital.

Une lésion du nerf se répercute sur les muscles extenseurs des orteils et fléchisseurs dorsal du pied. Lors de la marche, le pied tombe vers le bas et les orteils touchent le sol. En guise de compensation, le membre inférieur doit être anormalement levé et il résulte le steppage.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable