Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 7 - Lésions ligamentaires du genou

 

 

7.6 Examens complémentaires

7.6.1 Radiographie

Les clichés du genou de face et de profil ainsi que des trois-quarts permettent d’exclure une lésion osseuse (désinsertion du massif des épines, fracture du plateau tibial externe, etc.). On peut découvrir également une fracture parcellaire de l’extrémité supérieure du tibia (interne) : fracture de Segond, où une fracture de la tête du péroné.

Ces clichés peuvent être complétés par des examens dynamiques en tiroir antérieur et postérieure confirmant une lésion du pivot central.

7.6.2 IRM

Cet examen permet de confirmer les lésions ligamentaire du pivot central ainsi que de préciser l’état des ménisques.

7.7 Evolution

En cas de lésions bénigne (entorse du LLI), l’évolution est souvent favorable. Dans les entorses graves, l’évolution est parfois plus difficile avec une dégradation progressive de la stabilité du genou suivi par une arthrose secondaire aux accidents d’instabilité chronique. Cette séquelle majeure est surtout retrouvée lorsqu’il y a une lésion du ligament croisé antérieur ou du ligament croisé postérieur ou encore une association des deux. Cette laxité chronique peut entraîner progressivement des entorses à répétitions avec des épisodes de dérobement, des hydarthroses chroniques ou une lésion méniscale secondaire aux accidents d’instabilité itératifs. Progressivement, ces phénomènes provoquent des lésions du cartilage articulaire aboutissant à la longue à une arthrose fémoro-tibiale.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
7.1 - Définition
7.2 - Ce qu’il faut savoir
7.3 - Mécanismes lésionnels
7.4 - Démarche diagnostique et examen clinique programmé
7.5 - Entités cliniques
7.6 - Examens complémentaires
7.7 - Evolution
7.8 - Philosophie du traitement
7.9 - Conclusion
7.6.1 - Radiographie
7.6.2 - IRM