Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

 

 

5.7 Traitement

5.7.1 Principes

Le but du traitement est de restituer l’anatomie osseuse et articulaire par une réduction, et de maintenir cette réduction par un moyen de stabilisation permettant d’éviter les déplacements secondaires.

Cette réduction s’effectue, par manœuvres externes, sous anesthésie soit générale, soit loco-régionale.

Les critères de réduction sont :

De face
  • un rétablissement de l’obliquité de la ligne bistyloïdienne
  • un rétablissement d’un index radio-cubital inférieur normal.
De profil
  • un rétablissement d’une antéversion de la glène radiale.

5.7.2 Méthodes

5.7.2.1 Traitement orthopédique

Réduction de la fracture puis immobilisation par plâtre Brachio-Ante-Brachio-Palmaire pendant six semaines.

5.7.2.2 Traitement chirurgical

Ostéosynthèse par broches
Cet embrochage peut être effectué de diverses manières :
  • Brochage direct à partir de la styloïde radiale
  • Image kapandjifan.jpg
    Brochage intra-focal type Kapandji : les broches sont introduites dans le foyer de fracture et se fixent sur la corticale opposée
  • Brochage ascendant type PY : les broches sont introduites dans l’extrémité inférieure du radius et remontent dans la diaphyse jusqu’au niveau de la tête radiale.
Ostéosynthèse par plaque antérieure

Image plaqueantfan.jpg

Nécessite un abord chirurgical antérieur du poignet, passant entre le paquet vasculo-nerveux radial et le tendon du muscle grand palmaire (Voie d’abord de Henry).
Ostéosynthèse par fixateur externe
Traitement réservé aux fractures ouvertes ou aux fractures nécessitant une distraction de l’articulation et du foyer de fracture pour maintenir la réduction.

5.7.3 Indications

Elles dépendent du type de fracture et de la stabilité après réduction essentiellement, mais également de l’âge du patient et de l’activité du blessé.

5.7.3.1 Fractures non déplacées

Traitement orthopédique par Brachio-Ante-Brachio-Palmaire pendant six semaines.

Le coude est immobilisé pour bloquer la pronosupination.

5.7.3.2 Fractures par compression-extension

Fractures sus-articulaires à déplacement postérieur
La fracture de Pouteau-Colles peut être traitée orthopédiquement.
Réduction puis, en fonction de la stabilité de la fracture :
  • Soit contention par un plâtre Brachio-Ante-Brachio-Palmaire six semaines
  • Soit ostéosynthèse par brochage associée à une immobilisation par plâtre.
Fractures articulaires à déplacement postérieur
Elles sont le plus souvent instables est nécessitent donc un traitement chirurgical débutant par une réduction de la fracture et poursuivi par une fixation, soit par brochage, soit par plaque antérieure dans quelques cas, soit par fixateur externe lors de fracture comminutive du sujet jeune.

5.7.3.3 Fractures par compression-flexion à déplacement antérieur

Qu’elles soient sus-articulaires ou articulaires, ces fractures sont hautement instables et nécessitent un traitement chirurgical par plaque antérieure.

5.7.4 Rééducation

L’immobilisation pendant six semaines est habituelle dans ces fractures.

Une mobilisation précoce des doigts permet de prévenir les complications à type d’enraidissement secondaire.

Des radiographies de contrôle doivent être effectuées aux 2ème, 8ème, 15ème, 30ème et 45ème jours pour dépister tout déplacement secondaire.

Au 45ème jour, les broches sont retirées, sous anesthésie locale, et la rééducation est entreprise.

Elle consiste en une récupération des mobilités articulaires, sans forcer, respectant le principe de la non douleur, et une récupération progressive de la force motrice du poignet.

5.8 Conclusion

A côté de la classique fracture de Pouteau-Colles, réputée de bon pronostic, existent des fractures articulaires complexes posant des problèmes thérapeutiques et dont les séquelles sont nombreuses.

Le traitement se doit d’obtenir une restauration osseuse et articulaire anatomique car le pronostic fonctionnel dépends de la qualité de la réduction.

Autrefois, toutes traitées orthopédiquement, ces fractures ont largement bénéficié des progrès de l’ostéosynthèse, et les déplacements secondaires importants donc les cals vicieux gênants sur le plan fonctionnel, sont de moins en moins fréquents.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Définition
5.2 - Ce qu’il faut comprendre
5.3 - Anatomie pathologique
5.4 - Diagnostic
5.5 - Formes cliniques
5.6 - Complications
5.7 - Traitement
5.8 - Conclusion
5.7.1 - Principes
5.7.2 - Méthodes
5.7.3 - Indications
5.7.4 - Rééducation
5.7.2.1 - Traitement orthopédique
5.7.2.2 - Traitement chirurgical
5.7.3.1 - Fractures non déplacées
5.7.3.2 - Fractures par compression-extension
5.7.3.3 - Fractures par compression-flexion à déplacement antérieur