Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

 

2.1 - Luxation acromio-claviculaire

 

2.1.1 Définition

Il s’agit d’une articulation qui permet des mouvements de faible amplitude entre l’extrémité externe de la clavicule et l’acromion (au delà de 90° d’abduction et d’antépulsion). Composée de surfaces planes, elle autorise des mouvements de faible amplitude dans les différentes directions. Sa stabilité est assurée par 3 systèmes :

  • les renforcements capsulaire et ligamentaires acromio-claviculaires ainsi que le ménisque unissant les 2 surfaces articulaires
  • viennent ensuite les 2 ligaments coraco-claviculaires verticaux allant de la partie supérieure de la coracoïde au bord inférieur de la clavicule. Le ligament conoïde interne et postérieur et le ligament trapézoïde plus externe
  • enfin, la chape delto-trapézienne stabilise cette articulation par ses insertions musculo-tendineuses en nappes, en haut et en arrière pour le trapèze et vers l’avant et le bas pour le deltoïde.

En fonction des atteintes de ces différentes structures stabilisatrices, les lésions seront de gravité croissante.

2.1.2 Ce qu’il faut comprendre

Les luxations acromio-claviculaires sont fréquentes et concernent le plus souvent des sujets jeunes. Le mécanisme en est une chute directe avec abaissement brutal du moignon de l’épaule. Un choc direct antéro-postérieur peut également provoquer une luxation postérieure de cette articulation.

2.1.3 Diagnostic

2.1.3.1 Interrogatoire

Il permet de préciser le mécanisme. La localisation douloureuse à la face supérieure de l’épaule permet d’orienter le diagnostic.

2.1.3.2 Inspection

Elle permet d’analyser de manière comparative la saillie de l’extrémité externe de la clavicule (vers le bas et en arrière), plus ou moins importante selon les stades et les conformations des patients.

2.1.3.3 Palpation

On constate une douleur élective au niveau de l’articulation acromio-claviculaire. On examine ensuite l’existence d’une mobilité en touche de piano. Il s’agit du constat d’une réduction par simple pression manuelle de la luxation ou subluxation de l’extrémité externe de la clavicule (stade II et III cf. classification section 2.1.3.6). En cas d’incarcération ou de perforation de la chape par la clavicule (stade IV) cette réduction peut devenir impossible. Le tiroir antéro-postérieur se rencontre dans les stades III et IV.

2.1.3.4 Examens des mobilités

L’examen de la mobilité de l’épaule peut être normal mais douloureux au-delà de 90° d’abduction car l’articulation acromio-claviculaire entre en jeu à ce moment. Il s’agit bien évidemment de toujours vérifier l’intégrité des pouls périphériques et l’absence de déficit sensitivo-moteur du membre supérieur.

2.1.3.5 Radiographies

Le cliché de face stricte de l’acromio-claviculaire, bras le long du corps, permet de mettre en évidence les luxations. Idéalement, un cliché comparatif des 2 épaules permet de préciser le diagnostic. Un cliché de profil axillaire peut permettre d’apprécier le déplacement postérieur. Dans les lésions de stade I, la radiographie est normale. Dans les stades II, on peut constater un discret bâillement articulaire avec une conservation du contact des surfaces articulaires. Il existe parfois un discret déplacement supérieur. Dans les stades III et IV, il existe une perte de contact complète entre les 2 éléments des surfaces articulaires, à la fois en face en haut et de profil en arrière.

2.1.3.6 Classification

Image luxACfan.jpg

Différentes classifications ont été proposées depuis celle de Rockwood qui comporte 6 stades à d’autres plus simples qui comportent essentiellement 4 stades :

Stade I
Il s’agit d’une entorse acromio-claviculaire simple avec distension sans rupture des ligaments acromio-claviculaires. On ne note pas d’instabilité.
Stade II
Il constitue une subluxation acromio-claviculaire avec une rupture des ligaments acromio-claviculaires, les ligaments coraco-claviculaires étant distendus mais non rompus. On constate un petit bâillement de l’articulation avec une discrète mobilité de haut en bas en touche de piano sans mobilité anormale antéro-postérieure.
Stade III
C’est une luxation acromio-claviculaire avec perte de contact totale et permanente des surfaces articulaires par rupture complète des ligaments acromio-claviculaires et coraco-claviculaires. La déformation est visible avec saillie de l’extrémité externe de la clavicule pouvant être réduite par simple pression (touche de piano). Il existe en outre une mobilité antéro-postérieure (tiroir antéro-postérieur).
Stade IV
c’est une luxation acromio-claviculaire de stade III où la clavicule a perforée la chappe delto-trapézienne. L’extrémité externe de la clavicule est directement palpable sous la peau. La différence entre les stades III et IV est parfois difficile à établir.

2.1.4 Complications

2.1.4.1 Immédiates

Cutanées par distension du dedans en dehors (exceptionnel).

2.1.4.2 A distance

Saillie inesthétique de l’extrémité distale de la clavicule.

Douleur séquellaire de la partie supérieure de l’épaule.

Diminution algique de la force lors des mouvements de poussée.

Arthrose acromio-claviculaire.

2.1.5 Traitement

2.1.5.1 Méthodes

Abstention et traitement fonctionnel
Dans les stade I et II, l’évolution est le plus souvent favorable avec peu de séquelles. Dans les stades III et IV, indépendamment du traitement, l’évolution est variable avec des séquelles éventuelles, douleurs résiduelles, une atteinte fonctionnelle avec fatigabilité et perte de force du membre supérieur, arthrose acromio-claviculaire, séquelles esthétiques sous forme de saillie osseuse à la partie supérieure de l’épaule. L’évolution dépend surtout de l’importance des lésions. Néanmoins, beaucoup de sujets ont une luxation séquellaire, sans aucune gêne, ce qui explique les difficultés dans les indications du traitement chirurgical.
Traitement orthopédique
Il consiste en une simple immobilisation en écharpe coude au corps pour soulager le membre supérieur 10 jours à 3 semaines suivie d’une rééducation spécifique. Il peut également consister en un bandage en élastoplast laissé 15 jours à 3 semaines, tentant de réduire la luxation acromio-claviculaire en remontant le coude pour amener l’acromion en face de la clavicule.
Traitement chirurgical
Il existe de nombreuses techniques chirurgicales dont le but est de restaurer à la fois les structures ligamentaires, coraco-claviculaires et acromio-claviculaires en les stabilisant transitoirement pour certaines par un brochage ou un vissage acromio-claviculaire.

2.1.5.2 Indications

Lors de l’atteinte isolée des ligaments acromio-claviculaires, sans lésion des ligament coraco-claviculaires, le traitement fonctionnel ou orthopédique semble suffisant. Devant un stade III et IV, selon l’âge du patient et la pratique d’éventuels sports, le traitement chirurgical peut être proposé. En effet, il semble que dans ce cas, la restitution anatomique des rapports articulaire évite les pertes de force constatées dans les séquelles de luxations acromio-claviculaires. Lors des gros délabrements de la chape delto-pectorale, il est licite de proposer d’emblée un traitement chirurgical. Devant des séquelles douloureuses au stade chronique, le traitement chirurgical par résection de l’extrémité distale de la clavicule (1 cm) est le traitement de choix de ces lésions.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
2.1 - Luxation acromio-claviculaire
2.2 - Luxation sterno-claviculaire
2.3 - Luxation antérieure de l’épaule
2.4 - Luxations antérieures récidivantes de l’épaule
2.5 - La luxation postérieure de l’épaule
2.1.1 - Définition
2.1.2 - Ce qu’il faut comprendre
2.1.3 - Diagnostic
2.1.4 - Complications
2.1.5 - Traitement
2.1.3.1 - Interrogatoire
2.1.3.2 - Inspection
2.1.3.3 - Palpation
2.1.3.4 - Examens des mobilités
2.1.3.5 - Radiographies
2.1.3.6 - Classification
2.1.4.1 - Immédiates
2.1.4.2 - A distance
2.1.5.1 - Méthodes
2.1.5.2 - Indications