Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

 

2.2 - Luxation sterno-claviculaire

 

2.2.1 Définition

Il s’agit d’une lésion rare rencontrée essentiellement chez l’adulte jeune et chez l’enfant réalisant une perte de contact entre la clavicule et le sternum.

2.2.2 Ce qu’il faut comprendre

Le plus souvent il s’agit d’un mécanisme violent par choc direct antéro-postérieur ou indirect comportant une compression sagittale et latérale. Les plus fréquentes sont les luxations antérieures. Les luxations par choc direct peuvent provoquer une luxation postérieure. L’extrémité proximale de la clavicule est poussée en arrière du sternum dans les structures profondes du thorax, ce qui peut causer dans certains cas des lésions immédiates ou secondaires. Chez l’enfant, le diagnostic différentiel entre une luxation sterno-claviculaire et un décollement épiphysaire est parfois difficile à effectuer.

2.2.3 Diagnostic

2.2.3.1 La disjonction sterno-claviculaire antérieure

La douleur locale ainsi que la saillie anormale et l’œdème rencontrés à ce niveau facilite souvent le diagnostic qui peut parfois être plus difficile lors de lésions associées masquant la lésion sterno-claviculaire (chute sur le moignon de l’épaule et douleurs à ce niveau).

2.2.3.2 La disjonction sterno-claviculaire postérieure ou rétro-sternale

Elles sont plus rares et s’accompagnent de signes douloureux à ce niveau et d’une dépression sterno-claviculaire ; Il existe rarement des signes de compression médiastinale antérieure pouvant aller de la simple raucité jusqu’à la dyspnée et la dysphagie ou parfois la faiblesse ou les paresthésies du membre supérieur. Lors de traumatismes violents, le recul peut être important, entraînant des compressions plus graves et nécessitant un traitement en urgence.

2.2.3.3 Luxations récidivantes

Elles sont le plus souvent antérieures est atraumatiques et surviennent chez les patients présentant certaines pathologies.

2.2.3.4 Radiographies

Les clichés radiographiques habituels centrés sur l’articulation sternoclaviculaire sont souvent difficiles et nécessitent la réalisation d’un cliché de face postéro-antérieur avec un rayon ascendant. Souvent le scanner permet de préciser le diagnostic.

2.2.4 Traitement

2.2.4.1 Luxation antérieure

Ces lésions sont des indications théoriques de réduction orthopédiques et se réduisent par une traction appliquée le bras en élévation antérieure de 70° et en abduction de 90°. Le chirurgien pousse directement vers l’arrière pour réduire l’articulation. La réduction s’obtient facilement mais le maintien de celle-ci est souvent difficile. Les immobilisations en 8 sont réalisées pour maintenir la lésion pendant 6 semaines. Les lésions très instables sont souvent bien tolérées et le traitement est le plus souvent symptomatique avec immobilisation par une écharpe. Quelques rares indications chirurgicales peuvent être retenues en cas de préjudice esthétique ou de gêne fonctionnelle importante.

2.2.4.2  Luxation postérieure

Elle nécessite souvent une réduction en urgence sous anesthésie générale, après avoir déterminé les éventuelles compressions médiastinales antérieures. La réduction est réalisée par traction le long du bras, l’humérus étant en adduction. Un clamp peut être utilisé pour amener l’extrémité proximale de la clavicule vers l’avant Les échecs de réduction peuvent justifier une exploration chirurgicale de l’articulation mais la prudence s’impose en raison de la proximité des vaisseaux. La réparation des ligaments inter-osseux complétée par une fixation transitoire. Lors de réductions stables, l’immobilisation est réalisée par un bandage en 8 pendant quelques semaines.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
2.1 - Luxation acromio-claviculaire
2.2 - Luxation sterno-claviculaire
2.3 - Luxation antérieure de l’épaule
2.4 - Luxations antérieures récidivantes de l’épaule
2.5 - La luxation postérieure de l’épaule
2.2.1 - Définition
2.2.2 - Ce qu’il faut comprendre
2.2.3 - Diagnostic
2.2.4 - Traitement
2.2.3.1 - La disjonction sterno-claviculaire antérieure
2.2.3.2 - La disjonction sterno-claviculaire postérieure ou rétro-sternale
2.2.3.3 - Luxations récidivantes
2.2.3.4 - Radiographies
2.2.4.1 - Luxation antérieure
2.2.4.2 - Luxation postérieure