Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

 

14.3 - Les lésions tissulaires

14.3.2 - Les lésions intracrâniennes

 

Elles font toute la gravité des traumatismes crâniens et on distingue :

  • les hémorragies péri-cérébrales
  • les lésions cérébrales.

Elles sont :

  • souvent associées entre elles et à des lésions osseuses crâniennes
  • fréquentes
  • potentiellement graves à court terme (risque vital) et à long terme (handicap).

14.3.2.1 Les hémorragies intracrâniennes péri-cérébrales

L’hématome extra-dural
Il se traduit cliniquement au début par des céphalées puis la survenue après un intervalle libre de durée variable d’une aggravation neurologique qui associe des troubles de la conscience d’intensité variable avec agitation psycho-motrice puis l’installation de signes déficitaires neurologiques en rapport avec la topographie de l’hématome. Dans la localisation temporale habituellement décrite il s’agit de modifications pupillaires du côté de l’hématome (anisocorie puis mydriase) et d’une hémiparésie controlatérale qui imposent le drainage neurochirurgical de l’hématome.
L’hémorragie sous arachnoïdienne traumatique
Le traumatisme crânien peut provoquer des lésions des vaisseaux sanguins arachnoïdiens, corticaux voir intra-cérébraux. Lorsqu’ils sont superficiels ils peuvent être à l’origine d’hémorragies méningées traumatiques. Isolée et de faible abondance cette hémorragie est sans gravité. Elle est responsable de céphalées et d’une raideur de la nuque avec gêne visuelle dont l’évolution, quant elle est isolée est le plus souvent favorable.
L’hématome sous dural aigu
Le sang, issu d’un foyer d’attrition en rapport avec des lésions artérielles corticales ou la rupture de volumineuses veines corticales ou cortico-sinusiennes, peut être responsable de la constitution d’un hématome sous dural aigu. Il s’agit là d’une complication redoutable responsable d’une aggravation clinique rapide et grave des patients du fait de la rapidité de constitution de l’hématome et l’étendue hémisphérique de la compression au sein d’un espace sous-dural facilement décollable, de l’importance de l’effet de masse qui s’y associe et les lésions cérébrales sous-jacentes.
L’hématome sous dural chronique
Il est une complication tardive, d’un traumatisme crânien le plus souvent peu important, chez un sujet âgé ou sous anticoagulants. Il est la conséquence d’une hémorragie veineuse peu abondante dans l’espace sous-dural qui va secondairement s’organiser et se collecter (entre 3 semaines et 3 mois) dans cet espace au sein d’une membrane expansive et être à l’origine d’une compression cérébrale progressive. La symptomatologie neurologique est le plus souvent atypique, le diagnostic devant être évoqué systématiquement devant l’apparition de signes neurologiques progressifs, dans les semaines qui suivent un traumatisme crânien même bénin, chez un patient susceptible de développer cette complication.

14.3.2.2 les lésions cérébrales.

La commotion cérébrale
Cliniquement elle se traduit par une perte de connaissance immédiate mais transitoire de durée variable, proportionnelle à l’importance de l’accélération subie, probablement par une sidération transitoire du système réticulé activateur du tronc cérébral. Les modifications macro et microscopiques cellulaires ou axonales sont classiquement absentes mais on peut observer des modifications biochimiques et ultrastructurales (ruptures localisées de la barrière hémato-encéphalique, déplétion de l’ATP mitochondrial).
Les contusions et hémorragies cérébrales
Il peut s’agir de micro-foyers d’hémorragies intra-parenchymateuses, pétéchiales. Ces ruptures vasculaires localisées sont responsables d’une altération de la barrière hémato-encéphalique à l’origine d’un œdème focal favorisé également par la perte de l’autorégulation des vaisseaux anatomiquement sains.
A un degré de plus on observe des contusions cérébrales, le foyer de contusion cérébrale est plus étendu en superficie et en profondeur (contusions fronto-basales bilatérales, fronto-temporales ou bipolaires symétriques dans les lésions de coup contre-coup des pôles hémisphériques).
Cette contusion peut évoluer vers la dilacération du tissu nerveux associée à une suffusion hémorragique plus ou moins importante réalisant une attrition cérébrale. L’hématome intracérébral traumatique est rare et le plus souvent observé dans les plaies crânio-cérébrales ou par armes à feu.
Les lésions axonales diffuses de la substance blanche par cisaillement
Elles ont trois localisations préférentielles : la substance blanche hémisphérique, le corps calleux et le tronc cérébral (région dorso-latérale de la protubérance).

Toutes ces lésions cérébrales provoquent des réactions gliales qui peuvent aboutir à la constitution de foyers épileptogènes à l’origine d’une épilepsie post-traumatique.

Les lésions primaires traumatiques et les lésions secondaires s’associent entre elles et conditionnent le pronostic final.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
14.1 - Définition
14.2 - Physiopathologie
14.3 - Les lésions tissulaires
14.4 - Evaluation clinique des traumatismes crâniens
14.5 - Evaluation radiologique des traumatismes crâniens
14.6 - Principes du traitement des traumatismes crâniens
14.3.1 - Les lésions cutanées et osseuses
14.3.2 - Les lésions intracrâniennes
14.3.2.1 - Les hémorragies intracrâniennes péri-cérébrales
14.3.2.2 - les lésions cérébrales.