Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 12 - Traumatismes du rachis

 

12.5 - Particularités anatomocliniques et indications thérapeutiques en fonction de la lésion rachidienne rencontrée

12.5.3 - Les lésions du rachis dorsal et lombaire

12.5.3.2 - Charnière dorso-lombaire et rachis lombaire

 

Les lésions stables à type de tassement corporéal
Elles bénéficient généralement d’un traitement orthopédique qui est guidé par l’importance de la déformation et son siège.
Fracture-tassement corporéale inférieure au tiers de la hauteur du corps vertébral
Elle ne doit pas nécessairement être réduite. Si la lésion est minime, l’immobilisation n’est pas non plus obligatoire. Le repos au lit pendant les premiers jours permet la sédation des phénomènes douloureux, il est suivi par une physiothérapie qui autorise rapidement le lever. La reprise de l’activité quasi normale se fait en quelques semaines. Lorsque la douleur est importante, l’utilisation d’un corset à titre antalgique peut être justifiée mais il sera toujours associé dans ces cas à une rééducation des muscles paravertébraux et abdominaux pour éviter leur atrophie. La consolidation de telles lésions se fait en 3 mois.
Fracture tassement corporéale supérieure au tiers de la hauteur du corps vertébral
Il faut réduire la déformation. Cette réduction est habituellement obtenue par traction hyper lordose ou technique de Boehler. Les limites de la technique de Boelher ont été précisées dans notre expérience passée. Les meilleurs résultats sont obtenus au niveau de D12 et de L1 où la qualité de la réduction obtenue est bien maintenue par le plâtre. Elle est contrôlée régulièrement par des radiographies et le plâtre sera conservé 4 mois. Au-dessous de L1, le maintien de la réduction par la technique de Boehler est de relativement mauvaise qualité, ce qui rend à nos yeux ces lésions plus chirurgicales.
Les lésions instables avec risque de déplacement progressif et régulier
Certaines lésions, telles une fracture horizontale de type Chance purement osseuse, où le trait sectionne transversalement le corps, les pédicules et l’arc postérieur, pourront parfois consolider par un traitement orthopédique à type de corset pour une durée de 4 mois. Au contraire, les fractures à trait frontal ou sagittal où les lésions disco-ligamentaires sont volontiers importantes et marquées devront être fixées chirurgicalement. Il en est de même pour les Tear Drop fractures, rares cependant au niveau dorsal ou lombaire.
Les lésions instables avec risque de déplacement soudain et incontrôlable
Il s’agit de fractures comminutives des corps vertébraux ou de rares luxations. Elle sont habituellement associées à des signes neurologiques, elles relèvent d’un traitement chirurgical. Ce traitement est conduit par voie postérieure avec une stabilisation par plaque, ou plus rarement par voie antérieure selon les auteurs.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
12.1 - Ce qu’il faut comprendre
12.2 - Tableaux cliniques
12.3 - Les différents syndromes neurologiques observés
12.4 - Traitement
12.5 - Particularités anatomocliniques et indications thérapeutiques
12.5.1 - Les lésions du rachis cervical supérieur
12.5.2 - Les lésions du rachis cervical inférieur
12.5.3 - Les lésions du rachis dorsal et lombaire
12.5.3.1 - Rachis dorsal
12.5.3.2 - Charnière dorso-lombaire et rachis lombaire