Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 12 - Traumatismes du rachis

 

12.5 - Particularités anatomocliniques et indications thérapeutiques en fonction de la lésion rachidienne rencontrée

12.5.2 - Les lésions du rachis cervical inférieur

 

La solution de continuité peut siéger au niveau de l’os ou au niveau des éléments disco-ligamentaires.

12.5.2.1 Les fractures du corps vertébral

Elles représentent environ 10 % des lésions du rachis cervical inférieur. Les cervicalgies dominent habituellement le tableau. Le traumatisme est toujours important. Les signes neurologiques sont d’intensité variable. Le bilan radiologique standard permet le diagnostic et l’analyse des principaux traits de fracture. Les fractures-tassements sont les plus fréquentes

Les fractures comminutives sont rares et de telles lésions sont volontiers associées à d’importants signes médullaires.

Dans le cas d’un tassement horizontal, c’est l’importance du tassement et de la déformation avec ou sans recul du mur postérieur qui guidera l’indication entre le traitement orthopédique par corselet minerve et le traitement chirurgical. Si un abord chirurgical est justifié, l’abord antérieur de corporectomie synthèse permet la résection du corps vertébral et la suppression de l’élément compressif en arrière vers la moelle. L’abord postérieur est moins licite dans ce type de lésion. Une immobilisation post-opératoire de 3 mois permet d’attendre la consolidation et la fusion de la greffe.

12.5.2.2 Les luxations bilatérales

Elles surviennent le plus souvent à l’occasion d’un traumatisme violent en flexion du rachis avec translation vers l’avant. Elles sont observées dans environ 8 % des cas des lésions du rachis cervical inférieur. Les signes neurologiques sont habituels à type de tétraplégie. Parfois, ces lésions impressionnantes sont isolées sans signe neurologique.

Les clichés standard sont suffisants pour faire le diagnostic de luxation. La localisation fréquente au niveau des dernières vertèbres cervicales C5-C6, C6-C7 justifie une exploration soigneuse de la charnière cervico-dorsale.

Le traitement est toujours chirurgical. La réduction, nous l’avons vu, pourra être obtenue en pré-opératoire par manipulations directes ou par mise en traction, ou obtenue en peropératoire. Les partisans de la réduction pré-opératoire préfèrent effectuer une fixation chirurgicale par un abord antérieur pour réséquer le disque lésé et arthrodèser cet étage. Pour ceux, au contraire, qui préfèrent pratiquer cette réduction au moment de l’acte opératoire, l’abord postérieur paraît plus justifié puisque la réduction se fait soit par simple mise en place sur la table d’opération, soit par manipulations au niveau des interlignes luxés. Une fois la réduction obtenue, la fixation chirurgicale est confiée à 2 plaques postérieures. Chacune de ces méthodes présente ses avantages et ses inconvénients propres, l’indication est plus souvent une question d’école.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
12.1 - Ce qu’il faut comprendre
12.2 - Tableaux cliniques
12.3 - Les différents syndromes neurologiques observés
12.4 - Traitement
12.5 - Particularités anatomocliniques et indications thérapeutiques
12.5.1 - Les lésions du rachis cervical supérieur
12.5.2 - Les lésions du rachis cervical inférieur
12.5.3 - Les lésions du rachis dorsal et lombaire
12.5.2.1 - Les fractures du corps vertébral
12.5.2.2 - Les luxations bilatérales
12.5.2.3 - Les luxations unilatérales
12.5.2.4 - Les luxations avec fracture des articulaires
12.5.2.5 - Les entorses graves
12.5.2.6 - Les fractures de type « Tear Drop »