Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 12 - Traumatismes du rachis

 

12.3 - Les différents syndromes neurologiques observés

12.3.3 - Le pronostic neurologique

 

Nous avons vu la difficulté, à la phase initiale, de dissocier une atteinte complète d’une lésion incomplète du fait de la phase de choc spinal mais aussi des possibles sidérations médullaires. En cas d’atteinte médullaire, certains signes présentent une valeur de mauvais pronostic.

  • le priapisme
    Sa signification reste controversée mais il parait être un signe de gravité certain.
  • la disparition des réflexes crémastériens, bulbo-caverneux et la béance du sphincter anal.
    Ce sont des signes très fiables en faveur d’une lésion médullaire. Il faut cependant s’assurer que le blessé n’est pas sous sédatifs et n’a notamment pas reçu des neuroleptiques qui pourraient entraîner des signes similaires.
    Un réflexe bulbo-caverneux peut être présent précocement, lors de l’examen initial. Il est alors beaucoup plus souvent la traduction d’un début d’automatisme médullaire et d’une atteinte grave que d’une lésion incomplète avec conservation isolée de ce réflexe qui serait de meilleur pronostic.
  • les signes neuro-végétatifs
    Déjà détaillés, ils signent des lésions hautes. Le syndrome vagotonique avec hypotonie, bradycardie et hypotension artérielle est de mauvais pronostic, traduisant une atteinte grave.

Néanmoins l’évolution est toujours difficile à prévoir de façon certaine. En pratique il faut rester prudent et éviter en toutes circonstances les affirmations péremptoires que ce soit dans un sens ou dans l’autre. Deux excès sont à éviter :

  • « il ne récupérera jamais »
  • « il faut attendre deux ans avant de se prononcer »

La première phase supprime tout espoir et se retourne contre celui qui l’a prononcé en cas de récupération, la seconde peut constituer un frein à la participation du patient à sa rééducation qui préfère attendre de voir une hypothétique récupération.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
12.1 - Ce qu’il faut comprendre
12.2 - Tableaux cliniques
12.3 - Les différents syndromes neurologiques observés
12.4 - Traitement
12.5 - Particularités anatomocliniques et indications thérapeutiques
12.3.1 - Les lésions médullaires complètes
12.3.2 - Les lésions neurologiques incomplètes
12.3.3 - Le pronostic neurologique