Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

 

1.1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : généralités

 

1.1.1 Définition

Devant tout traumatisé de l’épaule, il est nécessaire de se souvenir que l’épaule est une structure complexe comportant à la fois des éléments osseux, articulaires, ligamentaires, musculaires et tendineux, susceptibles chacun de présenter des lésions.

En outre, les structures vasculo-nerveuses peuvent également être lésées lors du traumatisme. L’examen clinique doit dès lors vérifier l’intégrité de l’ensemble de ces structures en se rappelant que les associations lésionnelles touchant les structures osseuses, tendino-ligamentaires et/ou vasculo-nerveuses ne sont pas exceptionnelles. Avant d’envisager systématiquement les différentes pathologies traumatiques de l’épaule, il est nécessaire d’effectuer un rappel de la physiologie et de l’anatomie de cette région.

1.1.2 Ce qu’il faut comprendre

Image AnatEpaulfan.gif

Le complexe articulaire de l’épaule comporte trois articulations principales (gléno-humérale, acromio-claviculaire et sterno-claviculaire) et deux espaces de glissement se comportant physiologiquement comme des articulations (espace sous-acromial avec sa bourse séreuse correspondante et l’espace scapulo-thoracique). L’articulation gléno-humérale est une énarthrose qui permet les mouvements dans les 3 plans de l’espace. La tête humérale s’articule à la glène de l’omoplate dont la taille réduite et la forme concave est augmentée par un anneau de fibrocartilage (bourrelet glénoïdien) permettant une meilleure adaptation des deux surfaces articulaires. La stabilité de cette articulation relativement lâche est assurée à la fois par des renforts capsulaires : ligaments gléno-huméraux (éléments passifs) et par des éléments actifs qui sont les tendons de la coiffe des rotateurs (le tendon du sous-scapulaire dans la partie antérieure, celui du sus-épineux en haut et le sous-épineux en arrière ; le tendon du long biceps par sa position intra-articulaire joue également un rôle stabilisateur).

Les deux autres articulations sterno-claviculaire et acromio-claviculaire sont des articulations plus serrées dont le degré de mobilité est beaucoup plus réduit. Ces deux dernières articulations présentent souvent un ménisque permettant d’adapter les surfaces articulaires.

Au niveau de ces articulations, il existe des renforts ligamentaires importants assurant leur stabilité. Il existe en outre pour certaines articulations de puissants ligaments inter-osseux (ligaments coraco-claviculaires : conoïde et trapézoïde). Ces deux derniers ligaments ont un rôle essentiel dans la stabilité de l’articulation acromio-claviculaire. L’espace sous-acromial est un espace de glissement entre la partie supérieure de l’épaule et les muscles de la coiffe assurant les mouvements de cette articulation.

Les particularités anatomiques du complexe de l’épaule en font un site de prédilection des pathologies traumatiques à la fois au niveau des articulations (luxation), des éléments osseux (fractures) ainsi que des structures tendineuses (tendinites, ruptures, contusions de la coiffe des rotateurs).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : généralités
1.2 - Fracture de la clavicule
1.3 - Fracture de l’extrémité supérieure de l’humérus
1.4 - Fracture de l’omoplate
1.1.1 - Définition
1.1.2 - Ce qu’il faut comprendre
1.1.3 - Diagnostic