Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

 

1.3 - Fracture de l’extrémité supérieure de l’humérus

1.3.6 - Traitement

 

Evolution spontanée : Les fractures sont engluées dès la troisième semaine permettant une mobilisation douce, la consolidation est généralement obtenue au 45ème jour.

1.3.6.1 Méthode

Image fractepIVfan.jpg Image prthepfractfan.jpg

Abstention
Réservé aux cas particuliers déjà décrit précédemment.
Orthopédique
Dans la plupart des cas, un traitement orthopédique par immobilisation coude au corps en évitant une contention trop contrainte permet d’obtenir d’excellent résultat à condition qu’elle soit associée à une rééducation précoce du coude et de la main. Dès la troisième semaine, une rééducation progressive en pendulaire et en passif peut être entreprise au niveau de l’épaule. L’évolution et la récupération fonctionnelle sont le plus souvent favorables à condition de respecter un schéma de rééducation bien conduit.
Chirurgical
Il est réservé aux fractures déplacées et sera fonction de l’importance des lésions. Plusieurs techniques sont envisageables : les ostéosynthèses directes par vis ou par plaques, l’enclouage d’introduction supérieure, l’embrochage fasciculé au départ du V deltoïdien ou par la palette humérale (soit par introduction externe, soit par introduction par la face postérieure). D’autres techniques faisant appel à des ostéosutures appuyées sur des vis sont utilisées pour la restauration de l’anatomie des tubérosités et des muscles de la coiffe.
Enfin dans certains cas une prothèse de tête humérale est la seule solution satisfaisante.

1.3.6.2 Indications

Le choix du traitement sera fonction du type de fracture, mais aussi de l’âge du patient ainsi que de ses activités et de son mode de vie.

Dans les fractures engrenées ou peu déplacées, la priorité sera donnée au traitement orthopédique.Lorsque le déplacement est trop important (< à 1 cm, angulation ≥ 45°) un traitement chirurgical doit être systématique envisagé. Chez le sujet jeune, tout doit être tenté pour restituer une anatomie la plus normale possible (réinsertion des tubérosités, suture de la coiffe, repositionnement des avulsions articulaires).

Par contre chez le sujet plus âgé dans les fractures comminutives à 3 ou 4 fragments, si les techniques d’ostéosynthèse ou de réinsertion tubérositaire sont dépassées, le remplacement prothétique de la tête humérale par une prothèse cimentée permet d’obtenir des résultats satisfaisants chez ces patients moins exigeant quant à la mobilité de leur épaule.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : généralités
1.2 - Fracture de la clavicule
1.3 - Fracture de l’extrémité supérieure de l’humérus
1.4 - Fracture de l’omoplate
1.3.1 - Définition
1.3.2 - Ce qu’il faut comprendre
1.3.3 - Diagnostic
1.3.4 - Complications
1.3.5 - Formes cliniques
1.3.6 - Traitement
1.3.6.1 - Méthode
1.3.6.2 - Indications