Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Orthopédie

Sommaire

1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

2 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : les luxations

3 - Ostéomyelite et infections ostéo-articulaires chez l’enfant

4 - Fractures de la palette humérale chez l’enfant

5 - Les fractures de l’extrémité inférieure du radius

6 - Fractures de l’extrémité supérieure du fémur

7 - Lésions ligamentaires du genou

8 - Fractures de la jambe

9 - Lésions méniscales du genou

10 - Entorse de la cheville

11 - Fracture bimalléolaire

12 - Traumatismes du rachis

13 - Surveillance d’un malade sous plâtre

14 - Traumatisme crâniens de l’adulte

15 - Traumatismes fermés du thorax

16 - Plaies de la main

17 - Panaris, phlegmons des gaines et des espaces celluleux de la main

18 - Brûlures

19 - La cicatrisation


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence. Les fractures

 

1.3 - Fracture de l’extrémité supérieure de l’humérus

1.3.4 - Complications

 

1.3.4.1 Immédiates

Fracture ouverte : très rare.

Complications neurologiques : elles concernent soit le plexus brachial soit le nerf circonflexe. Elles sont liées au déplacement fracturaire et au traumatisme.

Complications vasculaires : elles concernent les vaisseaux axillaires avec disparition des pouls et important hématome axillaire (lésions artérielles ou veineuses). L’artériographie doit alors être pratiquée en urgence après réduction de la fracture et un traitement chirurgical de reconstruction doit être mis en route.

N.B. : En cas de fracture il faut toujours rechercher l’existence d’une luxation associée afin de rétablir les rapports anatomiques.

1.3.4.2 Secondaires

Les déplacements fracturaires : ils imposent de corriger le traitement orthopédique ou d’envisager un geste chirurgical.

L’infection après traitement chirurgical.

L’algoneurodystrophie : cette complication des traumatismes du membre supérieur s’accompagne de douleurs et d’enraidissement des articulations de l’épaule, de la main et du coude. Souvent associée à un terrain particulier rencontré chez ces patients, cette complication devra être l’objet d’un traitement spécifique le plus rapidement possible (antalgiques, calcitonine, antidépresseurs, etc...)

1.3.4.3 A distance

Cal vicieux : très fréquents, souvent bien toléré. Ils peuvent cependant être responsables de limitation de mobilité en raison de butée osseuse au niveau de l’espace sous-acromial par exemple (fracture déplacée du trochiter).

Raideur de l’épaule : très fréquentes, en phase précoce elle est souvent associée à une algoneurodystrophie (cf. supra). Plus tardivement, elle peut être liée aux lésions associées de la coiffe des rotateurs qui limitent la mobilité de l’épaule. Une rééducation précoce, douce et progressive permet d’éviter l’enraidissement de cette articulation.

Pseudarthroses : plus rares, elles dépendent de la qualité de la réduction obtenue et de la localisation fracturaire.

Nécrose de la tête humérale : il s’agit d’une complication rare, le plus souvent associée aux fractures déplacées à 4 fragments ou en cas d’énucléation de la tête humérale. Cette complication est souvent bien tolérée mais peut être source de douleurs nécessitant une chirurgie secondaire (remplacement prothétique).

Arthrose gléno-humérale : il s’agit d’une complication peu fréquente souvent associée à une nécrose de la tête humérale.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Traumatisme de l’épaule et conduite à tenir en situation d’urgence : généralités
1.2 - Fracture de la clavicule
1.3 - Fracture de l’extrémité supérieure de l’humérus
1.4 - Fracture de l’omoplate
1.3.1 - Définition
1.3.2 - Ce qu’il faut comprendre
1.3.3 - Diagnostic
1.3.4 - Complications
1.3.5 - Formes cliniques
1.3.6 - Traitement
1.3.4.1 - Immédiates
1.3.4.2 - Secondaires
1.3.4.3 - A distance