Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Enseignement d’ophtalmologie

Table des matières

Avant-propos

Objectifs d’enseignement

1 - Rappel anatomique. Méthodes d’examen

2 - Prélèvement de cornée à but thérapeutique - 8

3 - Suivi d’un nourrisson : dépistage des troubles visuels chez l’enfant - 33

4 - Cataracte - 58

5 - Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) - 60

6 - Œil et sclérose en plaques - 125

7 - Greffe de cornée - 127

8 - Rétinopathie hypertensive - 130 - 1

9 - Neuropathie optique ischémique antérieure (NOIA) - 130 - 2

10 - Occlusions artérielles rétiniennes - 130 - 3

11 - Occlusions veineuses rétiniennes - 130 - 4

12 - Anomalies de la vision d’apparition brutale - 187

13 - Traumatismes oculaires - 201 - 1

14 - Brûlures oculaires - 201

15 - Œil rouge et/ou douloureux - 212

16 - Rétinopathie diabétique (RD) - 233

17 - Glaucome chronique - 240

18 - Ophtalmopathie dysthyroïdienne - 246

19 - Pathologie des paupières - 271

20 - Troubles de la réfraction - 287

21 - Altération de la fonction visuelle - 293

22 - Orientation diagnostique devant une diplopie - 304

23 - Orientation diagnostique devant un strabisme de l’enfant - 333


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 15 - Œil rouge et/ou douloureux - 212

 

 

Ce qu’il faut savoir
  1. Connaître les gestes à faire et à ne pas faire.
  2. Savoir énumérer les étiologies d’un œil rouge :
    • douloureux, avec ou sans baisse de l’acuité visuelle,
    • non douloureux, avec ou sans baisse de l’acuité visuelle.
  3. Savoir s’orienter vers une étiologie d’après l’interrogatoire et l’examen non spécialisé.
  4. Savoir évaluer le degré d’urgence de la prise en charge ophtalmologique.
  5. Connaître les principaux examens complémentaires ophtalmologiques et non opthalmologiques permettant le diagnostic et le traitement.
  6. Savoir expliquer au patient le pronostic et la surveillance requise selon l’étiologie.

15.1 Introduction

Devant un œil rouge ou un œil douloureux, il faut savoir identifier une pathologie simple ne mena çant pas la vision (comme une hémorragie sous-conjonctivale ou une conjonctivite) d’une pathologie grave menaçant la « vision » et/ou l’intégrité du globe oculaire telle qu’une infection cornéenne, une uvéite antérieure, ou un glaucome aigu.

15.2 Examen

15.2.1 L’interrogatoire

  • précise le mode d’apparition de la rougeur oculaire :
    • récente ou ancienne,
    • aiguë ou chronique,
    • d’apparition brutale ou d’installation progressive,
    • unilatérale ou bilatérale soit d’emblée soit avec un intervalle libre.
  • précise le type de la douleur :
    • douleurs superficielles
      • modérées, à type de sensation de grains de sable, évoquant une conjonctivite,
      • ou plus importantes, accompagnées de photophobie et d’un blépharospasme évoquant une kératite aiguë.
    • douleurs plus profondes,
      • modérées évoquant une uvéite antérieure ou une épisclérite,
      • intenses avec des irradiations dans le territoire du trijumeau évoquant un glaucome aigu.
  • recherche une baisse d’acuité visuelle ; l’absence de baisse d’acuité visuelle oriente vers une conjonctivite ou encore une épisclérite (moins fréquente).
  • précise les antécédents ophtalmologiques et généraux.
  • recherche une notion de traumatisme, même minime.

15.2.2 Examen clinique

Bilatéral et comparatif.

15.2.2.1 Acuité visuelle

  • de loin et de près,
  • avec correction optique éventuelle.

15.2.2.2 Topographie et aspect de la rougeur oculaire

  • en nappe, hémorragique (hémorragie sous-conjonctivale spontanée) ; devant une hémorragie sous-conjonctivale, toujours penser à un corps étranger intraoculaire (CEIO) passé inapercu : au moindre doute, demander des radiographies de l’orbite à la recherche d’un CEIO.
  • diffuse : conjonctivite.
  • en secteur : épisclérite
  • autour du limbe sclérocornéen (vasodilatation concentrique des vaisseaux conjonctivaux limbiques, péricornéens, sur 360° = cercle périkératique) : kératite aiguë, uvéite antérieure.

15.2.2.3 Appréciation de la transparence cornéenne

recherche d’une diminution de transparence

  • localisée (kératite)
  • ou diffuse (évoquant l’œdème cornéen par hypertonie du glaucome aigu).

15.2.2.4 Examen après instillation d’un collyre à la fluorescéine

(test à la fluorescéine) à la recherche d’une ulcération cornéenne : l’épithélium cornéen normal ne retient pas la fluorescéine qui part contre se fixe sur le stroma en absence de l’épithélium ; ceci permet de colorer électivement les ulcérations cornéennes, qui peuvent être

  • une ulcération cornéenne unique évoquant une kératite bactérienne,
  • un ulcère dendritiqe évoquant une kératite herpétique,
  • de petites ulcérations disséminées (kératite ponctuée superficielle = KPS) évoquant une kératite à adénovirus ou un syndrome sec oculaire.

15.2.2.5 Examen de la pupille

  • aspect (pupille déformée par des synéchies irido-cristalliniennes évoquant une uvéite),
  • taille (myosis évoquant une kératite aiguë ou une uvéite antérieure, semi-mydriase aréflectique évoquant un glaucome aigu).

15.2.2.6 Examen de la chambre antérieure

  • appréciation de la profondeur (chambre antérieure étroite évoquant un glaucome aigu),
  • recherche à la lampe à fente des signes inflammatoires d’une uvéite antérieure (effet Tyndall, précipités rétrocornéens).

15.2.2.7 Mesure du tonus oculaire

  • au tonomètre,
  • ou par palpation bidigitale du globe oculaire à travers la paupière supérieure, qui peut retrouver un globe oculaire « dur » en cas de glaucome aigu.

15.2.2.8 Examen de la conjonctive palpébrale

  • recherche de papilles évoquant une conjonctivite allergique,
  • toujours penser par ailleurs devant un œil rouge à retourner la paupière supérieure à la recherche d’un corps étranger sous-palpébral dont la projection a pu passer inaperçue.

15.2.2.9 Un examen du fond d’œil

sera pratiqué devant une pathologie pouvant s’accompagner d’une atteinte vitréenne ou rétinienne : par exemple, recherche de signes d’uvéite postérieure en présence d’une uvéite antérieure.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
15.1 - Introduction
15.2 - Examen
15.3 - Etiologies
15.4 - En bref
15.2.1 - L’interrogatoire
15.2.2 - Examen clinique
15.2.2.1 - Acuité visuelle
15.2.2.2 - Topographie et aspect de la rougeur oculaire
15.2.2.3 - Appréciation de la transparence cornéenne
15.2.2.4 - Examen après instillation d’un collyre à la fluorescéine
15.2.2.5 - Examen de la pupille
15.2.2.6 - Examen de la chambre antérieure
15.2.2.7 - Mesure du tonus oculaire
15.2.2.8 - Examen de la conjonctive palpébrale
15.2.2.9 - Un examen du fond d’œil