Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Minimum vital

Table des matières

Avertissement aux lecteurs

1 - Anesthésie

2 - Cardiologie

3 - Dermatologie

4 - Diabétologie

5 - Douleur

6 - Endocrinologie

7 - Gériatrie

8 - Gynécologie

9 - Hématologie

10 - Hépato-gastro-entérologie (chirurgie)

11 - Hépato-gastro-entérologie (médecine)

12 - Maladies infectieuses et tropicales

13 - Maladies parasitaires et fongiques

14 - Néphrologie

15 - Neurologie

16 - Obstétrique

17 - Ophtalmologie

18 - Orthopédie

19 - ORL et chirurgie de la face et du cou

20 - Pédiatrie

21 - Pharmacologie

22 - Pneumologie

23 - Psychiatrie

24 - Réanimation

25 - Rhumatologie

26 - Urologie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 8 - Gynécologie

 

 

8.2 Tumeurs bénignes de l’ovaire

Circonstances de découverte
  • systématique lors d’un examen
  • douleur pelvienne
  • trouble des règles
  • méno-métrorragies
  • signes de compression locale (rare)
  • complication révélatrice (torsion, hémopéritoine)
Examen clinique
  • Le TV : masse latéro-utérine indépendante de l’utérus.
  • Kyste fixé : inclus dans le ligament large ou dans le Douglas, adhérences, évoque un cancer.
  • Ne permet pas d’éliminer un cancer.
Examens complémentaires
  • échographie :
    • affirme l’origine ovarienne de la masse
    • mesure le kyste
    • structure du kyste (liquidienne ou hétérogène)
    • cloisonnement (nombre et épaisseur)
    • végétations exo et intrakystique
    • épanchement associé
  • Cœlioscopie ; intérêt diagnostique et thérapeutique
    • cytologie péritonéale
    • kystoscopie
  • ASP : retrouve des calcifications dans les cancers dermoïdes
  • HSG : peu d’intérêt
  • FCV : systématiques
Conduite à tenir devant un kyste fonctionnel
  • ne peut exister chez une femme ménopausée ou sous œstroprogestatifs combinés (+++)
  • troubles du cycle avec anovulation
  • affaissement du kyste après les règles
  • échographiquement :
    • liquidien pur
    • < 6 cm
    • sans cloison
    • sans végétation
  • épreuve de blocage sous œstroprogestatifs normodosés 2 à 3 mois : disparition
  • si persistance malgré le blocage : cœlioscopie + exérèse.
Conduite à tenir devant un kyste organique bénin
  • Il est évoqué devant tout kyste survenant chez une femme ménopausée ou sous œstroprogestatifs combinés.
  • Pas de régression après les règles.
  • A l’échographie :
    • structure hétérogène
    • taille > 6 cm
    • présence de cloisons ou présence de végétations
  • Echec de traitement œstroprogestatif
Traitement chirurgical
  • cœlioscopie ou laparotomie si contre indication à la cœlioscopie
  • kystectomie
  • ovariectomie
  • annexectomie

Les indications dépendent de l’âge, des antécédents, des lésions associées, du désir de grossesse, et du type de kyste.

8.3 Grossesse extra-utérine

Définition
Implantation hors de la cavité utérine de trophoblaste.
Localisation
Tubaire dans près de 90 % des cas (65 % ampulaire).
Clinique
Trompeuse.
Typiquement : retard de règles, métrorragies, douleurs pelviennes, voire défense pelvienne, masse latéro-utérine douloureuse.
Toute douleur abdomino-pelvienne chez la femme jeune doit faire demander le dosage du BHCG.
Toute suspicion de GEU est hospitalisée.
Au total : BHCG positif, échographie pelvienne retrouvant un utérus vide = suspicion de GEU.

Diagnostics différentiels : GIU plus jeune que prévu, fausse couche spontanée précoce corps jaune hémorragique.
Traitement
Moyens
  • Chirurgie conventionnelle (laparotomie)
  • Chirurgie percœlioscopique où l’on pratique soit un
    • traitement radical, la salpingectomie ;
    • soit un traitement conservateur, la salpingotomie ou le traitement médical (Méthotrexate 20 à 50 mg IM).
  • Abstention thérapeutique (exceptionnellement si petite GEU non évolutive)
    • services habitués à ce genre de surveillance
    • patiente comprenant la conduite à tenir.
Indications
Dépend
  • de l’habitude de l’opérateur
  • du type de GEU (localisation, rupture, taille)
  • du désir de grossesse de la patiente
  • des antécédents de la patiente
  • de la compréhension de la patiente

Laparotomie : rare ; si la situation hémodynamique ne permet pas la cœlioscopie.
Le traitement médical est possible seulement si absence de signe de rupture.
Lorsque le traitement chirurgical est réalisé
  • traiter les lésions tubaires et ovariennes associées
  • lavage péritonéal
Surveillance du traitement conservateur
taux de BHCG et échographie.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
8.1 - Cancérologie
8.2 - Tumeurs bénignes de l’ovaire
8.3 - Grossesse extra-utérine
8.4 - Endométriose
8.5 - Salpingite aiguë