Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Minimum vital

Table des matières

Avertissement aux lecteurs

1 - Anesthésie

2 - Cardiologie

3 - Dermatologie

4 - Diabétologie

5 - Douleur

6 - Endocrinologie

7 - Gériatrie

8 - Gynécologie

9 - Hématologie

10 - Hépato-gastro-entérologie (chirurgie)

11 - Hépato-gastro-entérologie (médecine)

12 - Maladies infectieuses et tropicales

13 - Maladies parasitaires et fongiques

14 - Néphrologie

15 - Neurologie

16 - Obstétrique

17 - Ophtalmologie

18 - Orthopédie

19 - ORL et chirurgie de la face et du cou

20 - Pédiatrie

21 - Pharmacologie

22 - Pneumologie

23 - Psychiatrie

24 - Réanimation

25 - Rhumatologie

26 - Urologie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 22 - Pneumologie

 

22.2 - La pathologie respiratoire

22.2.1 - Détresses respiratoires

 

22.2.1.1 Œdème aigu pulmonaire cardiogénique

Suspicion
  • détresse respiratoire avec expectoration mousseuse, crépitants ;
  • contexte cardiologique compatible.
Confirmation
  • radiographie thoracique (cardiomégalie, redistribution vasculaire des sommets, syndrome interstitiel, ligne de Kerley, épanchement pleural) ;
  • contexte cardiologique étiologique :
    • clinique (cardiopathie connue, rupture régime ou thérapeutique, inotropes négatifs, douleur, souffle) ;
    • ECG (ischémie myocardique, troubles du rythme) ;
    • échographie si disponible (cinétique ventricule gauche, valves).
Prise en charge
  • rechercher signes de gravité
    (clinique respiratoire + bas débit : hypotension, marbrures, troubles de vigilance) ;
  • appel du 15 si signes de gravité majeurs, hospitalisation dans tous les cas, oxygène si disponible, diurétique d’action rapide (furosémide).

22.2.1.2 Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)

Suspicion (et définition)
  • hypoxémie sévère se corrigeant mal sous oxygénothérapie avec opacités radiologiques pulmonaires bilatérales sans insuffisance cardiaque gauche ;
  • très nombreuses circonstances étiologiques respiratoires et extra-respiratoires (infection, polytraumatisme, inhalation toxique...).
Confirmation
  • « œdème aigu du poumon » SANS insuffisance cardiaque gauche (échographie, cathétérisme cardiaque droit).
Prise en charge
  • transfert en réanimation d’urgence indispensable ;
  • pour ventilation contrôlée avec pression expiratoire positive et bilan étiologique ;
  • lors de la prise en charge initiale en urgence, oxygénothérapie à fort débit, éviter remplissage sauf choc manifeste.

22.2.1.3 Insuffisance respiratoire aiguë des insuffisances respiratoires chroniques obstructives

Voir section 22.2.2.1 « Pathologie Bronchique, BPCO ».

22.2.1.4 Hypoventilation

Suspicion
  • bradypnée et cyanose + troubles de vigilance ;
  • circonstances étiologiques évocatrices
    (tous les comas ; rechercher systématiquement intoxication médicamenteuse ou surdose toxicomanie).
Confirmation
  • gazométrie artérielle si disponible (hypercapnie) ;
  • radiographie de thorax (normale sauf complication -inhalation-) ;
  • test par antidote si contexte toxique compatible (flumazénil Anexate® pour benzodiazépines, naloxone Narcan® pour morphiniques).
Prise en charge
  • liberté des voies aériennes supérieures, position latérale de sécurité, ventilation au masque ;
  • appel du 15 ;
  • antidote, cf. supra ;
  • intubation seulement si compétences disponibles.

22.2.1.5 Obstruction aiguë de la filière laryngo-trachéale et des grosses bronches

Suspicion
  • détresse respiratoire aiguë avec difficultés inspiratoires, wheezing, stridor ;
  • auscultation pulmonaire « claire ».
Confirmation
  • contexte étiologique évocateur (inhalation de corps étranger -enfant, alimentation- ; tumeur endo-luminale de l’arbre respiratoire, compression extrinsèque -goitre plongeant, lymphome-, sténose trachéale iatrogène -détresse respiratoire post-extubation-) ;
  • la radiographie de thorax est normale ou montre trouble de ventilation ou pathologie causale ;
  • endoscopie en milieu spécialisé.
Prise en charge
  • dépend du contexte ;
  • manœuvre de Heimmlich si forte suspicion de corps étranger enclavé ;
  • appel du 15, oxygénothérapie si disponible, maintien position assise ;
  • ne pas chercher à intuber sans diagnostic et sans expérience (risque d’obstruction totale) ;
  • réintubation si forte suspicion de sténose trachéale iatrogène en réanimation ;
  • désobstruction bronchoscope rigide ± laser en centre spécialisé.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
22.1 - Les bases sémiologiques
22.2 - La pathologie respiratoire
22.2.1 - Détresses respiratoires
22.2.2 - Voies aériennes
22.2.3 - Pathologie infectieuse
22.2.4 - Pathologie pleurale
22.2.5 - Pathologie tumorale
22.2.6 - Pathologie vasculaire
22.2.7 - Appareil respiratoire et système nerveux
22.2.8 - Pathologie respiratoire professionnelle et toxique
22.2.9 - Pathologie respiratoire et contre-indications médicamenteuses
22.2.1.1 - Œdème aigu pulmonaire cardiogénique
22.2.1.2 - Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
22.2.1.3 - Insuffisance respiratoire aiguë des insuffisances respiratoires chroniques obstructives
22.2.1.4 - Hypoventilation
22.2.1.5 - Obstruction aiguë de la filière laryngo-trachéale et des grosses bronches