Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Minimum vital

Table des matières

Avertissement aux lecteurs

1 - Anesthésie

2 - Cardiologie

3 - Dermatologie

4 - Diabétologie

5 - Douleur

6 - Endocrinologie

7 - Gériatrie

8 - Gynécologie

9 - Hématologie

10 - Hépato-gastro-entérologie (chirurgie)

11 - Hépato-gastro-entérologie (médecine)

12 - Maladies infectieuses et tropicales

13 - Maladies parasitaires et fongiques

14 - Néphrologie

15 - Neurologie

16 - Obstétrique

17 - Ophtalmologie

18 - Orthopédie

19 - ORL et chirurgie de la face et du cou

20 - Pédiatrie

21 - Pharmacologie

22 - Pneumologie

23 - Psychiatrie

24 - Réanimation

25 - Rhumatologie

26 - Urologie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 22 - Pneumologie

 

22.2 - La pathologie respiratoire

 

22.2.4 Pathologie pleurale

22.2.4.1 Pneumothorax

Suspicion
  • douleur thoracique très brutale ± dyspnée + distension hémithorax et tympanisme.
Confirmation
  • radiographie thoracique (jamais de cliché en expiration si pneumothorax visible sur cliché en inspiration).
Prise en charge
  • rechercher signes de gravité
    (clinique respiratoire + « cœur pulmonaire aigu ») ;
    si présents :
    • exsufflation immédiate sur place.
  • sinon :
    • hospitalisation, repos 48 h, exsufflation ou drainage ;
    • sur poumon pathologique, drainage d’emblée systématique.
Attention
  • devant un pneumothorax spontané « idiopathique », évoquer séropositivité VIH si terrain et épidémiologie compatibles.

22.2.4.2 Pleurésie

Suspicion
  • douleur caractéristique (inhibition inspiration) ± dyspnée + matité déclive.
Confirmation
  • radiographie thoracique, parfois échographie.
Prise en charge
  • tout épanchement pleural liquidien doit être ponctionné ;
  • tout épanchement pleural liquidien fébrile doit être ponctionné d’urgence : suspicion de pleurésie purulente imposant drainage ;
  • transsudat : avant tout insuffisance cardiaque et cirrhose ;
  • exsudat : rechercher tuberculose, cancer ; biopsie pleurale si diagnostic en suspens.

22.2.5 Pathologie tumorale

22.2.5.1 Cancer bronchique primitif

Suspicion
  • systématiquement chez tout grand fumeur (> 15 paquet-années) ;
  • apparition toux, expectorations, ou modification de leurs caractères ;
  • hémoptysie ;
  • altération de l’état général ;
  • toute manifestation respiratoire aiguë (pneumopathie +++), surtout si récidivante.
Confirmation
  • chacun de ces éléments imposent radiographie thoracique face et profil ;
  • toute anomalie radiologique chez un fumeur (ou doute sur...) impose consultation pneumologique pour décision endoscopie (biopsies), scanner …
Prise en charge
  • l’objectif thérapeutique idéal est la chirurgie ;
  • aucune décision thérapeutique ne peut être prise en dehors d’un cadre spécialisé multi-disciplinaire.

22.2.5.2 Pathologie médiastinale

Suspicion
  • modification de la voix, dysphagie, hoquet chronique, syndrome cave supérieur …
  • ou atération état général isolée.
Confirmation
  • radiographie thoracique mais interprétation difficile ;
  • consultation spécialisée au moindre doute pour scanner et stratégie d’obtention d’un diagnostic anatomo-pathologique.
Prise en charge
  • fonction de la cause, diagnostic anatomo-pathologique indispensable ;
  • le syndrome cave supérieur est une urgence thérapeutique ; anticoagulants urgents.

22.2.6 Pathologie vasculaire

22.2.6.1 Embolie pulmonaire

Suspicion
  • douleur thoracique brutale, majorée par inspiration, accompagnée d’une dyspnée, d’une tachycardie, d’une sensation d’angoisse ;
  • suspecter en fait systématiquement devant toute douleur thoracique ;
  • la douleur manque souvent dans les formes les plus graves (caillots proximaux) ;
  • radiographie : surélévation de coupole, petit épanchement pleural, zone d’hyperclarté, atélectasie en bande ;
  • gazométrie : hypoxémie hypocapnie.
Confirmation
  • probabilité a priori selon contexte (alitement, chirurgie récente, cancer, pathologie chronique de la coagulation, antécédents de maladie thromboembolique) ;
  • dosage sanguin des D-dimères (négatifs, éliminent le diagnostic) ;
  • recherche thrombose veineuse membres inférieurs (écho-doppler) ;
  • imagerie thoracique si doute (scintigraphie, angiographie, scanner : indication par spécialiste).
Prise en charge
  • repos strict
  • appel du 15 pour hospitaliser via transport médicalisé
  • rechercher signes de gravité, essentiellement hémodynamiques (troubles du rythme, hypotension artérielle, cœur pulmonaire aigu) ; si présent : remplissage vasculaire, discussion thrombolyse
  • sinon : oxygène, anticoagulants (héparine bas poids moléculaire, relais antivitamine K rapide, traitement 6 mois)
  • interruption cave seulement si contre-indication formelle aux anticoagulants.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
22.1 - Les bases sémiologiques
22.2 - La pathologie respiratoire
22.2.1 - Détresses respiratoires
22.2.2 - Voies aériennes
22.2.3 - Pathologie infectieuse
22.2.4 - Pathologie pleurale
22.2.5 - Pathologie tumorale
22.2.6 - Pathologie vasculaire
22.2.7 - Appareil respiratoire et système nerveux
22.2.8 - Pathologie respiratoire professionnelle et toxique
22.2.9 - Pathologie respiratoire et contre-indications médicamenteuses
22.2.4.1 - Pneumothorax
22.2.4.2 - Pleurésie
22.2.5.1 - Cancer bronchique primitif
22.2.5.2 - Pathologie médiastinale
22.2.6.1 - Embolie pulmonaire