Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Minimum vital

Table des matières

Avertissement aux lecteurs

1 - Anesthésie

2 - Cardiologie

3 - Dermatologie

4 - Diabétologie

5 - Douleur

6 - Endocrinologie

7 - Gériatrie

8 - Gynécologie

9 - Hématologie

10 - Hépato-gastro-entérologie (chirurgie)

11 - Hépato-gastro-entérologie (médecine)

12 - Maladies infectieuses et tropicales

13 - Maladies parasitaires et fongiques

14 - Néphrologie

15 - Neurologie

16 - Obstétrique

17 - Ophtalmologie

18 - Orthopédie

19 - ORL et chirurgie de la face et du cou

20 - Pédiatrie

21 - Pharmacologie

22 - Pneumologie

23 - Psychiatrie

24 - Réanimation

25 - Rhumatologie

26 - Urologie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 20 - Pédiatrie [3]

 

 

Pathologies ORL courantes
Pathologies très fréquentes de 3 mois à 3 ans, origine virale le plus souvent ± surinfection bactérienne (hæmophilus influenzae, pneumocoque, streptocoque A++), porte d’entrée des méningites bactériennes++
  • rhinopharyngite :  désinfection rhinopharyngée (DRP) au sérum physiologique
  • angine :
    • < 3 ans : H Influenza  amoxicilline + ac clavulanique : 50 mg/kg/j × 7j
    • > 3 ans : virale ou strepto A  penicilline G 100 000 U/kg/j × 10j ou CIG × 5j
  • laryngite sous glottique ou striduleuse : origine virale exclusivement
    • diagnostic : dyspnée laryngée, voix rauque, toux aboyante, fièvre peu élevée + EG conservé
    • traitement : corticothérapie générale (CELESTENE per os ou SOLUDECADRON IM), humidification de l’air
  • épiglottite : risques d’asphyxie, d’arrêt cardiaque, de méningite  urgence ++
    • clinique : dyspnée inspiratoire ou aux deux temps, voix éteinte, hypersialorhée, dysphagie, refus du décubitus, fièvre importante + altération de l’EG (septique)
    • CAT : ne pas regarder la gorge, appel SAMU, laisser l’enfant assis en attendant leur arrivée
  • otite : otite congestive = origine virale / otite purulente = origine bactérienne  ATB
    • < 3 mois : pyocyanique ou enterobacter  hospitalisation pour traitement IV
    • 3 mois à 5 ans : amoxicilline + ac clavulanique 80 mg/kg/j ou CIG si suspicion de pneumo de sensibilité diminuée à la péniciline
    • paracenthèse si tympan bombant, hyperalgique, non réponse aux ATB ou < 3 mois
  • sinusite : pneumatisation des sinus frontaux à 10 A / sinus maxillaires à 5 A
  • éthmoïdite : sinusite du nourrisson
    • diagnostic : rhinite purulente + œdème de l’angle interne de la paupière supérieure unilatérale
    • CAT : hospitalisation pour bilan Rx et ATB par voie IV
  • inhalation d’un corps étranger : très fréquent < 3 A, passe inaperçu ++
    • syndrome de pénétration (accès brutal de suffocation ± cyanose, apnée..) ou image pulmonaire localisée persistante (pneumopathie, emphysème, abcés)
    • CAT : fibroscopie bronchique confirme le diagnostic et permet l’extraction du CE
Bronchiolite
Bronchopneumopathie aiguë dyspnéisante par atteinte bronchiolaire ou bronchioalvéolaire chez un enfant de moins de 2 ans, d’origine virale (VRS dans 80 % des cas)
 épidémie automno-hivernale, contamination directe manuportée
  • clinique : débute par une rhinopharyngite, toux sèche puis productive, polypnée régulière puis irrégulière, pauses respiratoires, sifflements expiratoires, fièvre modérée, freinage expiratoire, sibilants, ↓ MV ± crépitants
  • signes de gravité : polypnée > 60/min, saturation en air ambiant < 94 %, signes de lutte importants ou signes d’épuisement, cyanose, signes d’hypercapnie, troubles hémodynamiques, intolérance digestive totale  hospitalisation
  • population à risque : âge < 3 mois (risques de mort subite), ATCD prématurité, ATCD respiratoires (dysplasie bronchopulmonaire, réanimation), mucoviscidose, cardiopathie congénitale, déficit immunitaire  hospitalisation
  • indications d’hospitalisation : S de gravité, pop à risque, surv au domicile insuffisante
  • traitement à domicile : DRP × 6/j + kiné respiratoire, VENTOLINE sirop (0.2 à 0.3 mg/kg/j)
    ou par chambre d’inhalation (2 bouffées × 3/j), antibiothérapie si surinfection bactérienne
  • diagnostic différentiel : insuf cardiaque (hépatomégalie, œdèmes, tachycardie, ± souffle). Eviction des collectivités
  • bronchiolites à répétition : > 3 épisodes/an ou > 2 épisodes en 2 mois
     avis spécialisé
Douleurs abdominales aiguës
Pathologie fréquente, non spécifique
causes chirurgicales  hospitalisation en urgence
appendicite aiguë : diagnostic difficile < 3 A
Invagination intestinale aiguë (IIA) : 6 à 18 mois, crises : douleur + paleur paroxystiques, rectorragies ± boudin palpé
hernie étranglée  palpation des orifices herniaires++
torsion d’une tumeur de l’ovaire / torsion de testicules
causes médicales  fièvre ?
infectieuses
gastro-entérite, hépatite virale, infections ORL ou pulmonaire, adénolymphite mésentérique (Dg différentiel de l’appendicite++)
infection urinaire  BU++
sans fièvre
  • parasitoses (oxyures ++) : prurit nocturne, inspection de l’anus
    ttt : fluvermal ; 1 mesure à renouveler à J15 + hygiène familiale
  • BU : SHU, Sd néphrotique, acido-cétose diabétique  hospitalisation
  • purpura rhumatoide  rechercher une IIA  avis spécialisé
Douleurs abdominales chroniques
Eliminer une constipation
Penser au saturnisme (plombémie en cas de domicile vétuste)
Une origine psychogène est fréquente mais reste un Dg d’élimination  avis spécialisé
Protéinurie
La protéinurie pathologique est = 1 g/24h (ou > 50 mg/kg/24h).
Détection par bandelette urinaire (ALBUSTIX*) mais il existe des faux positifs (urines alcalines, détergents, bactériurie). Le diagnostic est confirmé par le dosage pondéral de la protéinurie des 24 heures.
Le syndrome néphrotique se définit par l’association :
  • protéinurie > 1 g/24h
  • hypoprotidémie < 50 g/l + hypoalbuminémie < 25 g/l
  • œdèmes ou prise de poids excessive

CAT : rechercher un Sd œdémateux (œdème palpébral++) prise de poids récente, HTA
faire un bilan sg (iono, urée, créat, protidémie, albuminémie) et urinaire (protéinurie ± ECBU).
Protéinurie asymptomatique (bilan clinique et bio normal) : 10 % des adolescents.
Protéinurie orthostatique (disparait en décubitus) ou protéinurie intermittente (post exercice, lors d’une fièvre...)  surv simple
Sd néphrotique  hospitalisation
Protéinurie symptomatique (anomalies clinques et/ou biologiques)  avis spécialisé
Purpura
 infectieux et/ou thrombopénique ?
purpura fébrile
urgence++ (purpura fulminans)  appel du SAMU pour hospitalisation en réanimation
purpura non fébrile
 dosage des plaquettes
  • purpura non thrombopénique
    purpura rhumatoïde : + douleurs articulaires
     repos simple si pas de douleurs abdo
     hospitalisation si douleurs abdo
     surveillance BU à distance.
  • purpura thrombopénique
     hospitalisation si plaquettes < 100 000/mm3, S cliniques ou NF anormale
     surveillance si plaq > 100 000/mm3 et asymptomatique.
  • (origine virale  vérifier la normalisation spontanée, sinon, avis spécialisé).
Méningites bactériennes du nourrisson
clinique
tableau non spécifique jusqu’à 2 ans ++
  • < 2 mois : infection maternofœtale tardive
     hospitalisation systématique de tout nourrisson fébrile pour bilan infectieux complet
  • < 2 ans :
    • fièvre souvent élevée, mal tolérée, résistante aux antipyrétiques
    • hypotonie globale ++, troubles du comportement (apathie, anorexie..)
    • fontanelle tendue en dehors des pleurs ++, hypotonie de la nuque
    • convulsions
    • vomissements fébriles
  • > 2 ans : syndrome méningé plus franc
diagnostic différentiel
gastro-entérite fébrile
signe de gravité
purpura  appel du SAMU pour hospitalisation en REA
CAT
hospitalisation en urgence en cas de suspicion
prophylaxie
  • vaccins :
    • méningo A et C dans les zones d’endémie
    • H Influenzae associé au tétracoq
    • pneumocoque chez les enfants à risque (+ PENI 50 à 100 000U/kg/j)
  • HInfluenzae : Rifampicine (RIFADINE*) : 20 mg/kg/j × 4j
    pour les enfants < 6 ans au contact de l’enfant
  • méningocoque : Rifampicine (RIFADINE*) : 5 à 20 mg/kg/j × 2j
    ou spiramycine (ROVAMYCINE*) : 75 000U/kg/j × 5j
    pour les enfants et sujets au contact de l’enfant les 10 jours précédents
    + déclaration obligatoire pour mesures d’éviction si nécessaire.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable