Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Minimum vital

Table des matières

Avertissement aux lecteurs

1 - Anesthésie

2 - Cardiologie

3 - Dermatologie

4 - Diabétologie

5 - Douleur

6 - Endocrinologie

7 - Gériatrie

8 - Gynécologie

9 - Hématologie

10 - Hépato-gastro-entérologie (chirurgie)

11 - Hépato-gastro-entérologie (médecine)

12 - Maladies infectieuses et tropicales

13 - Maladies parasitaires et fongiques

14 - Néphrologie

15 - Neurologie

16 - Obstétrique

17 - Ophtalmologie

18 - Orthopédie

19 - ORL et chirurgie de la face et du cou

20 - Pédiatrie

21 - Pharmacologie

22 - Pneumologie

23 - Psychiatrie

24 - Réanimation

25 - Rhumatologie

26 - Urologie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 16 - Obstétrique

 

 

16.3 Hypertension artérielle gravidique ou toxémie gravidique

Se définit pour des chiffres tensionnels supérieurs à 140/90 (deux mesures successives, patiente au repos).

Rechercher des signes cliniques de gravité
  • trouble visuel,
  • acouphène,
  • céphalées,
  • douleurs épigastriques,
  • oligurie,
  • existence d’œdème et d’une prise de poids excessive.
Signes biologiques
  • hyperuricémie,
  • protéinurie,
  • hémoconcentration,
  • existence d’un hellp syndrôme associant hémolyse, thrombopénie, perturbation du bilan hépatique,
  • trouble de l’hémostase.

Connaître les principales classes d’anti-hypertenseur utilisables au cours de la grossesse.

16.4 Crise d’éclampsie

C’est une crise comitiale chez une patiente présentant une toxémie gravidique (HTA protéinurie).

Prise en charge
  • interruption de la grossesse le plus souvent par césarienne,
  • traitement anti convulsant (valium, rivotril),
  • traitement anti hypertenseur,
  • maintien de l’équilibre hémodynamique.

16.5 Métrorragies survenant en fin de grossesse

Rechercher deux étiologies principales
  • hématome rétroplacentaire (voir section 16.6),
  • placenta prævia.
Conduite à tenir
  • apprécier la gravité de l’hémorragie et son retentissement sur la mère et le fœtus,
  • rechercher la cause de l’hémorragie,
  • mettre en œuvre une réanimation efficace.
Interrogatoire de la patiente
  • sur la survenue des saignements,
  • l’existence éventuelle d’une douleur abdominale,
  • l’existence de mouvements actifs fœtaux,
  • examen général (pouls, tension artérielle, existence d’œdème, examen obstétrical, mesure de la hauteur utérine, recherche des bruits du cœur fœtaux, palpation de l’utérus, mise en place d’un spéculum confirmant l’origine endo-utérine des saignements).
Gestes immédiats
  • pose d’une voie d’abord veineuse efficace,
  • prélèvements : numération formule sanguine, hématocrite, hémostase complet, groupe rhésus, RAI, recherche d’une protéinurie,
  • sonde urinaire pour surveillance de la diurèse,
  • réalisation d’une échographie en salle de travail,
  • vérification de l’insertion placentaire,
  • recherche d’une image de décollement,
  • vitalité fœtale,
  • monitoring du rythme cardiaque fœtal.
Le placenta prævia
Insertion du placenta sur le segment inférieur de l’utérus.
Le placenta peut être à distance de l’orifice interne du col, peut être marginal (affleure l’orifice interne du col) ou recouvrant totalement l’orifice interne du col.
Facteur favorisant
  • multiparité,
  • utérus cicatriciel.
Diagnostic
Les métrorragies surviennent souvent lors de contractions utérines, elles sont indolores, faites de sang rouge qui coagule, absence de contracture utérine (l’utérus se relâche bien entre les contractions). Toucher vaginal prudent.
Le diagnostic est essentiellement échographie.
Une césarienne sera pratiquée en cas de placenta recouvrant.
L’accouchement par voie basse reste possible si le placenta est latéral ou marginal et l’hémorragie modérée.

16.6 Hématome rétroplacentaire

Il survient lorsqu’un placenta normalement inséré se détache de la déciduale basale avant la naissance de l’enfant.

Facteur favorisant
  • toxémie gravique,
  • antécédent d’hématome rétroplacentaire d’une précédente grossesse.
Diagnostic clinique
Classiquement de début brutal
  • douleurs abdominales intenses,
  • métrorragies noirâtres de sang incoagulable,
  • contractures utérines,
  • augmentation de la hauteur utérine,
  • segment inférieur dur au toucher vaginal,
  • bruits du cœur fœtaux souvent absents ou signes de souffrance fœtale ou rythme cardiaque fœtal si l’enfant est toujours vivant,
  • existence d’une oligurie,
  • protéinurie massive à la bandelette urinaire.
Conduite à tenir
  • gestes d’urgence habituelle,
  • voie veineuse efficace,
  • sonde urinaire,
  • bilan sanguin,
  • traitement d’éventuels troubles de la coagulation (CIVD),
  • si l’enfant est vivant, le plus souvent césarienne en urgence,
  • si l’enfant est mort, accouchement par voie basse, si possible, lorsque l’état maternel le permet.
Connaître les autres signes d’hémorragie
  • rupture utérine,
  • hémorragie cervicale ou vaginale,
  • rupture d’un vaisseau prævia (syndrôme de Benckiser).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
16.1 - Lâ???
16.2 - Fièvre au cours de la grossesse
16.3 - Hypertension artérielle gravidique ou toxémie gravidique
16.4 - Crise d’éclampsie
16.5 - Métrorragies survenant en fin de grossesse
16.6 - Hématome rétroplacentaire
16.7 - Menace d’accouchement prématuré
16.8 - Le suivi de la grossesse