Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Minimum vital

Table des matières

Avertissement aux lecteurs

1 - Anesthésie

2 - Cardiologie

3 - Dermatologie

4 - Diabétologie

5 - Douleur

6 - Endocrinologie

7 - Gériatrie

8 - Gynécologie

9 - Hématologie

10 - Hépato-gastro-entérologie (chirurgie)

11 - Hépato-gastro-entérologie (médecine)

12 - Maladies infectieuses et tropicales

13 - Maladies parasitaires et fongiques

14 - Néphrologie

15 - Neurologie

16 - Obstétrique

17 - Ophtalmologie

18 - Orthopédie

19 - ORL et chirurgie de la face et du cou

20 - Pédiatrie

21 - Pharmacologie

22 - Pneumologie

23 - Psychiatrie

24 - Réanimation

25 - Rhumatologie

26 - Urologie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 17 - Ophtalmologie

 

 

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter :

Madame FARDEAU Christine
Service Ophtalmologique
Bâtiment Babinski
LA SALPETRIERE
Tél. 01 42 16 32 10

17.1 Prise en charge d’un œil rouge non douloureux sans baisse d’acuité visuelle

17.1.1 Hémorragie sous conjonctivale

  • Doit faire rechercher une conjonctivite ou un traumatisme à globe fermé ou ouvert.
  • Répétée, doit faire contrôler la tension artérielle et la crase sanguine.

17.1.2 Conjonctivites

Comment faire le diagnostic ?

  • Signes fonctionnels
    Sensation de corps étrangers à type de grains de sable, photophobie, larmoiement.
  • Examen
    Sécrétions qui peuvent être séreuses (conjonctivites virales et allergiques), ou mucopurulentes (chlamydae), ou purulentes (bactériennes).

Quand faire systématiquement un prélèvement des sécrétions (frottis conjonctival) ?

  • Conjonctivite du nouveau-né
  • Conjonctivite à fausse membrane
  • Ulcère cornéen associé
  • Conjonctivite grave
  • Conjonctivite chronique ne répondant pas au traitement
  • Conjonctivite post-opératoire.

17.2 Prise en charge d’un œil rouge douloureux avec baisse d’acuité visuelle

C’est une urgence.

Que rechercher :

  1. lésions cornéennes,
  2. crise de glaucome aigu par fermeture de l’angle,
  3. uvéites,
  4. corps étrangers intra-oculaires.

17.2.1 Lésions cornéennes

Cercle périkératique, photophobie, blépharospasme et douleurs souvent intenses.

Test à la fluorescéine positif avec la fluorescéine retenue dans les ulcérations de l’épithélium cornéen.

17.2.1.1 Traumatiques

  • Corps étranger cornéen
    En particulier après bricolage ou jardinage, limaille présente sur la cornée et ayant ulcéré l’épithélium cornéen.
    Traitement : ablation mécanique après anesthésie de contact. Paupières closes sur un antibiotique topique pendant 24 heures, puis antibiotique en collyre 4 jours.
  • Kératalgie par coups d’arc ou après exposition à la réverbération par la neige.
    Traitement : fermer la paupière sur un traitement antibiotique topique, pendant 24 heures.

17.2.1.2 Infectieuses

Dans le cas d’une kérato-conjonctivite le plus souvent virale (essentiellement adénovirus, chlamydiae).

Cas particulier de la kératite herpétique qui nécessite un traitement antiviral spécifique par analogue nucléosidique en traitement topique, soit en collyre 8 fois par jour pendant 5 jours, puis mi-dose pendant 15 jours, soit en pommade 5 fois par jour, puis mi-dose pendant 15 jours pour éviter les rechutes.

17.2.2 Crise de glaucome aigu par fermeture de l’angle

Comment la reconnaître ?
  • Signes fonctionnels : douleurs oculaires, céphalées, nausées, parfois vomissement, baisse d’acuité visuelle le plus souvent unilatérale.
  • A l’examen clinique : un œil rouge avec un cercle périkératique, une cornée glauque par œdème cornéen, une semi-mydriase aréflexique, un œil dur au palper bidigital et une tension oculaire très élevée.
Traitement : en urgence
Le traitement est un traitement en urgence car cette crise peut être cécitante en quelques heures ou quelques jours.
Le traitement en urgence comprend :
  1. ACETAZOLAMIDE, soit DIAMOX® : 1 ampoule en intra-veineuse lente, on peut effectuer une deuxième ampoule 20 minutes plus tard. Les contre-indications de cette injection sont une insuffisance rénale grave ou un diabète décompensé qui peut provoquer une acidocétose. Mannitol 20 % 2,50 mlen IV à passer en 30 minutes.
  2. Une demi-heure après ce traitement hypotonisant on mettra des myotiques topiques par PILOCARPINE 2 % tous les 1/4 d’heure pendant 1 heure pour accentuer l’ouverture de l’angle irido-cornéen. Penser à protéger l’œil adelphe par de la Pilocarpine à 2 % × 3/j aux deux yeux jusqu’au traitement chirurgical.

17.2.3 Corps étrangers intra-oculaires

Circonstances :

Accidents de travail ou de bricolage, plaies par pare-brise, accidents de chasse.

Signes évoquant une perforation oculaire : baisse d’acuité visuelle, porte d’entrée visible par effraction conjonctivale ou cornéenne, hyphéma, cataracte, hypotonie du globe.

Devant toute suspicion de perforation s’impose une radio d’orbite qui est médico-légale, voire un scanner à la recherche d’un corps étranger radio-opaque.

Est également médico-légale la vérification ou la mise à jour d’une vaccination anti-tétanique.

Le diagnostic de plaie perforante oculaire peut être plus difficile par une porte d’entrée peu visible qui a l’aspect d’une hémorragie conjonctivale simple mais il faut rechercher une effraction conjonctivale à la lampe par l’exploration au bloc.

En présence d’un œil rouge et douloureux :

  • Ne pas instiller sans contrôle ophtalmologique un anesthésique de contact à visée antalgique.
  • Ne pas instiller un mydriatique sans avoir éliminer un glaucome par fermeture de l’angle.
  • Ne pas instiller des antiobiotiques locaux sans prélévement devant une conjonctivite grave (définition ci-dessus section 17.1.2).
  • Ne pas instiller une corticothérapie locale sur des lésions de kératite.
  • Eliminer une plaie conjonctivale et un corps étranger intra-oculaire, éliminer un glaucome aigu et rechercher une kératite par instillation de fluorescéine. Adresser le patient en urgence en ophtalmologie.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
17.1 - Å???â???é visuelle
17.2 - Å???â???é visuelle
17.3 - Baisse dâ???é visuelle avec Å???
17.1.1 - Hémorragie sous conjonctivale
17.1.2 - Conjonctivites
17.2.1 - Lésions cornéennes
17.2.2 - Crise de glaucome aigu par fermeture de l’angle
17.2.3 - Corps étrangers intra-oculaires
17.2.1.1 - Traumatiques
17.2.1.2 - Infectieuses