Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Minimum vital

Table des matières

Avertissement aux lecteurs

1 - Anesthésie

2 - Cardiologie

3 - Dermatologie

4 - Diabétologie

5 - Douleur

6 - Endocrinologie

7 - Gériatrie

8 - Gynécologie

9 - Hématologie

10 - Hépato-gastro-entérologie (chirurgie)

11 - Hépato-gastro-entérologie (médecine)

12 - Maladies infectieuses et tropicales

13 - Maladies parasitaires et fongiques

14 - Néphrologie

15 - Neurologie

16 - Obstétrique

17 - Ophtalmologie

18 - Orthopédie

19 - ORL et chirurgie de la face et du cou

20 - Pédiatrie

21 - Pharmacologie

22 - Pneumologie

23 - Psychiatrie

24 - Réanimation

25 - Rhumatologie

26 - Urologie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 15 - Neurologie

 

 

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter :

Monsieur SAMSON Yves
Fédération de Neurologie
Pavillon Paul Castaigne
LA SALPETRIERE
Tel : 01 42 16 18 54

Neurologie, Neurochirurgie, Neuropathologie (NIVEAU A)

Les connaissances dites « niveau A » ont été écrites par les responsables de chacun des TD du certificat. Elles correspondent à un choix arbitraire de « minimum de connaissance » que tout médecin doit connaître de manière réflexe en Neurologie, car leur méconnaissance peut mettre en jeu la vie du malade ou avoir des conséquences extrêmement graves sur sa prise en charge.

Les questions du CSCT en Neurologie portent exclusivement sur des connaissances de Niveau A.

Dans le certificat de Neurologie, les questions ne portent pas que sur le niveau A mais la mauvaise réponse à une question portant sur le niveau A pourrait devenir éliminatoire.

Il y également toute chance que la méconnaissance du niveau A soit éliminatoire à un concours d’internat.

Il est bien évident que le Niveau A ne suffit pas à faire un bon médecin.

15.1 Neurologie

15.1.1 Céphalées et algies faciales

  1. Il faut explorer en urgence un patient ayant une céphalée survenue très brutalement et présentant une raideur de la nuque.
  2. Il faut explorer rapidement un patient n’ayant aucun antécédent céphalalgique et se plaignant d’une céphalée récente, progressive et continue.

15.1.2 Epilepsies et Pertes de connaissance

  1. Les crises d’épilepsie sont des événements répétitifs, sous-tendus par une décharge excessive hypersynchrone d’un nombre important de neurones et se caractérisant cliniquement par un épisode neurologique de survenue brutale, de relative courte durée et une phase post-critique plus ou moins prolongée.
  2. Les crises généralisées sont les crises généralisées tonico-cloniques, toniques, cloniques, atoniques, les absences et les myoclonies.
  3. Les crises partielles sont polymorphes et leur expression clinique dépend de la localisation de la zone épileptogène.
  4. Savoir qu’une crise partielle peut se généraliser.
  5. L’EEG est un examen essentiel du bilan initial d’une épilepsie.
  6. L’imagerie cérébrale est nécessaire dans les épilepsies partielles à la recherche d’une lésion ou d’anomalies structurelles pouvant être la cause de l’épilepsie.
  7. Le choix du traitement médical doit être adapté au type de crises et d’épilepsie.
  8. La mise en route d’un traitement médical au long cours n’est pas systématique après une 1ère crise.
  9. Une bithérapie par médicaments anti-épileptiques peut être envisagée si une ou plusieurs monothérapies se sont avérées inefficaces.
  10. Un traitement chirurgical peut être proposé dans certains cas d’épilepsies partielles rebelles au traitement médical.
  11. Les médicaments anti-épileptiques augmentent un peu les risques de malformation fœtale et peuvent entraîner, pour certains d’entre eux, des interactions médicamenteuses (les inducteurs enzymatiques diminuent sensiblement l’efficacité des contraceptifs oraux).
  12. Les nouveaux médicaments anti-épileptiques ne doivent pas être prescrits au cours de la grossesse sauf en cas de nécessité absolue.
  13. L’instauration et surtout l’arrêt des médicaments anti-épileptiques doivent se faire progressivement pour assurer une bonne tolérance et un sevrage sans risque.
  14. L’état de mal tonico-clonique généralisé est une urgence thérapeutique pouvant engager le pronostic vital.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
15.1 - Neurologie
15.2 - Anatomo-pathologie
15.1.1 - Céphalées et algies faciales
15.1.2 - Epilepsies et Pertes de connaissance
15.1.3 - Neuropathies périphériques, SLA et Muscles
15.1.4 - Sclérose en plaques et diagnostics différentiels
15.1.5 - Parkinson et Démences
15.1.6 - Accidents vasculaires cérébraux (A & B)
15.1.7 - Méningites et encéphalites
15.1.8 - Syndromes confusionnels et comas non traumatiques