Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Minimum vital

Table des matières

Avertissement aux lecteurs

1 - Anesthésie

2 - Cardiologie

3 - Dermatologie

4 - Diabétologie

5 - Douleur

6 - Endocrinologie

7 - Gériatrie

8 - Gynécologie

9 - Hématologie

10 - Hépato-gastro-entérologie (chirurgie)

11 - Hépato-gastro-entérologie (médecine)

12 - Maladies infectieuses et tropicales

13 - Maladies parasitaires et fongiques

14 - Néphrologie

15 - Neurologie

16 - Obstétrique

17 - Ophtalmologie

18 - Orthopédie

19 - ORL et chirurgie de la face et du cou

20 - Pédiatrie

21 - Pharmacologie

22 - Pneumologie

23 - Psychiatrie

24 - Réanimation

25 - Rhumatologie

26 - Urologie


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.7
V. Morice


Chapitre 14 - Néphrologie

 

 

Pour tout renseignement complémentaire, veuillez contacter :

Monsieur BAUMELOU Alain
Néphrologie
Pavillon Husson Mourier
LA PITIE
Tél. : 01 42 17 72 10

14.1 Méthodes d’investigation en néphrologie

  1. La composition des urines du sujet sain adulte en régime normal est :
    Volume 1 000 - 2 000 ml/24h
    Glycosurie 0 g
    Protéinurie < 50 mg/24h ou 20 μg/min
    pH Variable dans la journée entre 4,6 et 8
    Urée 300 - 600 mmol/24h
    Na 100 - 200 mmol/24h
    K 60 - 80 mmol/24h
    Créatinine 7 - 15 mmol/24h
    Calcium 4 - 6 mmol/24h
    Acide urique 2,4 - 4,8 mmol/24h

  2. L’évaluation de la filtration glomérulaire repose en pratique courante sur la mesure de la clairance de la créatinine : sa valeur normale est 120 ml/min/1,73 m2 de surface corporelle. Elle nécessite un recueil des urines des 24 heures. On lui substitue souvent une évaluation de la fonction rénale à partir de la créatinine plasmatique. Celle-ci, pour une même filtration glomérulaire, est dépendante du sexe, de l’âge, de la masse musculaire et de la race. La formule de Cockcroft permet une évaluation de la fonction rénale à partir de la mesure de la créatinine plasmatique :
    • Chez l’homme :
      Ccrea (ml/min) = 140 - âge (années) × poids (kg) / 0.814 × créatininémie (μmol/l)
    • Chez la femme :
      multiplier le résultat par 0.85
  3. Le bilan rénal minimum en néphrologie comprend : prise de la pression artérielle, échographie du rein et des voies urinaires, créatininémie, protéinurie sur échantillon, examen du sédiment urinaire.
  4. L’injection d’un produit de contraste iodé (PCI) comporte un risque d’insuffisance rénale aiguë, surtout chez les patients à risque : insuffisance rénale, diabète, déshydratation et hypovolémie, médicament néphrotoxique associé, hypotension artérielle. Les risques sont d’autant plus grands que le PCI est hyperosmolaire, administré par voie artérielle, que la dose est élevée et que l’administration est répétée à moins de 5 jours d’intervalle.

14.2 Séméiologie

  1. Protéinurie :
    s’assurer de sa permanence ;
    évoque une glomérulopathie si supérieure à 1g/j ;
    toujours s’assurer de la normalité de la voie excrétrice ;
    penser à la dysglobulinémie chez le sujet de plus de 50 ans.
  2. La microalbuminurie (MA) est définie comme l’élimination pathologique dans les urines d’une quantité d’albumine supérieure à 30 mg/24h. Il est inutile de demander une microalbuminurie si la recherche de la protéinurie est positive à la bandelette.
  3. Hématurie macroscopique.
    La présence de caillots évoque une cause urologique : lithiase, infection, cancer.
    En l’absence de caillot les causes urologiques restent les plus fréquentes.
  4. Hématurie microscopique :
    s’assurer de sa permanence ;
    rechercher une protéinurie associée.
    On définit l’hématurie microscopique isolée comme une hématurie microscopique permanente, sans protéinurie, sans HTA, avec fonction rénale normale et avec échographie reins et vessie normale. Chez un sujet de plus de 50 ans il faut faire la cystoscopie. La biopsie rénale n’a aucun intérêt pratique. Surveiller la protéinurie et la voie excrétrice.

14.3 Equilibre hydroélectrolytique et acido-basique

  1. Le rein est l’organe central de l’homéostasie du milieu intérieur. La place du rein dans le contrôle du bilan du sodium et de l’eau est définie dans le tableau suivant.
  2. Pour interpréter un trouble hydroélectrolytique, trois principes fondamentaux :
    • les variations rapides du poids correspondent à des variations du stock hydrique
    • les modifications cliniques de l’espace extracellulaire (œdèmes ou au contraire pli cutané) correspondent à des variations du stock sodique
    • selon la formule d’Edelman, la natrémie est égale au rapport stock sodique/eau totale.
  3. La démarche diagnostique devant une hyponatrémie commence par l’évaluation du stock sodique, l’algorithme de décision est ensuite décrit dans le tableau ci dessous.
    Stock sodique bas
    Stock hydrique bas, normal ou élevé
    Stock sodique normal
    Stock hydrique élevé
    Stock sodique élevé et stock hydrique très élevé
    Déshydratation extracellulaire : pli cutané, tachycardie, hypotension orthostatique Hydratation extracellulaire normale en apparence Hyperhydratation extracellulaire : œdèmes
    NaU > 20 mmol/l : pertes rénales NaU < 20 mmol/l : pertes extrarénales Grands déficits potassiques    
    Diurétiques
    Addison
    Néphropathie interstitielle
    Polykystose rénale
    Polyuries osmotiques
    Pertes :
    Digestives
    Cutanées
    Occlusions (3°secteur)
      Polydipsie primaire
    Schwartz-Bartter
    Myxœdème
    Médicament :
    clofibrate, vincristine, carbamazépine, chlorpropamide, cyclophosphamide
    Syndrome néphrotique
    Insuffisance cardiaque
    Cirrhose
    Anuries
    Insuffisance rénale chronique terminale
    Sérum salé Recharge potassique Restriction hydrique Restriction hydrique et régime peu salé

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
14.1 - Méthodes d’investigation en néphrologie
14.2 - Séméiologie
14.3 - Equilibre hydroélectrolytique et acido-basique
14.4 - Insuffisance rénale aiguë
14.5 - Néphropathies glomérulaires aiguës et chroniques
14.6 - Polykystose rénale
14.7 - Néphropathies intersticielles chroniques (NIC)
14.8 - Hypertension artérielle
14.9 - Urgences hypertensives
14.10 - Les néphropathies vasculaires chroniques
14.11 - Insuffisance rénale chronique
14.12 - Rein et grossesse
14.13 - Infections urinaires et lithiases urinaires
14.14 - Médicaments
14.15 - SERMENT DE L’EXTERNE EN NEPHROLOGIE