Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie : neurologie

Table des matières

Objectifs de l’enseignement de sémiologie neurologique

1 - Plan de l’examen neurologique

2 - Sémiologie analytique

3 - Les grands syndromes

4 - Sémiologie cognitive

5 - Les syndromes encéphaliques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 4 - Sémiologie cognitive

 

4.1 - Parole et langage

 

4.1.1 Introduction : ce qu’il est utile de comprendre

Les troubles de la parole et du langage peuvent être regroupés dans les 3 catégories suivantes :

  • Les troubles acquis de la parole : ils sont la conséquence d’un dysfonctionnement de l’appareil bucco-phonatoire, et s’opposent aux aphasies (auxquelles ils peuvent néanmoins être associés) par l’absence de rupture du code linguistique.
    • Les dysarthries sont caractérisées par une articulation défectueuse du langage oral (trouble de la réalisation motrice).
    • Les dysprosodies sont les altérations acquises de la prosodie, c’est à dire de l’ensemble des variations acoustiques qui permettent à un sujet de moduler sa voix.
  • Les aphasies ou troubles du langage sont des troubles acquis de la communication par le langage secondaires à des lésions cérébrales entraînant une rupture du code linguistique. On observe une altération à des degrés divers de l’expression et/ou la compréhension dans les modalités orale et/ou écrite.
  • Les troubles supra-linguistiques du discours :
    Ils sont la conséquence d’un trouble supra-instrumental (trouble de la pensée, confusion, syndrome frontal...) sur le fonctionnement du langage (l’outil lui-même n’étant pas altéré).

4.1.2 Exploration

4.1.2.1 Glossaire élémentaire :

Phonème
Il s’agit de la plus petite unité linguistique pertinente d’une langue. Il faut la différencier de la syllabe. Par exemple le mot « abri » comporte 2 syllabes, « a- » qui comporte le phonème « a » et « -bri » qui comporte 3 phonèmes (« b », « r », « i »). La notion de phonème est également distincte des lettres : la séquence des lettres « ch » constitue un seul phonème.
Paraphasies
Ce terme caractérise les productions anormales du langage oral. On en reconnaît différentes variétés :
  • paraphasies phonémiques ou littérales : transformation d’un mot par élision, adjonction, ou déplacement des phonèmes constitutifs. Ces transformations peuvent être isolées ou s’associer dans une même production : « lion » -> « lon » (élision), « tambour » -> « trambour » (adjonction), « parapluie » -> « rapapluie » (antéposition), hélicoptère -> hérélicotère (antéposition + élision).
  • paraphasies verbales : remplacement d’un mot par un autre mot de la langue sans rapport de sens avec la cible (« arbre » -> « carte »).
  • paraphasies sémantiques : remplacement d’un mot par un autre mot de la langue ayant une parenté de sens ou de champ sémantique plus ou moins étroite (« tasse » -> « verre » ou « soucoupe »).
  • jargon : production de néologismes, c’est à dire d’associations de phonèmes suivant les règles phonologiques de la langue mais n’ayant aucun sens.

Ces variétés de paraphasies peuvent toutes être observées lors des aphasies.
Paragraphies
Les productions anormales dans le domaine écrit sont caractérisées sous ce terme. Elles peuvent être graphémiques, verbales ou sémantiques (significations équivalentes dans le domaine écrit des paraphasies phonétiques, phonémiques, etc.). La production d’un jargon écrit est appelée jargonagraphie.
Conduites d’approche
Le patient essaie de produire le mot cible par essais répétés, « approches » successives, générant des paraphasies (le plus souvent phonémiques ou sémantiques) spontanément corrigées pouvant aboutir ou non au résultat correct (« pelle », « rapeau », « drapeau », « ratre » -> « rateau »).

4.1.2.2 Examen de la parole et du langage

L’examen d’un patient doit comporter l’analyse des capacités de la parole et celle du langage lui-même.

L’examen de la parole
Il comporte d’abord l’analyse de la musculature bucco-facio-linguale impliquée dans la phonation. L’état de tonicité du voile, la présence du réflexe nauséeux doivent être appréciés. Une apraxie bucco-facio-linguale est recherchée en demandant au patient de réaliser sur commande verbale et imitation des gestes simples (comme tirer la langue, gonfler les joues, siffler) ou un enchaînement séquentiel de ceux-ci (tirer puis claquer la langue, puis gonfler les joues). La parole spontanée permet d’évaluer la présence et la nature de troubles arthriques. Cette recherche peut être sensibilisée en demandant au patient de répéter plusieurs fois de suite des enchaînements difficiles (« presbytère baptiste », « spectacle exceptionnel »). Une évaluation clinique de la prosodie comporte l’analyse des fluctuations de la voix au cours du discours spontané et l’évaluation des capacités du patient à prendre sur commande verbale ou sur imitation certaines inflexions (émotionnelles ou non-émotionnelles).
L’examen du langage
Tableau 3 Conduite pratique de l’examen du langage
  Oral Ecrit
Langage spontané entretien libre idem (réponses écrites)
Langage contraint    
Emission    
- simple - dénomination par oral
   (images ou objets réels)
- dénomination par écrit
   (images ou objets réels)
  - fluence verbale catégorielle
   (nb de noms d’animaux/mn)
- fluence verbale catégorielle
   (nb de noms d’animaux/mn)
- complexe - narration orale - narration écrite
  - construction orale de phrases
  (à partir de 2 mots par ex.)
- construction écrite de phrases
  (à partir de 2 mots par ex.)
Transcodage    
- intra-modal oral-oral : répétition de mots/de phrases écrit-écrit : copie de mots/de phrases
- inter-modal écrit vers oral : lecture de mots/de phrases oral vers écrit : dictée de mots/de phrases
Décodage    
- simple sur consigne orale : sur consigne écrite :
  - désignation d’images ou d’objets - désignation d’images ou d’objets
  - réalisation d’ordres simples - réalisation d’ordres simples
- complexe - compréhension de textes (lus par l’examinateur) - compréhension de textes (lus par l’examinateur)
  - définition par oral de mots - définition par écrit de mots

L’examen du langage doit comporter une étude du langage oral, puis de l’écriture et de la lecture. Il doit nécessairement être abordé :
  • dans des conditions de langage spontané (entretien bref, par exemple question sur la biographie du patient)
  • dans des conditions dites « contraintes » (l’examinateur fixant les conditions de production du langage) comportant plusieurs axes d’évaluation (langage oral/langage écrit ; émission/transcodage/décodage) et, au sein de ces axes, l’étude d’au moins 2 niveaux de complexité (langage élémentaire/langage élaboré).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
4.1 - Parole et langage
4.2 - Comportement et ses troubles
4.3 - Fonctions mnésiques
4.4 - Praxies
4.5 - Gnosies
4.1.1 - Introduction : ce qu’il est utile de comprendre
4.1.2 - Exploration
4.1.3 - Sémiologie : ce qu’il faut retenir
4.1.2.1 - Glossaire élémentaire :
4.1.2.2 - Examen de la parole et du langage