Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie : neurologie

Table des matières

Objectifs de l’enseignement de sémiologie neurologique

1 - Plan de l’examen neurologique

2 - Sémiologie analytique

3 - Les grands syndromes

4 - Sémiologie cognitive

5 - Les syndromes encéphaliques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 4 - Sémiologie cognitive

 

4.1 - Parole et langage

4.1.3 - Sémiologie : ce qu’il faut retenir

 

4.1.3.1 Principales variétés de dysarthrie

Les dysarthries paralytiques
Elles surviennent :
  • lors des atteintes musculaires. Elles sont le plus souvent associées à des signes déficitaires touchant d’autres territoires.
  • lors des atteintes de la commande motrice : paralysies faciales (centrales ou périphériques), paralysie des nerfs bulbaires (IX, X, XI et XII).
Les dysarthries cérébelleuses
L’atteinte de la coordination motrice perturbe la réalisation dynamique de la parole qui prend un aspect scandé et explosif.
Les dysarthries extrapyramidales
Les syndromes extrapyramidaux sont responsables d’une dysarthrie en règle associée à une dysprosodie : le débit est ralenti, la parole monocorde et peu articulée.

4.1.3.2 Les principales aphasies

La classification des aphasies et leurs principales caractéristiques sémiologiques sont données dans le tableau 4.

Tableau 4 Résumés cliniques des principales formes d’aphasie
Aphasie Langage oral Langage écrit
  Compré-hension Dénomi-nation Conver-sation Compré-hension Lecture Ecriture
Broca préservée relativement perturbée manque du mot réduite dysarthrie agramma-tisme préservée sauf syntaxe perturbée perturbée idem conversation
Wernicke perturbée surdité verbale perturbée jargon fluente jargon perturbée ± perturbée ± perturbée jargono-graphie
Conduction préservée perturbée conduite d’approche fluente
pauses
fréquentes paraphasies phonémiques
préservée perturbée idem conversation perturbée idem conversation
globale perturbée sévère perturbée sévère réduite mutisme stéréotypies perturbée sévère perturbée ± perturbée sévère

Les lésions cortico-sous-corticales de l’hémisphère dominant pour le langage (en règle le gauche) sont la cause la plus fréquente des aphasies. Les aphasies de type Broca ou transcorticales motrices sont reliées à des lésions frontales (respectivement externe basse, aire motrice supplémentaire), les aphasies de Wernicke à des lésions de la partie postérieure de T1 et T2 (souvent plus étendues).

Des lésions sous-corticales isolées (substance blanche et/ou noyaux gris centraux) peuvent aussi entraîner des aphasies. Leurs caractéristiques sémiologiques peuvent être similaires à celles des aphasies classiques, ou être plus difficilement classables.

Les aphasies dites « croisées » sont secondaires à des lésions de l’hémisphère droit chez moins de 4 % des droitiers et de 30 % des gauchers. Elles sont parfois atypiques, par exemple par une atteinte dissociée du langage oral et écrit au détriment de ce dernier.

Les étiologies des aphasies sont nombreuses : processus focaux (accident vasculaire cérébral, tumeurs, abcès …), processus focaux dégénératifs (atrophies lobaires), processus diffus aigus (encéphalites) ou dégénératifs (démences de type Alzheimer).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
4.1 - Parole et langage
4.2 - Comportement et ses troubles
4.3 - Fonctions mnésiques
4.4 - Praxies
4.5 - Gnosies
4.1.1 - Introduction : ce qu’il est utile de comprendre
4.1.2 - Exploration
4.1.3 - Sémiologie : ce qu’il faut retenir
4.1.3.1 - Principales variétés de dysarthrie
4.1.3.2 - Les principales aphasies