Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie : neurologie

Table des matières

Objectifs de l’enseignement de sémiologie neurologique

1 - Plan de l’examen neurologique

2 - Sémiologie analytique

3 - Les grands syndromes

4 - Sémiologie cognitive

5 - Les syndromes encéphaliques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 3 - Les grands syndromes

 

3.6 - Nerfs crâniens

 

3.6.1 Introduction

Image faceant_tc.jpg
Figure 6 Face antérieure du tronc cérébral : émergence des nerfs crâniens

Image nxnerfcran.jpg
Figure 7 Noyaux des nerfs crâniens

Les nerfs crâniens ont leur noyau d’origine dans le tronc cérébral à l’exception des nerfs olfactif et optique. Ils sont moteurs purs, sensitivo-moteurs ou à fonction sensorielle.

Leur atteinte peut être située dans le tronc cérébral, dans l’espace sous-arachnoïdien, au cours de leur pénétration dans les trous de la base du crâne et enfin en dehors du crâne, dans l’orbite, etc. ..

On décrit douze nerfs crâniens que l’on numérote d’avant en arrière et de haut en bas selon leur émergence de l’encéphale (voir figures 6 et 7) :

  • I = nerf olfactif
  • II = nerf optique
  • III = nerf oculomoteur commun
  • IV = nerf pathétique
  • V = nerf trijumeau
  • VI = nerf oculomoteur externe
  • VII = nerf facial ( + VII bis ou intermédiaire de Wrisberg)
  • VIII = nerf auditif (nerf cochléaire et vestibulaire)
  • IX = nerf glosso-pharyngien
  • X = nerf pneumogastrique
  • XI = nerf spinal
  • XII = nerf grand hypoglosse

Les nerfs purement moteurs comprennent les nerfs oculo-moteurs commun et externe, le nerf pathétique, le spinal et le grand hypoglosse.

Les nerfs mixtes, sensitifs et moteurs, comprennent les nerfs trijumeau, facial, glosso-pharyngien et pneumogastrique.

Les nerfs sensoriels sont les nerfs olfactif, optique et auditif.

Certains ont aussi un contingent végétatif (III, VII, IX, X).

3.6.2 Le nerf olfactif (I)

3.6.2.1 Ce qu’il faut comprendre

L’appareil récepteur est constitué par la tache olfactive située dans la muqueuse nasale. Les filets olfactifs (« nerf olfactif ») pénètrent dans le crâne par la lame criblée de l’ethmoïde et se terminent dans le bulbe olfactif où ils font synapse avec le deuxième neurone dont les axones constituent les bandelettes et les stries olfactives. La quasi totalité des fibres se terminent dans l’aire olfactive primaire (uncus de l’hippocampe)

3.6.2.2 Ce qu’il faut retenir

Exploration
Le sujet ayant les yeux fermés, on présente successivement devant chaque narine (l’autre étant obstruée) des substances odorantes (tabac, parfum, savon, orange…).
Sémiologie
Les troubles olfactifs dus à une lésion du ou des nerfs olfactifs sont rares. L’anosmie unilatérale peut être révélatrice d’une lésion focale (méningiome). L’anosmie bilatérale est le plus souvent le résultat de traumatismes crâniens.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Syndromes moteurs périphériques
3.2 - Syndrome moteur central
3.3 - Troubles de l’équilibre
3.4 - Syndromes sensitifs
3.5 - Sémiologie sphinctérienne
3.6 - Nerfs crâniens
3.6.1 - Introduction
3.6.2 - Le nerf olfactif (I)
3.6.3 - Le nerf optique (II) et la vision
3.6.4 - Oculomotricité, nerfs III, IV et VI
3.6.5 - Le nerf trijumeau (V)
3.6.6 - Le nerf facial (VII)
3.6.7 - Le nerf auditif (VIII)
3.6.8 - Le nerf glosso-pharyngien (IX)
3.6.9 - Le nerf pneumogastrique (X)
3.6.10 - Le nerf spinal (XI)
3.6.11 - Le nerf grand hypoglosse (XII)
3.6.2.1 - Ce qu’il faut comprendre
3.6.2.2 - Ce qu’il faut retenir