Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie : neurologie

Table des matières

Objectifs de l’enseignement de sémiologie neurologique

1 - Plan de l’examen neurologique

2 - Sémiologie analytique

3 - Les grands syndromes

4 - Sémiologie cognitive

5 - Les syndromes encéphaliques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 3 - Les grands syndromes

 

3.3 - Troubles de l’équilibre

3.3.1 - Syndrome cérébelleux

 

3.3.1.1 Introduction

Le cervelet est situé dans la fosse postérieure, il est composé d’une partie médiane, le vermis, et de deux lobes latéraux. Il est placé en dérivation sur les voies motrices, contrôlant la station debout et l’équilibre, la coordination des mouvements.

L’organisation du cervelet est telle que les lésions provoquent des troubles homolatéraux. Le syndrome cérébelleux est ainsi la conséquence d’une lésion du cervelet lui-même ou de ses voies efférentes ou afférentes.

3.3.1.2 Les signes (à retenir)

Le syndrome cérébelleux comporte un certain nombre de signes et symptômes :

L’hypotonie
C’est un des éléments essentiels du syndrome, elle se manifeste par l’augmentation du ballant au cours de la mobilisation passive des segments de membre, par l’hyperlaxité de certaines articulations et par le caractère pendulaire des réflexes rotuliens et tricipitaux.
L’ataxie cérébelleuse
Les troubles de la station debout et de la marche sont donc caractérisés par la présence d’une ataxie.
  • La station debout immobile est difficile, faite d’oscillations brusques, irrégulières, le patient doit écarter les jambes pour maintenir l’équilibre (élargissement du polygone de sustentation). Au minimum on peut observer des mises en tension rapides et régulières du tendon du jambier antérieur, bien visible sur la face antérieure de la cheville (danse des tendons). Ces difficultés sont accrues si l’on demande au sujet de prendre appui sur un seul pied ou bien après une poussée d’avant en arrière. Enfin ces troubles ne sont pas aggravés par l’occlusion des yeux.
  • La marche est elle aussi perturbée. Elle est faite d’embardées d’un côté ou de l’autre, elle est dite « festonnante », le malade élargit son polygone de sustentation, les bras écartés pour obtenir plus d’équilibre. On la qualifie parfois de démarches « pseudo-ébrieuse ». Les pas sont irréguliers, les mouvements des membres inférieurs sont décomposés : élévation excessive des genoux. Dans les syndromes plus modérés, les altérations de la marche peuvent être mises en évidence à la marche rapide et à l’exécution d’ordres rapides tels « avancez, reculez, tournez… »
Les troubles de l’exécution du mouvement.
On peut ainsi observer des troubles de l’exécution dans l’espace, caractérisés par une dysmétrie ou hypermétrie et une asynergie, et des troubles de l’exécution des mouvements dans le temps : dyschronométrie ou adiadococinésie. Le tremblement cérébelleux est statique et kinétique, il n’est pas un vrai tremblement, il n’est que l’expression de l’asynergie, de l’asynchronisme de contraction entre muscles agonistes et antagonistes. Il est de grande amplitude, s’accentue lors du déroulement du geste, il est plus marqué au début ou à la fin du mouvement. Il est majoré par l’émotion. L’écriture est aussi perturbée par l’ensemble de ces troubles, reproduisant les mêmes altérations que l’on peut observer dans les autres gestes. Au mieux on peut mettre en évidence des altérations plus modérées en demandant au sujet de tracer rapidement les barreaux d’une échelle.
La dysarthrie cérébelleuse
Elle est la conséquence de l’incoordination des différents muscles intéressés dans la phonation.
Les syndromes topographiques
  • Le syndrome vermien est caractérisé par l’importance des troubles de la statique, résultant principalement de troubles de la coordination des muscles axiaux.
  • Le syndrome latéral ou hémisphérique est caractérisé par une hypotonie de repos et par l’incoordination des membres homolatérale à la lésion.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Syndromes moteurs périphériques
3.2 - Syndrome moteur central
3.3 - Troubles de l’équilibre
3.4 - Syndromes sensitifs
3.5 - Sémiologie sphinctérienne
3.6 - Nerfs crâniens
3.3.1 - Syndrome cérébelleux
3.3.2 - Syndrome vestibulaire
3.3.1.1 - Introduction
3.3.1.2 - Les signes (à retenir)