Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie : neurologie

Table des matières

Objectifs de l’enseignement de sémiologie neurologique

1 - Plan de l’examen neurologique

2 - Sémiologie analytique

3 - Les grands syndromes

4 - Sémiologie cognitive

5 - Les syndromes encéphaliques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 3 - Les grands syndromes

 

3.3 - Troubles de l’équilibre

3.3.2 - Syndrome vestibulaire

 

3.3.2.1 Introduction

Impliqué dans le contrôle de l’équilibre, l’appareil vestibulaire est constitué : 1) de récepteurs vestibulaires situés dans le labyrinthe, et sensibles à la pesanteur et aux mouvements ; 2) du nerf vestibulaire qui chemine dans l’angle ponto-cérébelleux et gagne la protubérance ; 3) des noyaux vestibulaires situés sous le plancher du 4ème ventricule.

3.3.2.2 Symptômes et signes (à retenir)

Symptômes
Le principal symptôme est le vertige : sensation de déplacement des objets autour du patient. La rotation peut se faire dans un des trois plans de l’espace, le plus souvent horizontal. Des bourdonnements d’oreille et des nausées peuvent y être associés. Plus rarement, il s’agit de sensations de latéro-pulsion ou d’instabilité à la marche.
Signes
Le nystagmus.
C’est une oscillation rythmique et conjuguée des globes oculaires. Il comporte deux secousses : l’une rapide, l’autre lente. En médecine, le sens du nystagmus est défini par celui de la secousse rapide : on dit que le nystagmus « bat » de ce côté-là. Le plan dans lequel s’effectue le nystagmus peut être horizontal, vertical, rotatoire, multiple.
La marche
Typiquement avec déviation unilatérale, elle se fait « en étoile » aux changements de position. Elle peut être pseudo-ébrieuse. Au maximum elle est impossible.
Signe de Romberg labyrinthique
Le patient étant debout, yeux fermés, talons joints, on observe de façon retardée une déviation latéralisée du corps. Cette manœuvre peut être sensibilisée si le patient, les membres inférieurs tendus, place ses index en face de ceux de l’examinateur : à l’occlusion des yeux on observe une déviation lente, retardée et latéralisée des index.
Syndromes
On distingue le syndrome vestibulaire périphérique, lié à une lésion des récepteurs ou du nerf et le syndrome vestibulaire central par atteinte des noyaux vestibulaires.
Syndrome vestibulaire périphérique
Il associe :
  • des vertiges rotatoires intenses, accentués par les mouvements de la tête et s’accompagnant de nausées et de vomissements
  • un nystagmus horizontal ou horizonto-rotatoire dont la secousse lente est dirigée du côté atteint
  • une déviation des index vers le côté atteint
  • un signe de Romberg latéralisé du côté atteint, voire une ataxie
  • une atteinte cochléaire fréquente avec acouphènes, baisse de l’audition.
Syndrome vestibulaire central
Il est dysharmonieux en ce sens que :
  • les vertiges sont flous : sensations vertigineuses
  • le nystagmus est multiple, rotatoire ou vertical
  • l’ataxie est multi-directionnelle, comme la déviation des index.

Les troubles auditifs sont absents ; les signes témoignant d’une atteinte des autres structures du tronc cérébral en revanche sont fréquents : atteinte des noyaux des nerfs crâniens, syndrome cérébelleux.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Syndromes moteurs périphériques
3.2 - Syndrome moteur central
3.3 - Troubles de l’équilibre
3.4 - Syndromes sensitifs
3.5 - Sémiologie sphinctérienne
3.6 - Nerfs crâniens
3.3.1 - Syndrome cérébelleux
3.3.2 - Syndrome vestibulaire
3.3.2.1 - Introduction
3.3.2.2 - Symptômes et signes (à retenir)