Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Sémiologie : neurologie

Table des matières

Objectifs de l’enseignement de sémiologie neurologique

1 - Plan de l’examen neurologique

2 - Sémiologie analytique

3 - Les grands syndromes

4 - Sémiologie cognitive

5 - Les syndromes encéphaliques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.7
V. Morice


Chapitre 3 - Les grands syndromes

 

3.2 - Syndrome moteur central

3.2.4 - Mouvements anormaux (à retenir)

 

Les mouvements anormaux sont le plus souvent involontaires et résultent de lésions neurologiques pour la plupart.

3.2.4.1 Le mouvement choréique

C’est un mouvement involontaire spontané, irrégulier, souvent asymétrique et survenant sans raison. Il est à début brusque, de durée brève et rapide dans son mouvement. Il est présent au repos et persiste durant le sommeil, mais il est habituellement augmenté par l’action de muscles servant à initier les mouvements des extrémités. Le mouvement choréique est dû à une lésion du striatum.

3.2.4.2 Le mouvement athétosique

C’est un mouvement lent, ondulatoire. Il intéresse préférentiellement les extrémités des membres où il est caractérisé par une combinaison quelconque des mouvements plus ou moins continus, lents, serpentiformes, de flexion, extension, abduction et adduction.

3.2.4.3 Le mouvement ballique

Il est caractérisé par un mouvement rapide et irrégulier, volontiers répétitif, prédominant à la racine des membres. Dans la plupart des cas, il est limité à un hémicorps (hémiballisme), il résulte d’une lésion du noyau sous-thalamique controlatéral.

3.2.4.4 Les myoclonies

Ce sont des contractions brèves, involontaires intéressant un ou plusieurs muscles. Elles peuvent être de nature épileptique.

3.2.4.5 L’asterixis

Il est défini par une brève relaxation des extenseurs du poignet, lors du maintien de la position main tendue. Il est observé au cours des encéphalopathies hépatiques.

3.2.4.6 Le tremblement

C’est le plus commun des mouvements anormaux involontaires. Les mouvements du tremblement sont de nature oscillatoire et résultent d’une série de contractions alternatives, relativement rythmiques, de groupes musculaires opposés.

  • Le tremblement est parfois dit physiologique, il est transitoire et souvent observé chez les sujets âgés. Le tremblement provoqué par la fatigue, les émotions, le froid semble pouvoir relever de cet état.
  • Le tremblement d’attitude (ou tremblement essentiel) s’oppose point par point au tremblement de repos. Il est absent au repos, apparaît au cours du maintien volontaire de certaines positions du corps, prédomine habituellement aux membres supérieurs ; la gêne essentielle apparaît dans les gestes précis (verser à boire, tenir un verre) et surtout dans l’écriture qui est tremblée. Son rythme varie entre 4 et 7 cycles par seconde, son amplitude augmente tant que la position du membre est maintenue mais reste généralement faible. Il n’y a aucun autre signe neurologique d’examen.
  • Le tremblement de repos (cf. Syndrome parkinsonien section 3.2.3.2)

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Syndromes moteurs périphériques
3.2 - Syndrome moteur central
3.3 - Troubles de l’équilibre
3.4 - Syndromes sensitifs
3.5 - Sémiologie sphinctérienne
3.6 - Nerfs crâniens
3.2.1 - Introduction
3.2.2 - Syndrome pyramidal
3.2.3 - Syndrome extrapyramidal
3.2.4 - Mouvements anormaux (à retenir)
3.2.4.1 - Le mouvement choréique
3.2.4.2 - Le mouvement athétosique
3.2.4.3 - Le mouvement ballique
3.2.4.4 - Les myoclonies
3.2.4.5 - L’asterixis
3.2.4.6 - Le tremblement