Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Neuro-pathologie

Sommaire

1 - Pathologie musculaire

2 - Pathologie du Nerf Périphérique

3 - Examen électromyographique et étude de la conduction nerveuse

4 - Sclérose en plaques et principaux diagnostics différentiels

Références


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 3 - Examen électromyographique et étude de la conduction nerveuse

 

3.1 - Sémiologie électrophysiologique élémentaire

 

3.1.2 Étude de la conduction proximale

Les segments nerveux les plus proximaux (plexus et racines notamment) sont profonds et difficilement accessibles à une stimulation et à un enregistrement directs. Ils peuvent être étudiés par l’étude de réponses motrices tardives, réflexe H et onde F, qui transitent par la moelle épinière avant d’atteindre le muscle.

  • Le réflexe H gagne la moelle via les fibres nerveuses proprioceptives. Par suite de l’activation réflexe des motoneurones du muscle considéré, il emprunte ensuite les fibres nerveuses motrices sur la totalité de leur longueur jusqu’au muscle.
  • L’onde F correspond à l’activation antidromique d’un petit pourcentage de motoneurones du muscle considéré. L’impulsion gagne la moelle en remontant le long des fibres motrices, puis redescend par le trajet inverse jusqu’au muscle.

La mesure de la latence de ces réponses tardives permet de calculer des vitesses de conduction proximales qui renseignent sur l’état de la conduction dans les segments nerveux les plus proximaux, notamment le long des racines.

3.1.3 Étude de la conduction sensitive

Mêmes principes que l’étude de la conduction motrice, sauf qu’ici on stimule un nerf purement sensitif et qu’on enregistre directement l’activité produite en un point du nerf à distance. On appelle potentiel sensitif la réponse enregistrée, dont on mesure l’amplitude (de l’ordre d’une dizaine de μV) et la vitesse de conduction sensitive (VCS, de l’ordre de 50 m/s).

  • Une réduction d’amplitude du potentiel sensitif traduit le plus souvent une réduction du nombre de fibres nerveuses sensitives fonctionnelles dans la partie distale du tronc nerveux :
    • par atteinte du nerf entre le point de stimulation distal et le muscle,
    • ou du fait d’une atteinte plus proximale ou plus diffuse avec dégénérescence de la partie distale des axones du nerf.
  • Une diminution de la VCS témoigne :
    • soit d’un ralentissement de la conduction des fibres sensitives (par démyélinisation),
    • soit d’une dégénérescence axonale portant sur les fibres rapides du nerf (on mesure alors la vitesse de conduction de fibres restantes du nerf).

3.1.4 Étude de la transmission neuromusculaire

Il s’agit ici d’étudier le fonctionnement des jonctions neuromusculaires et de dépister les altérations de la transmission neuromusculaire.

La méthode est semblable à celle de l’étude de la conduction motrice distale : enregistrement de la réponse d’un muscle à la stimulation électrique d’un point distal d’un nerf moteur. Mais ici, on effectue une stimulation nerveuse répétitive, en général 10 stimulations successives identiques délivrées à la fréquence de 3 Hz. Dans les conditions normales, l’amplitude des réponses successives reste constante d’une stimulation à l’autre (variation inférieure à 10 %).

Un décrément d’amplitude supérieur à 10 % traduit une réduction du nombre de fibres musculaires qui répondent à la stimulation nerveuse. Il témoigne d’une altération de la transmission neuromusculaire : les jonctions ne parviennent pas à suivre la cadence de stimulation, et à transmettre aux fibres musculaires les activités nerveuses.

Diverses méthodes d’activation à fréquence plus rapide des jonctions permettent de distinguer les atteintes préjonctionnelles des atteintes postjonctionnelles (myasthénie notamment).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Sémiologie électrophysiologique élémentaire
3.2 - Principaux syndromes électrophysiologiques d’atteinte des nerfs et des muscles
3.1.1 - Étude de la conduction motrice
3.1.2 - Étude de la conduction proximale
3.1.3 - Étude de la conduction sensitive
3.1.4 - Étude de la transmission neuromusculaire
3.1.5 - Examen électromyographique proprement dit (EMG)