Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Neuro-pathologie

Sommaire

1 - Pathologie musculaire

2 - Pathologie du Nerf Périphérique

3 - Examen électromyographique et étude de la conduction nerveuse

4 - Sclérose en plaques et principaux diagnostics différentiels

Références


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 2 - Pathologie du Nerf Périphérique

 

2.2 - Rappels de physiopathologie

2.2.2 - Sur le plan anatomique

 

2.2.2.1 Atteinte des racines

  • L’atteinte isolée d’une racine motrice ou sensitive ou de la racine rachidienne définit une radiculopathie. Cette souffrance radiculaire témoigne le plus souvent d’un conflit mécanique ou inflammatoire entre la racine et les différentes structures du rachis, notamment le disque inter-vertébral et les parties osseuses de la vertèbre (pédicule, massif articulaire).
  • L’atteinte de plusieurs racines se nomme une polyradiculopathie. Elle rentre le plus souvent dans le cadre d’une maladie générale ou systémique ou d’une maladie isolée au système nerveux périphérique. L’atteinte est le plus souvent symétrique. Du fait de leur contiguïté avec les méninges, qui entourent la partie intra-durale et extra-durale du trajet du nerf rachidien, cette polyradiculopathie peut s’associer à des modifications du liquide céphalo-rachidien et s’intégrer notamment dans une affection méningée pour donner une méningo-radiculite. L’atteinte associée du nerf entraîne ainsi une polyradiculonévrite aïgue ou chronique (voir plus loin).

2.2.2.2 Atteintes des branches antérieures des racines rachidiennes

C’est l’atteinte plexique au niveau cervical, brachial ou lombo-sacré. Les causes en sont variées (voir plus loin).

2.2.2.3 Atteinte des troncs nerveux

  • Elle peut intéresser un tronc nerveux définissant une mononeuropathie qui peut être d’origine traumatique ou entrer dans le cadre d’une maladie générale ou inflammatoire. Elle peut être d’expression purement motrice ou sensitive ou les deux.
  • Elle peut intéresser plusieurs troncs et s’appelle alors une mononévrite multiple ou mononeuropathie multiple (anciennement multinévrite) d’expression le plus souvent purement motrice ou mixte mais rarement sensitive pure. Elle s’intègre dans un contexte de maladie générale.

2.2.2.4 Atteinte de type polynévritique

Les polynévrites ou polyneuropathies s’individualisent par l’atteinte bilatérale, symétrique et synchrone des nerfs périphériques. Elles traduisent le plus souvent une axonopathie, à expression initialement distale. On parle de polyneuropathie lorsque les 4 membres sont atteints et de neuropathie des membres inférieurs lorsque l’atteinte reste localisée aux membres inférieurs Lors de l’évolution, l’atteinte peut devenir plus proximale le processus lésionnel remontant progressivement (dying-back). Lorsque les signes cliniques remontent au delà des genoux, on doit s’attendre à une atteinte des mains, et lorsque l’atteinte des membres supérieurs remontent au delà des coudes on doit rechercher une atteinte du tronc et de l’abdomen voire de la calotte crânienne.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
2.1 - Rappels anatomiques
2.2 - Rappels de physiopathologie
2.3 - Stratégie du diagnostic clinique et moyens diagnostiques paracliniques
2.4 - Les syndromes et leurs étiologies
2.5 - Annexes : étiologies des polyneuropathies
2.2.1 - Sur le plan histologique
2.2.2 - Sur le plan anatomique
2.2.2.1 - Atteinte des racines
2.2.2.2 - Atteintes des branches antérieures des racines rachidiennes
2.2.2.3 - Atteinte des troncs nerveux
2.2.2.4 - Atteinte de type polynévritique